Console: Nintendo 64
Sortie: 1998
Genre: Courses
Développeur: Nintendo EAD
Publication: Nintendo

Je suis loin d’être le genre de personne qui apprécie l’hiver… ce qui n’est pas tout à fait l’idéal quand on vit au Canada là où la saison semble parfois durer cinq-six mois avec des température pouvant atteindre les -40 degrés Celcius dans les pires jours et je préfère ne même pas m’aventurer pour ce qui est des accumulations de neige en centimètres entre novembre et mai. Mais ce n’est pas pour autant que j’évite les jeux d’hiver comme la peste noire.

1080o Snowboarding comprend six modes de jeux différents et nous débutons avec cinq personnages (deux du Japon et les trois autres viennent du Canada, des États-Unis et de l’Angleterre) qui possèdent tous des caractéristiques différentes qui les fera plus exceller dans certains parcours et le choix de la planche (parmi les huit disponibles en partant) est aussi important pour vous faire gagner quelques secondes ou points de plus lors du parcours. Plus tard dans le jeu, vous pourrez débloquer trois autres personnages et une planche en plus.

Dans le mode challenge, nous devons faire un minimum de quatre parcours, le premier se passant au camp d’été où Jason Vorhees s’est noyé (Crystal Lake). Comme le titre le dit, nous sommes en plein défi contre l’ordinateur et il faut absolument gagner la course pour pouvoir avancer au parcours suivant. Il faut donc faire attention à notre barre de dégâts qui augmente lors de collisions ou de chutes. Si on remplis la barre, c’est une défaite automatique. Le plus gros problème dans ce mode, c’est que même au niveau de difficulté normal, nous n’avons pratiquement pas le droit à l’erreur. Même en ayant une avance sur l’adversaire, un ralentissement d’à peine deux secondes peut nous être fatal. L’intelligence artificielle dans ce jeu semble avoir été programmée pour que l’opposant ne fasse pas ou alors vraiment très peu de gaffes. Il n’en demeure pas moins que de courser dans ses pistes peut être amusant et qu’avec un peu de pratique, on fini par faire voir à notre adversaire les traces que notre planche a laissées lors de notre passage.

1080 01

On peut gagner facilement quand même, il faut tout simplement ne pas trop faire de conneries, ne pas faire de manœuvres risquées dans ce niveau-ci (puisque les points ne changerons rien) et de faire attention à la glace. Concentrez-vous tout simplement sur la piste avec prudence et tout devrait bien se passer.

Le second mode porte le nom de Contre la montre. Comme son nom l’indique, le but est d’aller le plus rapidement possible pour terminer le parcours (que nous pouvons choisir cette fois). À la différence du mode précédent, nous sommes seul cette fois, ce qui peut enlever un stress et nous permettre d’apprivoiser les pistes de courses lorsque nous tentons d’apprendre à manier les boutons, car il faut l’avouer, ça prend un certain temps d’adaptation pour maîtriser ne serais-ce que certains virages. Alors je ne vous parle même pas d’exécuter les mouvements. Comme je le disais, certains virages sont très difficiles à prendre, ce qui fait en sorte que nous augmentons assez rapidement notre ligne de dégâts.

En troisième, vient justement le mode Figures, où contrairement aux deux précédents, met l’emphase sur le nombre de points obtenus en faisant les manœuvres. C’est là que savoir comment les faire est primordial. Même si certains sont très faciles à faire, plus de la moitié demandent une combinaison de boutons pour les réussir. Aussi, si on ne fait pas complètement le mouvement (en perdant l’équilibre par exemple), nous n’aurons pas le moindre point. Des checkpoints sont aussi présents pour nous donner quelques secondes supplémentaires pour se rendre au bout du parcours. La patience est de rigueur pour parvenir à faire quelque chose de bien avec ce mode acrobatique un peu plus exigeant que les deux autres, du moins à mon avis personnel.

Le prochain est le Mode Tournoi, qui n’est pas en réalité un vrai tournoi, mais plus des épreuves variées qui débutent avec un slalom qui nous demande de passer du bon côté des drapeaux rouge et bleu. On obtient quelques secondes supplémentaires pour arriver jusqu’au bout (et des points) si on réussit et rien du tout en cas d’échec. Les avantages c’est que nous sommes seuls lorsque la descente se fait et que la barre de dégâts n’est pas de la partie dans ce mode. Nous pouvons donc mettre toute notre concentration uniquement sur le bon côté à prendre si on ne veut pas manquer de temps avant de voir la lignée d’arrivée, profitez-en.

1080 02

Après le slalom, nous devons faire une descente sur une piste d’acrobaties de style olympique afin de faire la meilleure figure possible lorsque nous sommes dans les airs pour maximiser l’ajout de points au cumulatif. Mais contrairement au slalom, même si on arrive pas à faire de points, on peut quand même avancer à la prochaine étape. Prochaine étape qui est un second slalom (dans un autre parcours bien-sûr) qui sera suivi par un half pipe où nous devons faire le plus de mouvements et de points possibles en quelques secondes. La cinquième et dernière manche est un troisième slalom dans une nouvelle piste de parcours. Une fois que nous avons complété les cinq épreuves, on nous fait part de notre position dans le classement selon nos performances.

Le mode deux joueurs permet tout simplement de courser avec un ami au lieu de le faire avec l’ordinateur. Le sixième et dernier mode est celui de l’entraînement qui nous aide à pratiquer les divers mouvements (en nous disant quels combinaisons de boutons il faut faire) en se dirigeant soit du côté de la piste half pipe ou encore vers le style libre, tout dépend de notre préférence, mais je vous conseil le côté du half pipe.

En conclusion, je dirais que nous avons ici un jeu qui est quand même très bien. L’idée de base est bonne, les décors et personnages sont très bien fait pour la console. On peut aussi vanter la façon dont la neige réagit à nos déplacements et la présence presque constante de l’hélicoptère de secours qui nous suit à la trace au cas où un accident surviendrait. Pour ce qui est de la musique, honnêtement je ne la déteste pas, mais ne l’aime pas plus que ça non plus. Mais ce n’est qu’une question de goûts musicaux tout simplement. Mon plus gros problème concerne les contrôles qui sont parfois difficiles à maîtriser et qui ne font pas toujours ce que nous voudrions faire. À part ce détail, quand même non négligeable, le jeu vaut la peine d’être essayé et j’imagine qu’être un amateur d’hiver risque d’aider encore plus à pleinement apprécié le temps passé à y jouer…

Publicités