Soixante-quinze consoles de faites dans les cinq dernières parties de ce grand dossier et nous en sommes qu’au milieu des années ‘80. Je ne peux pas garantir pouvoir toutes les nommer sans exception, mais je fais toutefois mon possible pour vous en faire voir le plus possible. Ayant conclu 1984 le mois dernier, nous débuterons donc en 1985.

 

AMSTRAD CPC 664

consoles Amstrad cpc664

En mai 1985, Amstrad revient avec un nouveau modèle de leur précédent ordinateur. Qu’elle est la différence principale? Simplement le remplacement du stockage de données qui se faisait sur ruban par un lecteur de disquette (celles de petits formats). Comme son prédécesseur, il n’a pas été en vente très longtemps puisque la compagnie a sortie son modèle suivant qu’un court six mois plus tard. Le CPC 664 venait, comme l’ancien modèle, avec un écran vert ou alors, un de couleurs si le client était prêt à y mettre un peu plus d’argent. Finalement, une autre chose que la compagnie avait modifiée légèrement, c’est le design du clavier qui avait maintenant quelques touches de couleurs.

clavier amstrad

 

ATARI ST

atari

Sortie en 1985 pour ne s’évaporer que huit années plus tard (donc en 1993), le ST d’Atari est le premier ordinateur à venir avec une interface graphique complète. C’est cette interface graphique qui lui aura valu le surnom de Jackintosh, une référence à Jack Tramiel (le fondateur de Commodore International) et à la compagnie Apple. Ce modèle comportait 512 kilos octets de RAM (ou 720 si on inclus ses capacités en utilisant le lecteur de disquette de trois pouces et demi pouvant enregistrer sur les deux côtés). L’Atari ST avait un port MIDI intégré, ce qui en faisait une station de travail très appréciée des musiciens. Pour les curieux, ST veut tout simplement dire «Sixteen / Thirty-Two» (Seize / Trente-Deux).

 

COMMODORE AMIGA 1000

amiga

Commodore présente, en 1985, l’Amiga. Un modèle vu comme étant une très forte amélioration de leur Commodore 64. Moins dispendieux que le Mac d’Apple et le PC d’IBM, il était particulièrement aimé des professionnels de la production vidéos puisqu’il avait de fortes capacités graphiques et audio en plus de permettre de faire plusieurs tâches à la fois. Comparé à son homologue de chez Atari (le ST), l’Amiga était très apprécié des graphistes (2D ainsi 3D). Dans les premières années, les jeux étaient portés à partir de sa version Atari ST, mais par la suite les jeux ont étés développés directement sur Amiga et bon nombre de jeux ne sortiront plus sur le ST qui pourtant à le même processeur que l’Amiga. Peu de temps après la sortie, ils ont pris la décision d’ajouter le nombre 1000 au nom.

 

NINTENDO ENTERTAINMENT SYSTEM

consoles NES

La voici, là voilà. La Nintendo Entertainment System… ou NES pour les intimes, est la version Nord-Américaine de la Famicom. Premièrement apparue en 1985 (pour l’Europe, c’était 1986), elle demeurera active jusqu’en 1995 (au Japon, elle aura durée de 1983 jusqu’à 2003). Elle est donc demeurée populaire même si la Super Nintendo était disponible sur le marché depuis 1991. La console peut se vanter d’avoir été celle où plusieurs grandes franchises du jeu vidéo sont nées, telles que: Super Mario Bros, Zelda, Mega Man, Castlevania, Metroid, Dragon Quest et Final Fantasy pour en nommer que quelques uns. La popularité de la NES était telle que les ventes l’ont propulsée au sommet du marché et même encore aujourd’hui, elle demeure l’une des consoles de salon les plus vendues de l’histoire avec un chiffre estimé aux alentours de 61,91 millions (elle serait classée en sixième place, derrière la PlayStation 2, PlayStation, Wii, XBox 360 et finalement PlayStation 3 avec la PS2 en connue plus de 155 millions d’acheteurs). En incluant les consoles portatives, on parle plutôt d’une onzième position, les Nintendo DS, Game Boy/Game Boy Color, PlayStation Portable et Game Boy Advance s’ajoutant au classement. La position de la NES en terme de chiffres de ventes ne l’aura pas empêchée d’être nommée LA meilleure console de l’histoire par IGN. Il ne faut pas oublier que la compagnie Nintendo est, par la même occasion, devenue un développeur et éditeur important de jeux en partie grâce à la NES.

