Aujourd’hui, en ce 22 mai [#289]
Aujourd’hui, en ce 23 mai [#290]
Aujourd’hui, en ce 24 mai [#291]

 

Aujourd’hui, en ce 22 mai

Perfect Dark
C’est le 22 mai 2000 qu’arrive sur les tablettes des magasins le jeu de tirs à la première personne Perfect Dark. Destiné à la Nintendo 64, le développement a été fait par Rare alors que la publication est de Nintendo.

Nous sommes en 2023 en pleine guerre entre les Maians, des extra-terrestres grisâtres et les Skedar, des extra-terrestres à l’allure reptilienne qui utilisent un déguisement holographique pour avoir l’air d’êtres-humains afin de pouvoir interagir avec ces derniers. En même temps, une autre bataille se passe sur la Terre, entre The Carrington Institute, un centre de recherche et développement qui, en secret, mène un groupe d’espionnage aux côtés des Maians et dataDyne, une corporation de défense qui a une entente avec les Skedar où dataDyne les aide avec un vaisseau coulé dans l’océan et en échange, ils reçoivent de la technologie extra-terrestres. Nous sommes dans la peau de Joanna Dark, une agente spéciale dont le nom de code est Perfect Dark. Elle est à l’emploi de l’Institut Carrington dans l’espoir de mettre un terme aux conspirations se déroulant dans la compagnie rivale, dataDyne.

Dix-sept niveaux nous attendent dans ce qui est vu comme un successeur spirituel au jeu Goldeneye 007, également sur Nintendo 64. Pour chaque niveau, nous avons une mission bien précise à respecter et seulement une fois tous les objectifs complétés, nous pouvons nous diriger vers la sortie. Une mission typique peut être de secourir quelqu’un ou encore de récupérer un objet par exemple. Selon le niveau de difficulté choisi, le nombre d’objectifs peut augmenter tout comme il peut devenir plus difficile de trouver des munitions. Si une personne complète tous les niveaux à la plus forte difficulté, un choix supplémentaire, du nom de Perfect Dark, deviendra accessible. Ce mode nous laisse modifier certains détails chez les ennemis comme leur précision de tirs ou les dégâts qu’ils peuvent causer. Nous avons également droit à trois modes multijoueurs: coopératif (deux joueurs faisant les missions ensemble), contre-opératif (un joueur est Joanna et l’autre joue un ennemi tentant de l’arrêter) et simulateur de combat (différentes options allant de celui où on tue les autres joueurs, un autre où il faut conserver une mallette aussi longtemps que possible ou encore il faut pirater un système informatique).

Il aura fallu trois ans pour développer le jeu. Au départ, Rare comptait faire une suite à GoldenEye basée sur Tomorrow Never Dies, mais une autre compagnie les as battus dans la guerre des enchères pour les droits. Ça n’a pas dérangé les développeurs plus que ça puisqu’ils avaient l’impression d’avoir déjà passés suffisamment de temps dans l’univers de James Bond. Les développeurs étant fanatiques de science-fiction, se sont inspirés entre-autres de The X-Files, Blade Runner et Ghost in the Shell pour les personnages et histoire. Ils ont choisis d’avoir une femme comme personnage principal sous l’impression qu’il devrait y avoir plus de jeux centrés sur les femmes. Joanna Dark vient de plusieurs influences dont Jeanne d’Arc (pour le nom), Dana Scully de The X-Files ou encore l’espionne X-27 du film de 1931 Dishonored.

La même équipe ayant travaillée sur GoldenEye 007 s’est occupée de Perfect Dark en mettant à jour l’engin du jeu sur James Bond, ne gardant que 30% de l’engin original et en améliorant l’effet de gore et l’intelligence artificielle en plus de l’ajout de l’effet de désorientation donnant une vue brouillée après avoir reçu des coups ou un tranquillisant. Au départ, Nintendo voulait une actrice Américaine pour prêter sa voix à Joanna, mais les négociations ne se sont pas bien déroulées et finalement, c’est la compositrice Eveline Fischer qui a été choisie.

Posséder un Expansion Pak est indispensable pour jouer sinon, il n’y aura environ que 35% du jeu qui sera accessible (donc que le mode multijoueurs sans les missions solos). La décision a été prise de se servir de l’accessoire parce que les développeurs n’arrêtaient pas d’ajouter du contenu au point de manquer d’espace et puisque l’Expansion Pak fait passer les RAM de la console de 4mo à 8mo, c’était leur meilleure option. Sur Game Boy Color, on retrouve également un jeu du même nom, avec une histoire différente, mais celui-ci est vu comme un supplément de la console de salon et contient certaines fonctions qui seront débloquées en se servant du Transfer Pak.

