Console: Nintendo 64
Sortie: 27 décembre 2000
Genre: Courses
Développeur: Vicarious Visions
Publication: Vatical Entertainment

L’hiver n’est peut-être commencée officiellement que depuis un mois, ça n’empêche pas que le froid à ne plus finir accompagnés de chutes de neige à ne plus savoir quoi en faire se sont montrés bien avant la fin de décembre. Mais, pour quelqu’un qui aime l’hiver, c’est l’occasion de sortir ses patins, ses skis, sa planche à neige ou encore, sa motoneige. C’est donc le moment idéal pour parler d’un jeu de courses qui se déroule justement sur ses engins hivernales.

À ma connaissance, il n’y avait pas eu de jeux de courses avec des motoneiges sur les consoles 8 et 16 bits. C’était donc une nouveauté pour le genre qu’on nous offrait sur la Nintendo 64 (au même titre que Wave Race par exemple où nous avions des jet skis). Toutefois, est-ce que le jeu est intéressant ou alors on peut passer à côté sans craindre d’avoir manqué quoi que ce soit? Déjà, avant de parler plus en détails du jeu, vous devez savoir qu’en général, je ne suis pas un grand amateur des jeux de courses que je trouve trop souvent répétitifs (il y a tout de même quelques exceptions comme les Mario Karts ou Wave Race par exemple) et rapidement lassant.

Polaris 01

Vous n’aurez pas beaucoup de compétition dans ce jeu. En effet, les courses ne se déroulent qu’avec quatre personnes seulement. C’est assez difficile de croire qu’ils ne pouvaient pas en inclure plus que ça lorsqu’on pense qu’il y en avait le double au minimum dans des jeux de courses sur la Super Nintendo. Mais, d’un autre côté, si on tiens la route sans sortir du parcours, nous serons toujours assez rapproché de nos adversaires, ce qui nous donne une compétition assez serrée et ce, jusqu’à la toute fin.

Par «si on tiens la route», je ne veux pas dire que notre motoneige (ou Ski-Doo, c’est selon le terme que vous préférez) est difficile à conduire. C’est plutôt le contraire, les contrôles répondent très bien à ce qu’on leur demande et si nous faisons des erreurs en entrant en collision avec quoi que ce soit, c’est probablement nous la personne responsable à blâmer pour les délais occasionnés ou les bris sur notre engin.

Il ne faut pas se penser invincible au volant, car si on percute quelque chose avec une trop grande force, on sera éjecté et, comme vous vous en doutez, ça nous fais perdre de longues et précieuses secondes qui pourraient bien nous couter la victoire. Je dois avouer que j’ai trouvé qu’il était presque plus difficile de tomber de notre moto dans Grand Theft Auto: Vice City que ce ne l’est dans ce jeu… et pourtant, ce n’est pas si compliqué que ça d’être expulsé de la moto dans Vice City. Ça veut donc dire qu’il faut être prudent en tout temps pour s’éviter bien des tracas. Donc oui, on peut «se faire de gros bobos», mais nous pouvons aussi provoquer quelques problèmes à nos adversaires si nous arrivons à bien les pousser sur le côté pour les faire entrer en collision avec un obstacle ou les faire tomber en bas de leur montagne par exemple.

Polaris 06

Sur votre chemin, il ne sera pas rare de croiser des sentiers qui vous sembleront fermés (puisqu’il y a des caisses ou des barrières qui nous bloquent la route), mais ne vous laissez pas piéger par ceux-ci, car les obstacles sont faciles à fracasser. Toutefois, ces supposés raccourcis ne semblent pas me faire gagner de temps, même que j’ai eu l’impression de perdre une ou deux secondes lorsqu’empruntés. Donc, à mon avis, c’est préférable de suivre le chemin original pour augmenter nos chances de s’en sortir avec la première place.

Les pistes sont assez longues avant d’en faire le tour complet, donc on ne termine pas la course en moins de deux minutes comme certains autre jeux similaires. Chaque tour prend environ une minute et trente secondes. Une chance, car il n’y as pas beaucoup de choix dans les pistes disponibles lorsque nous commençons (que trois seulement et une fois les tournois complétés entièrement, ce sont douze parcours différents qui nous attendent, ce qui est la moyenne dans les jeux de courses disponibles sur cette console).

Nous avons même accès à quelques choix de configurations, on peut avoir droit à une belle journée ensoleillée ou encore avec de la neige qui tombe. Ce n’est pas tout, car il est également possible de sélectionner entre le jour ou la nuit, nous donnant, comme seul éclairage, la puissance des lumières disponibles sur les motoneiges. En ce qui me concerne, j’aime bien la possibilité de conduire lorsqu’il fait plus sombre, ça ajoute un petit défi supplémentaire et surtout, ce n’est pas quelque chose que nous pouvions voir souvent à cette époque-là.

Polaris 04

Les options sont par contre un peu trop limitées. La seule chose que nous pouvons faire, c’est de la course, purement et simplement. J’aurais apprécié d’autres modes où nous aurions eu des missions comme, par exemple, trouver des objets et/ou en fracasser un certain nombre, se rendre à deux points en un temps précis, etc… Ça aurait ajouté des défis supplémentaires pour donner le goût de rejouer une fois que le mode du tournoi est terminé. Les motoneiges aussi sont limités dans leur choix et sont peu puissantes au début. On se croirait presque en possession d’une sélection de véhicules usagés en mauvais états.

Pour en revenir à ce que je vous disais au début de cet article, oui, je trouve souvent les jeux de courses répétitifs. Donc, je suis assez difficile en ce qui concerne les jeux entrants dans cette catégorie. Dans le cas de Polaris SnoCross, je ne le considère pas comme un jeu avec lequel je voudrais jouer régulièrement, mais, pour ce qui est de terminer le jeu au moins une fois, alors ça, il est pas si mal et j’ai bien apprécié l’expérience, ne serais-ce que pour ses distinctions en comparaison avec la plupart des jeux disponibles à sa sortie (motoneiges, conduire de nuit). Il lui manque seulement, du moins pour moi, l’attrait pour nous donner l’envie d’y rejouer. Donc une fois, pourquoi pas. À répétition… alors là, non merci. Mais bon, je suis conscient que je ne suis pas le plus grand amateur de ce genre de jeu, ni plus que je le suis à propos des motoneiges, donc, je crois qu’en disant que c’est jouable au moins une fois, c’est déjà une très bonne chose et ça veut en dire long.

Publicités