Aujourd’hui, en ce 10 juillet [#340]
Aujourd’hui, en ce 11 juillet [#341]
Aujourd’hui, en ce 12 juillet [#342]

Aujourd’hui, en ce 10 juillet

DokiDoki Panic

C’est le 10 juillet 1987 qu’est mis en vente Yume Kojo: Doki Doki Panic sur la Famicom Disk System. Ce jeu de plateforme a été développé par Nintendo et publié par Fuji Television Network ainsi que Nintendo.

Les jumeaux Poki et Piki lisaient un livre d’histoire lorsque soudainement, ils ont étés aspirés à l’intérieur des pages. Il en revient maintenant à leur frère ainé Imajin, leur sœur Lina et leurs parents de trouver un moyen pour les secourir et les ramener à la maison.

Les quatre membres de la famille doivent traverser tour à tour les sept chapitres du jeu, amassant les pièces de chaque niveaux afin de pouvoir participer à un jeu bonus afin de gagner des vies supplémentaires. Comme moyen de défense, ils peuvent saisir des légumes plantés dans la terre pour les lancer sur leurs ennemis.

Pour sa sortie à l’extérieur du Japon, le jeu a été retravaillé afin de devenir Super Mario Bros 2 avec Mario, Luigi, Peach et Toad comme personnages principaux. En plus de certains changements graphiques, nous avons aussi Clawgrip qui remplace l’un des Mouser comme boss. Aussi, contrairement à Super Mario Bros 2, il faut absolument faire le tour du jeu avec les quatre personnages pour réellement avoir accès à la scène finale. L’histoire change également alors que Mario rêve d’une porte menant à un autre monde. La raison pour laquelle c’est Doki Doki Panic qui est devenu Super Mario Bros 2 alors qu’il existait déjà une vraie suite, c’est que le jeu original était jugé trop difficile pour les amateurs de jeux vidéos en Amérique du Nord et en Europe. Pour en revenir à Doki Doki Panic, les personnages principaux sont en fait les mascottes de Yume Kojo alors que le concept du jeu vient d’une coopération des licences de Nintendo et Fuji Television pour faire la promotion de l’événement Yume Kojo 1987. De son côté, Mamu, le boss final est une création de Nintendo.

Également sortis un 10 juillet:
Booby Kids (1987, NES)
MechWarrior (1992, Sharp X68000)
Soldier Blade (1992, TurboGrafx-16)
Armored Core (1997, PlayStation)
Dark Rift (1997, Nintendo 64)
Cool Boarders 3 (1998, PlayStation)
Roll Away (1998, PlayStation)
Star Soldier: Vanishing Earth (1998, Nintendo 64)
Hidden & Dangerous (2000, Dreamcast)
Tweety and the Magic Gems (2001, Game Boy Advance)
Operation Flashpoint: Resistance (2002, PC)
Chicken Shoot (2007, DS)
My Pet Shop (2008, DS)
Resident Evil Archives: Resident Evil Zero (2008, Wii)
Mickey Mania: The Timeless Adventures of Mickey Mouse (2012, PlayStation)
Rainbow Moon (2012, PlayStation 3)

Aujourd’hui, en ce 11 juillet

Goof Troop

C’est le 11 juillet 1993 que Goof Troop est mis en vente pour la Super Nintendo. Ce jeu d’action et d’aventure a été développé et publié par Capcom.

Ce devait être une journée tranquille pour Goofy et son fils Max qui voulaient profiter de la belle journée pour aller pêcher. Toutefois, leur activité prend fin lorsque des pirates enlèvent Pete et son fils PJ car ils ont confondus Pete avec leur capitaine Keelhaul Pete disparu depuis un bon moment. Goofy et Max se lancent donc aussitôt à leur rescousse.

Nous pouvons jouer seul ou en coopération. Dans chaque cas, il est possible de choisir entre Goofy et Max (Goofy est plus lent, mais inflige plus de dégâts aux ennemis) alors qu’il faut explorer afin de trouver des clefs et résoudre des puzzles au cours de cinq niveaux nous faisant traverser la plage, un village, un château hanté, une caverne et un bateau de pirate. On ne peut pas se battre directement avec les ennemis, il faut donc trouver d’autres moyens de défenses, comme pousser des objets dans leur direction. Nous pouvons amasser des items, mais nous ne pouvons pas en avoir plus de deux à la fois (ou un seul par personnage en mode deux joueurs). Les items peuvent être une cloche pour attirer l’attention des ennemis ou encore un crochet pour traverser de grands espaces vides pour ne donner que deux exemples.

