Console: Nintendo 64
Sortie: 27 septembre 1996
Genre: Sport (Courses)
Développeur: Nintendo EAD
Publication: Nintendo

Comment un jeu ne contenant que quatre personnages et neuf différents emplacements de courses pourrait-il être bon? Il n’y en a pas beaucoup qui pourrait être en mesure de réussir cet exploit, mais Wave Race 64 y est parvenu avec une programmation quasi parfaite des vagues, rendant le jeu que plus divertissant. Mais, est-ce que tout ce qu’il y a de bien dans ce jeu? Bien-sûr que non et vous en apprendrez plus dans les minutes qui vont suivre sur l’un des premiers jeux à être sorti sur la Nintendo 64.

WaveRace 001Il faut savoir qu’au départ, le concept devait être un jeu de courses avec des bateaux futuristes, mais puisque F-Zero X avait un concept similaire, tout a été repensé pour Wave Race pour devenir ce que nous connaissons aujourd’hui et c’est tant mieux pour nous, car ils ont fait fort pour nous présenter la Nintendo 64 à ses tout débuts, montrant de quoi la console était capable.

L’eau est faite de façon magnifique, réagissant très bien aux mouvements de notre jet ski, les vagues pouvant nous faire tomber en tout temps si on ne démontre pas suffisamment de prudence dans nos mouvement. L’eau nous laissant également voir des poissons nager à la surface, bref, il n’y a absolument rien dont nous pouvons nous plaindre avec ce qu’ils sont parvenus à faire. Nous avons même droit à des températures différente, vents de force variables, des couchés de soleil, eau calme et bien d’autres encore afin de s’assurer qu’un même parcours puisse nous apparaître différent selon les conditions météorologiques.

waverace 002.jpg

Nous pouvons choisir parmi quelques modes de jeux différents dont le mode courses où il faut arriver avant les autres à la fin du parcours en passant du côté indiqué par les bouées (cinq erreurs commises et il nous faudra tout recommencer), temps d’essai (pour faire le parcours sans stress le plus rapidement possible), cascades (où il faut passer au centre des cerceaux et arriver au prochain Check Point avant que le temps ne tombe à zéro). Il y a aussi le mode deux joueurs pour affronter son ami et finalement, le mode réchauffement pour apprendre à manipuler le sea-doo).

Le seul vrai point de reproche que j’ai à faire et là c’est vraiment très léger comme reproche puisqu’une fois qu’on y joue, on le remarque moins, c’est que nous n’avons le choix que parmi quatre personnage seulement. Personnages que je vous présente sans plus attendre:

waverace

Ryota Hayami, 18 ans et venant du Japon, il est celui dont les statistiques sont les plus égales et devrait donc convenir autant aux débutants qu’aux plus expérimentés des joueurs.

Dave Mariner, 32 ans et demeurant aux États-Unis. Le plus gros, mais aussi le plus rapide des personnages mais par contre, son contrôle est le plus médiocre du lot. À l’opposé, il peut mieux supporter les coups dans l’eau. Il sera probablement utilisé à son plein potentiel par les joueurs qui ont le plus d’expérience avec le jeu.

Ayumi Stewart, 21 ans et habitant aux États-Unis, elle est la seule femme du jeu et aussi la plus mince et la moins rapide. En contre-partie, elle est la plus simple à contrôler et son accélération est supérieur à ses trois adversaires. Ceux qui commencent sur Wave Race risquent de la préférer aux autres et en ce qui me concerne, c’est le plus souvent mon premier choix dû à sa facilité de contrôles.

Miles Jeter, 24 ans et résidant au Canada, il répond très bien aux commandes, mais par contre, il est le plus à risque pour les chutes. Il demeure malgré tout dans la bonne moyenne du côté des statistiques. Les joueurs de niveau intermédiaire à expert y trouveront leur bonheur avec Miles. Il est principalement utile dans le mode cascades dû à sa rapidité de réponses.

À vous de voir qui de ses quatre personnages vous convient donc le mieux selon votre niveau d’expertise et préférences personnelle.

waverace 004Malgré cette limitation côté personnages, vous n’aurez aucune difficulté à être diverti avec Wave Race 64. Vous ne serez pas non plus dérangé par le fait que seulement neuf pistes de courses sont présentes dans le jeu. Les concepteurs sont parvenus à le rendre tellement divertissement que le niveau de re-jouabilité demeure présent fois après fois, malgré les années qui s’écoulent.

C’est, à mon avis, l’un des meilleurs jeux que nous pouvons trouver sur la Nintendo 64 et le fait qu’il ait été l’un des premiers disponibles sur le marché démontre aussi la confiance que la compagnie avait pour représenter leur nouvelle console et en donner une bonne image aux joueurs. Un jeu à essayer sans la moindre modération

Publicités