Une option du nom de Perfect Head était visible dans les avants-goûts du jeu, mais n’a pas été incluse dans le produit final. Ça aurait permis au joueur de personnaliser son profil multijoueur en prenant une photo de son choix pour la superposer sur le visage de son personnage en combinant l’utilisation de la Game Boy Camera et du Transfer Pak. L’image aurait ensuite été manipulée pour ajouter les teintes (puisque la caméra de la Game Boy est en noir et blanc). Bien que Rare explique le retrait de l’option prétextant des problèmes techniques, il a été révélé qu’en vérité, c’était dû à des problèmes de sensibilité puisque nous aurions eu à tirer sur le visage de vraies personnes.

Dans chaque niveau, il est possible de trouver un morceau de fromage qui est caché, question de rendre le joueur confus. Le personnage de Daniel Carrington a en fait le visage de l’acteur Robin Williams qui était un grand fan de Nintendo, ayant même nommé sa fille Zelda. Williams n’est pas le seul dont le visage se retrouve dans le jeu, celui de Shigeru Miyamoto et d’autres exécutifs de Nintendo ainsi que journalistes de jeux vidéos y sont, certains en tant que gardiens ennemis. La cote M pour 18 ans et plus avait fait parler à l’époque car Nintendo est surtout reconnu pour sortir des jeux qui sont destinés à un public de tout âge. Ça n’a pas empêché le jeu de vendre 3,2 millions de copies au niveau mondial, dont 1,3 aux États-Unis.

Lors de la sortie du jeu en Amérique du Nord, Nintendo avait préparé un coup publicitaire en engageant la modèle Michele Merkin déguisée en Joanna Dark pour les publicités. Le jeu a connu suffisamment de succès pour amener la création de produits dérivés tels que des bandes-dessinées (la série Perfect Dark: Janus’ Tears) ou encore des romans (Perfect Dark: Initial Vector et Perfect Dark: Second Front). Exclusivement via le magazine Nintendo Power, à partir du 15 novembre 2000, il était possible de se procurer la bande-sonore intégrale du jeu avec le double album portant le nom de Perfect Dark: Dual CD Soundtrack.

Côté suite, en 2005, sur XBox 360, il y a eu un antépisode, Perfect Dark Zero et cinq ans plus tard, un remake de Perfect Dark avec des graphiques améliorés, sur XBox Live Arcade. Au départ, Perfect Dark Zero devait sortir sur la GameCube, mais quand Rare a été acheté par Microsoft, les développement a été transféré pour leur propre console en tant que titre de lancement. Nous sommes passés près de voir un spin-off avec un jeu du nom de Velvet Dark vers la fin de l’an 2000 (soit pour la Nintendo 64 ou la GameCube), mais le projet a été abandonné. Velvet Dark peut être contrôlée par le second joueur dans le mode coopératif de Perfect Dark.

Également sortis un 22 mai:
Pac-Man (1980, Arcade)
Final Fight 2 (1993, SNES)
OverBlood (1997, PlayStation)
Unreal (1998, PC)
1942 (2000, Game Boy Color)
Metal Slug 2nd Mission (2000, Neo Geo)
Odin Sphere (2007, PlayStation 2)
Pirates of the Caribbean: At World’s End (2007, DS; PC; PlayStation 2; PlayStation 3; PSP; Wii; XBox 360)

Aujourd’hui, en ce 23 mai

WarioWare Twisted

C’est le 23 mai 2005 qu’arrive sur la Game Boy Advance WarioWare: Twisted. Ce jeu de puzzle a été développé par Intelligent Systems ainsi que Nintendo Software Planning & Development. Pour ce qui est de la publication, elle vient de Nintendo.

Nous le savons tous, Wario a un mauvais tempérament et ça ne lui prend pas grand chose pour le sortir de ses gonds… comme par exemple, quand il perd en jouant avec sa Game Boy Advance. Cette fois, il a lancé la console portative sur le mur et elle lui a rebondie sur la tête, brisant la Game Boy par la même occasion. Il demande donc au Dr. Crygor de la réparer. Il ne fait pas que ça, il y insère sa nouvelle invention, le Gravitor, qui fait en sorte qu’il faut bouger la console pour jouer au lieu d’appuyer sur des boutons. Voyant que les assistants du Dr. Crygor semblent apprécier l’amélioration, Wario y voit tout de suite la possibilité de monétiser le tout. Il demande donc à ses amis de concevoir des jeux où la fonction pourra être utilisée.

Ce n’est pas que pour l’histoire du jeu, le joueur aura effectivement à bouger la Game Boy Advance pour avancer dans cette série de plusieurs minis-jeux où on nous demandera d’effectuer diverses tâches comme nettoyer une surface, projeter un faisceau de lumière sur quelque chose, faire tourner la pâte à pizza afin d’y placer la garniture et ainsi de suite. Le jeu comprend plus de deux-cent jeux, durant tous environ cinq secondes (à l’exception des batailles avec les boss). On se fait expliquer ce que l’on doit faire par un seul mot comme  »éviter »,  »rebondir »,  »botter », etc… Nous avons quatre vies et une fois qu’elle sont écoulées, la partie est terminée. Vaincre un boss nous offre la chance de remporter un prix pouvant aller de d’autres petits jeux à des items variés.