Le jeu est basé sur le dessin animé de Disney qui a duré pour deux saisons de 1992 à 1993, totalisant soixante-dix-huit épisodes, un spécial de Noël et deux films (1995 et 2000). C’est Shinji Mikami qui s’est chargé du design du jeu. Plus tard, il s’est fait connaître pour des jeux tels que Dino Crisis et Resident Evil avec des éléments de survie ayant d’abord apparus dans Goof Troop faisant une apparition dans ses autres jeux de survie.

Également sortis un 11 juillet:
Road Fighter (1985, NES)
Street Fighter II Turbo (1993, SNES)
Doom (1997, Saturn)
SaGa Fronter (1997, PlayStation)
Cleopatra: Queen of the Nile (2000, PC)
Super Dodge Ball Advance (2001, Game Boy Advance)
Splashdown (2002, PlayStation 2)
Kirby Air Ride: (2003, GameCube)
Ribbit King (2003, GameCube)
Charlie and the Chocolate Factory (2005, Game Boy Advance)
Nancy Drew: Danger by Desing (2006, PC)

Aujourd’hui, en ce 12 juillet

Prison Tycoon

C’est le 12 juillet 2005 que sort en magasins Prison Tycoon pour PC. Ce jeu de simulation a été développé par Virtual Playground et publié par ValuSoft.

Nous avons été promu à la tête d’une toute nouvelle prison privée. Nous devrons donc tout superviser depuis le départ, ce qui inclus la construction du bâtiment qui va accueillir les prisonniers, tout en gardant en tête que bien que nous aillons à faire en sorte que les prisonniers se comportent bien et que notre personnel soit heureux, le but premier d’un bâtiment privé de la sorte est de remplir les coffres d’argent.

On nous offre le choix de positionner notre établissement en Nouvelle-Angleterre, dans le Sud-Ouest des États-Unis ou alors sur la Côte-Ouest. Nous aurons à bâtir les diverses sections de notre établissement en s’assurant de ne rien oublier pour que nos opérations se déroulent comme une machine bien huilée. Nos employés comprennent les gardiens de cellules, mais aussi les cuisiniers, le personnel médical, les gardiens positionnés dans des tours ainsi que les experts en réhabilitation pour en nommer quelques uns. Il est important pour nous de veiller à la réputation de notre prison car si notre niveau de sécurité est trop relâché, nous finirons avec des problèmes reliés aux gangs, mais à l’opposé, si nous sommes trop strict, la tension va éventuellement grimper au point de causer des émeutes. Il est toutefois possible d’influencer le moral de nos prisonniers en les occupant avec des activités qui peuvent inclure de faire de la musculation au gymnase, de s’affairer à réparer des véhicules au garage ou encore de passer du temps dans des offices religieux. Ça ne veut pas dire que ce genre de divertissement va régler tous les problèmes, puisque de temps en temps, il sera inévitable de devoir séparer les prisonniers impliqués dans des bagarres. Mais si ils se comportent bien, ce sera à notre discrétion de réduire leur sentence pour bonne conduite (ils devront passer devant un comité pour leur libération conditionnelle alors que le comportement général du détenu sera étudié) ou alors de leur donner la possibilité d’aller en réhabilitation. Pour ce qui est de notre financement, quelques options s’offrent à nous comme des donations, via les travaux forcés de nos prisonniers ou encore grâce au financement de l’état.

Plus de quatre-vingt-seize apparences différentes de prisonniers ont étés créées par les designers et il y a plus de cent animations présentes également. Côté édifices pouvant être construits, il y en as plus de cent en incluant les tours ou encore les cellules d’isolement. En 2006, 2007 et 2008, il y a respectivement eu trois suites: Prison Tycoon 2: Maximum Security, Prison Tycoon 3: Lockdown et Prison Tycoon 4: Supermax suivi d’une pause d’un an avant de voir arriver Prison Tycoon: Alcatraz à la fin de 2010.

Également sortis un 12 juillet:
Warpman (1985, NES)
Final Fantasy (1990, NES)
Castlevania II: Belmont’s Revenge (1991, Game Boy)
Metal Stoker (1991, TurboGrafx-16)
Decathlete (1996, Saturn)
Hell: A Cyberpunk Thriller (1996, PC)
Magical Panic (1996, PC)
Quarantine (1996, Saturn)
WipEout (1996, Saturn)
Fur Fighters (2000, Dreamcast)
Transformers: Beast Wars Transmetal (2000, Nintendo 64)
Disney’s Herbie: Fully Loaded (2005, Game Boy Advance)

Publicités