Console: N.E.S.
Sortie: 1990
Genre: Sports d’hiver
Développeur: Konami
Publication: Ultra Games

Les amateurs d’hiver aiment courir les centres de skis pour y pratiquer leurs sports préférés. Ski or Die nous amènent justement là-bas, nous proposant diverses activités. Le gérant, qui porte le nom de Rodney (qui ressemble étrangement à Rodney Dangerfield avec un Mohawk), nous aidera à nous guider parmi les cinq choix offert à Burton.

Je me souviens de ce jeu sur PC, c’est d’ailleurs là que je l’ai découvert (qui est aussi une sorte de suite à Skate or Die ou sa version hivernale si vous voulez) et il fallait entrer divers code qui étaient reliés à une image précise pour que le jeu se lance. Heureusement, ce n’est pas le cas sur la version N.E.S.. Malheureusement, d’après mes souvenirs, j’avais plus de facilité à contrôler mon personnage sur PC.

En sortant du Rodney’s Ski Shop, on se retrouve déjà avec nos skis aux pieds, prêt à foncer vers notre première pente de skis ou alors d’autres activités qui ont le mérite d’être diversifiées. Pour un jeu de ce genre, les choix sont intéressants, mais il y a quelques détails qui gâche le tout. La meilleure façon de décortiquer tout ça, c’est en y allant étapes par étapes, alors commençons par le Snowboard Halfpipe.

Ski or Die 01

Le but est simple, on va de gauche à droite en tentant de faire des acrobaties lorsque nos pieds ne touchent plus au sol. Ceci étant dit, bien que ce soit simple en théorie, en pratique, ce ne l’est pas autant. J’exagère légèrement, mais il est vrai que faire les mouvements est un peu compliqué au début, le temps de s’habituer à bien coordonner le temps où nous sautons et envoyons la commande. On peut aussi faire les mouvements au sol. Sur notre route, nous rencontrons ce qui ressemble à des pingouins. Ce sont des points bonus si nous les touchons, mais soyez prudent, les autres objets sont des obstacles qui ont pour but de nous faire tomber le visage en premier dans la neige. Il y a même un commentateur qui, tout au long de notre parcours, partagera avec nous le fond de sa pensée.

Ski or Die 02

Quoi de mieux pour continuer notre journée d’activités que de faire une belle petite descente en tube avec Innertube Trash? De le faire sous forme de course agressive. Du sport extrême à son plus haut niveau, comme on en as jamais vu auparavant. Bien qu’il soit possible de pousser l’adversaire sur des pièges à ours ou des trappes à souris pour dégonfler son tube et gagner quelques points, en réalité, ça ne nous fera pas réellement prendre de l’avance puis que nous faisons mystérieusement du sur-place en attendant que l’adversaire regonfle son équipement. Une situation similaire se reproduit lorsque nous commençons à sérieusement prendre de l’avance face à l’adversaire et qu’il s’apprête à disparaître de notre champ de vision. L’exception, c’est qu’au lieu de devoir l’attendre, il prendre subitement de la vitesse pour nous rattraper. Donc, pouvons-nous vraiment appeler le tout une course si nous sommes pratiquement à égalité tout au long du parcours? Est-ce que les programmeurs ont faits les choses ainsi pour forcer des attaques ou alors nous devons le tout à une mauvaise programmation? Quoi qu’il en soit, nous avons l’impression que ça ralentit les choses. Finalement, pour amassez des points supplémentaires, chercher des pansements ou des pompes.