Si on peut jouer de cette façon sur une Game Boy Advance, c’est parce que la cartouche comprend un capteur qui détecte les mouvements angulaires. Elle se calibre automatiquement au lancement du jeu, ce qui est la raison pour laquelle ça fonctionne également sur la Game Boy Advance SP, Game Boy Micro et les Nintendo DS. Si on secoue le jeu lors de l’écran titre, nous ferons changer le titre WarioWare Twisted pour WarioWare Tweeder ou encore WarioWare Twirped. Une rumeur voulait que la sortie ait été retardée en Europe parce que le gyroscope du jeu contenait du mercure, mais c’est totalement faux, le gyroscope est piézoélectrique. Ce jeu fait partie de la série des WarioWare qui comprend également Mega Microgames (2003, GBA), Touched (2004, DS), Smooth Moves (2006, Wii), Snaped (2008, DSiWare) et D.I.Y. (2009, DS).

Également sortis un 23 mai:
L’empereur (1991, NES)
Rally Bike (1991, Sharp X68000)
Machine Head (1997, PlayStation; Saturn)
Pet in TV (1997, PlayStation)
Madagascar (2005, Game Boy Advance)
Monster Hunter Freedom (2006, PSP)
Rogue Trooper (2006, PlayStation 2; XBox)
Circus Empire (2007, PC)
Super Mario Galaxy 2 (2010, Wii)
99Bullets (2011, DS)
Killer is Dead: Nightmare Edition (2015, PC)
Tropico 5 (2015, PC)

Aujourd’hui, en ce 24 mai

Mario Vs Donkey Kong

C’est le 24 mai 2004 que nous découvrons Mario Vs Donkey Kong pour la Game Boy Advance. Ce jeu de puzzles a été développé par Nintendo Software Technology et publié par Nintendo.

Donkey Kong est chez lui, bien installé sur son fauteuil à regarder la télévision. En cherchant quelque chose à regarder, il est tombé sur une publicité captant suffisamment son attention pour revenir à la chaine précédente au lieu de regarder les spéciaux sur les bananes. Ce qui l’intéresse à ce point, c’est l’arrivée de nouveaux jouets à l’effigie de Mario Bros. Il s’est empressé de se rendre au magasin, mais tout était déjà vendu. Incapable de se les procurer de cette façon, il décide d’aller dévaliser l’usine qui les fabriquent, mais croise Mario en sortant de là.

C’est maintenant le devoir de Mario de récupérer les jouets. Le principe de chacun des six mondes, c’est que pour les six premiers niveaux, le plombier doit trouver un moyen d’accéder à la clef qui lui permettra de déverrouiller la porte. Une fois la porte passée, il devra secourir le jouet piégé dans une bulle. Sur son parcours, en plus des ennemis et obstacles à éviter (on parle ici de Boos, Bob-ombs, Thwomps, Shy Guys, boules de feux et les barils), il peut amasser trois boites cadeaux (rouge, bleu et jaune). Si il réussit à trouver les trois, on accède à un niveau bonus où il faudra sauver le prix que l’on veut le plus du poing de Donkey Kong qui veut les écraser. Le septième niveau de chaque monde nous demande de récupérer les lettres T, O et Y avant d’amener les minis-Mario dans le coffre à jouets. Finalement, le huitième niveau nous amène dans un combat contre Donkey Kong.

Ce jeu est une évolution de Donkey Kong Plus qui, lors de sa présentation au E3 de 2002, comprenait une fonction permettant aux joueurs de confectionner leurs propres niveaux sur la GameCube pour ensuite les transférer sur la Game Boy Advance en utilisant le Link Cable. On dit que l’éditeur est toujours présent dans le jeu, mais il faut faire quelques modifications pour le débloquer et y avoir accès. Également bien caché, il y a un support pour e-Reader. Mario Vs Donkey Kong est principalement vu comme une version mise à jour du jeu Donkey Kong sorti en 1994 sur la Game Boy. Le jeu a connu six suites: March of the Minis (DS, 2006), Minis March Again (DSi, 2009), Mini Land Mayhem (DS, 2010), Minis on the Move (2013, 3DS), Tipping Stars (Wii U, 2015) et Mini Mario & Friends: Amiibo Challenge (Wii U et 3DS, 2016).

Également sortis un 24 mai:
Chack’n Pop (1985, NES)
Dynamite Bowl (1987, NES)
Zillion (1987, Master System)
Drakkhen (1991, SNES)
Mappy (1991, Game Gear)
Metal Max (1991, NES)
Princess Maker (1991, PC)
Snow Bros. Nick & Tom (1991, Game Boy)
Teen Titans (2006, GameCube; PlayStation 2)
Metal Torrent (2010, DS)
Donkey Kong Country Returns 3D (2013, 3DS)

Publicités