En Amérique du Nord, la console venait sous cinq emballages différents (Basic, Deluxe, Action, Power et Control Deck).
Basic, sortie en 1987 n’avait que la console, deux manettes et un livre dont le titre est Official Nintendo Player’S Guide (qui listait tous les jeux sortis jusqu’à ce moment-là), rien d’autres, pas même un jeu.
Deluxe incluait R.O.B., le Zapper et deux manettes.
Control Deck comprenait la console, deux manette et Super Mario Bros.
Action Set, de son côté, est sortie en 1988 et venait avec la console, deux manettes, le Zapper et une console avec deux jeux, soit Duck Hunt et Super Mario Bros.
Finalement, en 1989, Power Set était disponible et incluait la console, deux manettes, le Zapper, le Power Pad et une cartouche de trois jeux: Super Mario Bros, Duck Hunt et World Class Track Meet. Un peu plus tard, ils ont sortis quelques emballages additionnels.
En 1990, Sports Set était vendue avec la console, NES Satellite, quatre manettes et une cartouche de deux jeux: Super Spike V’Ball et Nintendo World Cup.
Également en 1990, Challenge Set comprenait la console, deux manettes et Super Mario Bros 3.
Finalement, la dernière version, sortie en 1993, comprenait le nouveau design de la console qui était renommé NES-101. Ce dernier coffret se détaillait à 49,99$ (alors que le Deluxe, en comparaison, coutait 149,99$). La console pouvait afficher 48 couleurs et 6 teintes de gris et jusqu’à 64 sprites pouvaient être affichées par écran.

 

INTV SYSTEM III

SONY DSC

C’est en 1985 que sort la INTV System III. Pourquoi je n’ai pas parlé des deux prédécesseurs? J’en ai bel et bien parlé. C’est que vous les avez connues sous un autre nom. Revoyons donc de qui ça vient et l’histoire derrière tout ça. Reculons en 1982 alors que Mattel songe à construire une version plus puissante de l’Intellivision et annonce l’arrivée prochaine de l’Intellivision III. Une console qui, on nous le promet, aura de bien meilleurs graphiques que la ColocoVision et qui pourra jouer les jeux de la console précédente de l’Intellivision. Malheureusement pour Mattel, ils n’auront pas eue la chance de compléter ce projet.

En mars 1984, les droits de l’Intellivision sont vendus pour 16,5 millions de dollars à un groupe d’investisseurs qui ont choisis de la renommer INTV. En octobre 1985, la INTV III sortait alors sur les tablettes… C’était plus un re-design de l’Intellivision avec quelques légers ajouts qu’autre chose par contre. Quelques jeux de l’Intellivision ont également vus une nouvelle sortie leur être destinées. Même si, en 1987, on annonce un INTV System IV, la compagnie continue de produire la System III jusqu’en 1990 alors que trois millions de consoles ont étés vendues (ce qui équivaut à 6 millions de dollars en vente au travers du monde alors qu’elles se vendaient à 60$ chacune). Certains des jeux de la console, Super Pro Football et Pole Position connaissaient assez de succès pour être tête à tête avec la Master System de Sega et la NES de Nintendo.

 

MARK III

console Mark III

Sega, après la SG-1000 et SG-1000 II a sorti, au Japon, la Mark III en octobre 1985 pour faire compétition au Family Computer. Cette console fera son entrée quelques mois plus tard en Amérique du Nord en tant que la Master System. Malheureusement pour eux, les Japonais ne se sont pas trop intéressés à la Mark III, même si elle était compatible avec la SG-1000, parce que Family Computer possédait 95% du marché là-bas. La console a été officiellement discontinuée en 1992 et leur dernier jeu à licence, sorti en février 1989, était Bomber Raid.

 

RDI HALCYON

consoles rdi halcyon

Sortie en janvier 1985, RDI Video Systems rend disponible sur le marché la Halcyon… qui se détaillait au très fort prix de 2 500$ (5 150$ en 2017). Ce qu’on obtenait pour une telle somme, c’est un lecteur de laser disc attaché à un ordinateur. Chacun étant approximativement de la grosseur d’un des premiers modèles de lecteurs de VHS. Comme si le prix n’était pas déjà suffisamment exorbitant comme ça, ses acheteurs n’ont eus que deux jeux à se mettre sous la dent avant que la compagnie ne fasse faillite: Thayer’s Quest et Raiders Vs Chargers. RDI disait fièrement que la console serait entièrement activée par la voix, serait dotée d’une intelligence artificielle et aurait une voix comparable à celle de HAL9000 du film 2001: A Space Odyssey. Comme plusieurs appareils plus récents supposés entendre notre voix, ils ne comprenait pas souvent les bonnes commandes verbales. Vous ne serez pas surpris de lire que la console n’a pas été à la hauteur des attentes.