Ski or Die 03

Après avoir descendu une pente sur un tube, on va maintenant brûler nos calories en faisant du saut en skis dans Acro Aerials. On prend notre élan sur la piste et on se laisse descendre avant de remonter la petite côte, ne nous laissant ensuite plus qu’à impressionner les gens avec nos plus belles manœuvres. Le point positif, car il y en a bel et bien un, c’est que c’est plus facile d’arriver à faire quelque chose que dans la grande majorité des jeux sur les Olympiques. Mais par contre, ça ne veut pas dire qu’on arrivera à bien performer. Ce que je veux dire, c’est que faire les mouvements n’est pas difficile, mais réussir à se redresser avant de toucher le sol, c’est une autre paire de manches, car les boutons ne semblent pas faire ce que nous leur demandons à l’instant que nous les pressons. Ce qui fait en sorte que plus souvent qu’autrement, on se retrouve le visage bien enfoncé dans la neige alors que les juges nous donnent les pires notes de l’histoire pour cette discipline en se retenant pour ne pas rire de nous. Le plus décourageant c’est lorsque nous pensons s’être bien positionné, mais notre personnage bouge au dernier moment pour tout faire rater. Il est fort à parier que cette partie du jeu fera sortir votre côté créatif et que vous serez l’heureux propriétaire de nouveaux jurons qui seront tous très originaux. Pour cette problématique des contrôles, cette section est donc probablement la pire de tout le jeu.

Ski or Die 04

Restons dans le thème du ski, mais cette fois, on descend une pente très dangereuse dans Downhill Blitz. Au cours de cet avant-dernier mode de jeu, on nous demande donc d’arriver tout en bas alors que la piste est parsemée de dangers en tout genre. Question de mal débuter, on fait une très vilaine chute qui laisse son empreinte dans la neige. C’est à croire qu’on nous a poussé de l’hélicoptère qui nous avait pourtant si bien gentiment transporté jusqu’au haut de cette montagne. La descente se fait plus ou moins à la vitesse que nous désirons alors que nous la contrôlons avec les flèches du haut et du bas. Mais bien-sûr, quel serait l’intérêt d’aller lentement dans un mode de ce genre? On veut aller le plus vite possible, selon les limitations du jeu, bien entendu. Il en revient donc à nous de demeurer alerte et de s’assurer qu’on ne plonge pas dans le gouffre parce qu’on a mal pris le tournant ou pas sauté assez tôt. Bizarrement, j’ai aussi du mal à appuyer sur la bonne flèche quand vient le temps de virer, mais c’est le genre de problème qu’on ne peut vraiment comprendre qu’en y jouant pour voir à quel point on est facilement désorienté. Malgré tout ça, il faut être honnête et donner les mérites lorsqu’ils sont dus. Ce mode est l’un des meilleurs de tout le jeu, il faut donc se montrer patient et se pratiquer à quelques reprises pour bien s’habituer aux commandes. N’en tient plus qu’à vous pour voir si vous avez la patience nécessaire.

Ski or Die 05

Finalement, quel serait une journée dans ce genre d’endroit si on ne prenait pas la peine de se rendre dans l’aire de jeux pour la traditionnelle bataille de boules de neige avec Snowball Blatz. Nous sommes apparemment seul contre toute une armée et même quelques ours polaires par la même occasion. Un radar nous indique leur nombre et emplacement question de nous aider un peu. Prudence toutefois, car les munitions sont limitées, mais nous avons quelques objets pour nous venir en aide. La petite pelle va retirer une partie de la neige que nous avons reçu sur nous et augmentera nos chances de continuer la bataille. Le petit paquet de balles de neige, de son côté, donne des munitions supplémentaires et l’étoile jaune offre des munitions illimitées pour une courte période, alors aussi bien en profiter pendant que ça passe. J’aime bien les animations, comme lorsque l’ennemi le plus près de nous est touché, on voit son visage rempli de neige. Il faut surveiller les passants qui sont pris au milieu de nos échanges sans nécessairement vouloir y participer. Ils ne tiennent pas à se prendre une balle de neige en plein visage, alors aussi bien respecter leur volonté. Un divertissement de quelques minutes tout au plus, moins si vous tombez sur le bogue où vous prenez des coups sans voir les ennemis où quoi que ce soit.

Pour résumer, un jeu moyen tout au plus. La moitié des minis-jeux n’en valent pas la peine et le reste ne serviront qu’un court moment, mais faut quand même l’essayer au moins une fois.

Publicités