Aujourd’hui, en ce 31 mai [#298]
Aujourd’hui, en ce mois de mai (Bonus) [#299]

Aujourd’hui, en ce 31 mai

Batman Returns

C’est le 31 mai 1993 que Batman Returns fait son arrivée sur la Super Nintendo. Ce jeu de beat ’em up a été développé et publié par Konami.

Tout commence alors que les choses sont déjà déchainées et hors de main pour quiconque en position d’autorité dans les rues de Gotham et c’est là que, grâce au Bat-signal, Bruce Wayne sait que son aide est requise. Dès qu’il arrive sur les lieux, il voit des citoyens et leurs enfants, apeurés. Ceux-ci fuyant des dizaines de clowns de toutes sortes qui pensaient pouvoir faire la fête comme bon leur semble. Il en revient au héros masqué de leur gâcher la soirée comme eux l’ont si bien faits avec tant de gens.

Batman peut se défendre grâce à ses coups de poings, de pieds ainsi que certaines manœuvres spéciales (comme expédier l’ennemi contre un mur par exemple). Il ne faut pas oublier qu’il pourra aussi avoir accès à ses célèbres  »jouets » (comme le décrivait si bien le Joker dans le film de 1989) tel le Batarang (les gadgets peuvent être trouvés dans des poubelles, tout comme les items pour remonter notre énergie). Éventuellement, après avoir affronté des clowns de toutes sortes (à motos, armés de bazookas, etc…) nous aurons à affronter le Penguin et Catwoman puisque ce jeu est adapté du film du même nom sorti en 1992 mettant en vedette Michael Keaton, Michelle Pfeiffer, Dany DeVito et Christopher Walken.

Nous avons aussi droit à une attention aux détails de la part des développeurs avec certains éléments vus dans le long métrage comme lorsque Selina Kyle se fait attaquer en pleine rue et que nous pouvons voir ses lunettes au sol. Le jeu comprend des images digitalisées du film entre les niveaux et dépendant du niveau de difficulté choisi, nous aurons accès à une fin différente et bien-sûr, la fin la plus longue et complète n’est accessible que via le niveau de difficulté le plus élevé. La version de Batman Returns sur Super Nintendo est la seule à avoir incluse la composition musicale de Danny Elfman, les autres utilisent une musique faite spécifiquement pour le jeu. Les autres consoles sont sur Atari Lynx, N.E.S., DOS, Game Gear, Master System, Genesis et Sega Mega-CD. Celles-ci sont parfois différentes. Par exemple, sur Lynx, Master System et Game Gear, il s’agit de side-scrollers alors que sur DOS, nous avons droit à un jeu d’aventure. La version Amiga a créée une controverse dans le sens où Gametek avait envoyé des captures d’écrans de la version PC pour faire la publicité, laissant supposer que ce serait une adaptation de cette version alors qu’en réalité, ce fut un side-scroller.

Également sortis un 31 mai:
Puzznic (1990, Sharp X68000)
Egypt (1991, NES)
Red Storm Rising (1991, PC)
Zero Wing (1991, Genesis)
Dirt Racer (1995, SNES)
Sid Meier’s Colonization (1995, Amiga)
Dark Half (1996, SNES)
Defcon 5 (1996, PlayStation)
Expert (1996, PlayStation)
Paparazzo (1996, PC)
Blood (1997, PC)
Hexen: Beyond Heretic (1997, Nintendo 64)
The X-Files Game (1998, PC)
Tribal Rage (1998, PC)
Shadowgate 64: Trial of the Four Towers (1999, Nintendo 64)
Star Ocean: The Second Story (1999, PlayStation)
Superman: The New Superman Adventures (1999, Nintendo 64)
Microsoft Train Simulator (2001, PC)
HamsterJam (2004, PC)
ER (2005, PC)
X-Scape (2010, DS)

Aujourd’hui, en ce mois de mai (Bonus)

Dark Castle

C’est une journée indéterminée du mois de mai 1991 qu’arrive sur la Sega Genesis le jeu de plateformes Dark Castle. Développé par Silicon Beach Software, la publication vient de Electronic Arts.

The Black Knight semble doué pour une chose… amener la terreur chez les gens. Quelqu’un doit absolument faire quelque chose pour remédier à la situation. C’est là que le Prince Duncan se décide à prendre son courage à deux mains et d’entrer dans le château afin de le tuer.

À l’entrée du château se trouvent quatre portes, celles-ci totalisent quatorze niveaux. On peut se défendre de nos divers ennemis en leur lançant des roches et bien qu’elles soient en nombre limités, il y a toujours moyen d’en trouver d’autres cachées dans de petits sacs. Duncan peut courir, sauter et esquiver les coups, mais il est aussi maladroit et peut débouler les escaliers ou une simple marche si on s’y prend mal. Pour ce qui est des morsures de chauves-souris ou de rates, nous aurons besoin d’un antidote pour en guérir. L’une des pièces ne contient que des cordes et si par malheur on ne parvient pas à y rester accrochées, on tombe jusque dans un cachot où une séance de coup de fouets est en cours.

En mettant le jeu sur pause, il est possible de changer le niveau de difficulté en milieu de partie. Sur la version PC, lorsque nous tombons le 25 décembre, dans le grand hall, nous pouvons voir un arbre de Noël. Aussi, à chaque vendredi 13, les décorations changeront dans la salle du trône. Ceux qui ont achetés le jeu pouvaient trouver à l’intérieur de la boite une offre pour se procurer un T-Shirt ou alors un Sweatshirt. D’abord sorti sur Macintosh en 1986, au cours des sept années qui ont suivis, outre la Sega Genesis, nous avons pus le voir adapté pour DOS, Commodore (64 et Amiga), Atari ST, Apple IIGS, CD-i et MSX. Dark Castle a également eu droit à un remake (Color Dark Castle sur Macintosh en 1994 et développé par Delta Tao Software) et à deux suites: Beyond Dark Castle en 1987 sur Macintosh, Apple IIGS et Commodore (64 et Amiga) et en 2008, Return to Dark Castle sur Mac OS alors que pourtant ce jeu avait d’abord été annoncé pour l’an 2000.

Également sortis une journée imprécise du mois de mai:
Halloween (1983, Atari 2600)
Burger Time (1987, NES)
Remote Control (1990, NES)
James Pond: Under Water Agent (1991, Genesis)
Power Piggs of the Dark Age (1996, SNES)

Publicités