 

SINCLAIR ZX SPECTRUM +

consoles zx spectrum plus

Il y a vraiment très peu à dire sur cette console sortie en Angleterre en début de l’année 1985. À vrai dire, les concepteurs de chez Sinclair n’y ont vraiment pas mis beaucoup d’efforts. Les différences majeures avec sa grande sœur la ZX Spectrum (sans le + à la fin) se limitent tout simplement à l’ajout du bouton reset et également d’une légère modification au niveau du clavier. Elle a été discontinuée la même année de sa sortie. C’est triste, mais il n’y as vraiment rien d’autres à dire sur celle-ci…

 

AMSTRAD CPC 6128

amstrad

Eh oui! Encore un autre Amstrad pour 1985, sorti seulement quelques mois après son prédécesseur. Celui-ci venait avec une mémoire de 128 kilos octets et n’aura été discontinuée qu’en 1990 à la sortie de leur nouveau modèle. C’est en août qu’il est sorti et au départ, elle n’était en vente qu’aux États-Unis, ce qui en a fait le toute premier ordinateur de la compagnie à avoir été vendu en sol Nord-Américain. Il faut dire qu’à l’époque, les États-Unis n’étaient pas trop friands des manufacturiers d’ordinateurs Européens. Ce n’est qu’à la fin de l’année que le CPC 6128 arrive en Europe pour remplacer le CPC664. Dans le but de ne pas perdre les bonnes vieilles habitudes, on retrouvait un modèle avec l’écran vert (700$) ou alors, si on acceptait d’y mettre un cent dollars de plus, un écran couleurs. On reparlera du prochain modèle, le 6128plus dans «quelques années», alors que nous en serons à l’année 1990.

 

ATARI 2600 JR.

atarijr

1985 aura également vu l’arrivée de l’Atari 2600 Jr. qui n’était rien d’autres qu’une nouvelle version de la 2600. Elle était prévue pour 1983, mais pour une raison inconnue elle a longtemps été repoussée. On l’annonçait comme étant une console économique (vendue en-dessous des 50$). Ayant été présente sur les tablettes jusqu’en 1991, sa librairie de jeux était immense (plus de 900 titres) et de nouveaux jeux ont continués d’entrer sur les tablettes des magasins jusqu’en 1991. La console (en partie dû à la sortie du modèle Jr.) peut se vanter de détenir un record, soit celui d’être celle qui a eue la plus longue durée de vie avec 14 ans et 2 mois et ce, même si en fin de vie, ses jeux étaient vus comme étant nettement inférieurs à ceux de la compétition (Sega Genesis, Sega Master System et Nintendo N.E.S.)

 

FAMICOM DISK SYSTEM

famdisk

Sortie en février 1986 par Nintendo, la Disk System avait la particularité d’utiliser des disquettes pour enregistrer des données. Même si elle avait été annoncée pour l’Amérique du Nord et que sa production s’est étendue de 1986 à 2003, il n’y a que le Japon qui pouvait se la procurer. Ce qui n’a pas empêché les ventes d’atteindre le 4,44 millions d’exemplaires ayant trouvés un acquéreur. Avec ses 112 kilos octets d’espace, c’était la façon la plus intéressante pour les joueurs désirant sauvegarder leurs parties de Legend of Zelda, Metroid ou encore de Kid Icarus qui ressortait en magasins avec une nouvelle option pour faire des sauvegardes.

 

TWIN FAMICOM

sharptwin.png

C’est Sharp, qui en 1986, nous présente la Twin Famicom. Une console qui, grâce à une permission spéciale de Nintendo, pouvait faire jouer les jeux de la Famicom ainsi que de la Disk System. Son utilisateur devait sélectionner le côté de la console à allumer, ce qui protégeait la machine en empêchant l’autre d’être allumée par erreur. Alors que la Famicom était connue pour sa combinaison de rouge et blanc, celle-ci venait en rouge avec des barres noires (ou vice-versa), noire avec barres rouges ou rouge avec des barres bleus ou grises. Les deux derniers modèles de couleurs mentionnés étaient vendus avec une manette Turbo. Elle a été discontinuée vers 1992 environ et venait sous deux couleurs différentes, noire ou rouge.

consoles Sharp Twin Famicom

SINCLAIR ZX SPECTRUM +2

Spectrum

1986 a vu l’arrivée de ce micro-ordinateur qui n’a été sortie qu’en Angleterre. Honnêtement, il n’y avait pas réellement de nouveautés en comparaison avec la ZX Spectrum (ou la +), sauf peut-être qu’il y avait un enregistreur de cassette appelé le Data Recorder et que les RAM étaient plus élevés. Il y avait également un port pour double joystick. Malgré le peu de choses ajoutées en comparaison avec sa version précédente (ZX Spectrum +), il aura tenu bon jusqu’en 1990, alors que la production de la ZX Spectrum +2 a cessée.

 

Voici ce qui complète cette sixième partie de ce grand dossier. Avec les treize consoles que nous venons de voir, le grand total s’élève maintenant à quatre-vingt-huit. Il nous en reste encore beaucoup à voir dans les semaines qui vont suivre. La semaine prochaine, nous allons donc continuer là où nous nous sommes arrêter alors que nous sommes à la mi-point de ce dossier. La septième partie va débuter alors que nous reprendrons avec la suite de l’année en cours, soit 1986.

Publicités