Aujourd’hui, en ce 10 mai [#277]
Aujourd’hui, en ce 11 mai [#278]
Aujourd’hui, en ce 12 mai [#279]

Aujourd’hui, en ce 10 mai

Mr Driller

C’est le 10 mai 2000 qu’arrive Mr. Driller sur la PlayStation. Ce jeu de stratégies a été développé et publié par la même compagnie, Namco.

D’étranges blocs de couleurs viennent envahir le monde de Mr. Driller et il en revient à lui de remédier à la situation du mieux qu’il peut se servant de sa perceuse afin de trouver son chemin jusqu’au bas de cette montagne de blocs.

Bien-sûr, la situation n’est pas sans risque. Non seulement il peut se faire écraser par les blocs, mais il peut manquer d’oxygène également. Heureusement, des pilules d’oxygènes sont éparpillées un peu partout sur notre chemin. Si quatre blocs de la même couleurs se touchent, ils vont disparaître pour nous laisser voir une créature bleue du nom de Chisokojin, ce qui nous donnera 765 points si on la ramasse. Alors que la plupart des blocs se détruisent facilement, ceux marqués de la lettre X sont plus résistants et grugeront plus de notre précieuse air. Le joueur a le choix entre les niveaux 2500 ou 5000 pieds, ce qui équivaut respectivement à cinq et dix niveaux. Au Japon, les distances sont de 500 ou 1000 mètres.

Depuis 1999, plusieurs jeux ont vus le jour sur diverses consoles dont Dreamcast, WonderSwan, PlayStation, PC, Game Boy Color, Game Boy Advance, GameCube, DS, etc… Au départ, le jeu devait être le troisième Dig Dug avec comme projet initial des blocs hexagonaux, une idée qui a été abandonnée quand il a été découvert que la construction de chaine s’est avérée trop compliquée. Le personnage principal du jeu se nomme Susumu Hori et il est le fils de Taizou Hori, le personnage principal de Dig Dug.

Également sortis un 10 mai:
Ghostbusters (1985, Atari 2600)
Ninja-Kun (1985, NES)
Super Bomberman (1993, SNES)
Vegas Stakes (1995, SNES)
Super Adventure Island II (1995, SNES)
Ken Griffey Jr.’s Slugfest (1999, Nintendo 64)
Emergency Room 3 (2001, PC)
Finding Nemo (2003, Game Boy Advance)
The Adventures of Fatman: Toxic Revenge (2003, PC)
Custom Robo (2004, GameCube)
Haunting Ground (2005, PlayStation 2)
Minecraft (2009, Linux; Macintosh; PC)
LEGO Pirates of the Caribbean: The Video Game (2011, 3DS; DS; PlayStation 3; PSP; XBox 360; XBox One)

Aujourd’hui, en ce 11 mai

Lock N Chase

C’est le 11 mai 1990 que Lock N’ Chase arrive sur la Game Boy. Ce jeu de stratégies a été développé ainsi que publié par Data East Corporation.

Nous voilà sous les traits d’un cambrioleur de banques. Aussitôt le crime commis, nous avons la police à nos trousses et il faut les semer au travers du labyrinthe tout en ramassant les pièces d’or trainant au sol.

Pour nous aider à ralentir les agents de la paix, il y a toujours la possibilité de fermer des portes pour les ralentir, mais ce n’est qu’une solution temporaire et un maximum de deux portes peuvent être closes à un même moment. Les portes s’ouvrent de nouveau d’elles-mêmes après quelques secondes. En cours de jeu, des objets apparaîtront pour soit nous nuire ou pour nous aider. Par exemple, un cadran va réveiller les agents endormis alors qu’un diamant fera de nous un être invincible quelques instants. Après avoir complété un niveau, nous avons droit à un jeu bonus, une machine à sous nous permettant de gagner des vies (un essai par diamant amassé).

Le jeu est d’abord sorti sur arcades, au Japon, en 1981 (plus tard, c’est Taito qui l’a publié en Amérique du Nord) et était en quelque sorte la réponse de Data East face au jeu Pac-Man. Mattel s’est approprié la licence pour l’adapter en consoles maisons en 1982 sur l’Atari 2600 et l’Intellivision (par la suite, Telegames a repris les droits de Mattel et a ressorti le jeu sur l’Atari 2600). On retrouve également le jeu sur Apple II.

Également sortis un 11 mai:
Crack Down (1991, Genesis)
Elroy Goes Bugzerk (1995, PC)
Panzer Dragoon (1995, Saturn)
Ken Griffey’S Jr. Slugfest (1999, Nintendo 64)
Transformers (2004, PlayStation 2)
Cold Winter (2005, PlayStation 2)
Nancy Drew Double Dare 2 (2005, PC)
Lost Planet 2 (2010, PlayStation 3; XBox 360)

Aujourd’hui, en ce 12 mai

Teenage Mutant Ninja Turtles

C’est le 12 mai 1989 que sort au Japon Teenage Mutant Ninja Turtles sur la N.E.S.. Ce jeu de plateformes a été développé et publié par Konami (publié par Ultra Games en Amérique du Nord).

Le jeu est basé sur le dessin animé de la fin des années 80 à propos de quatre tortues qui ont étés transformées par une substance et les as faits énormément grandir et leur a donné le capacité de parler. Ils ont appris, grâce à Splinter (un humain transformé en rat), l’art du ninjutsu. Lorsque la célèbre journaliste April O’Neil de Channel 6 est enlevée par Shredder, Bebop et Rocksteady, les quatre courageuses tortues, Leonardo; Raphael; Donatello et Michelangelo, se lancent sans hésiter à son secours.

Lorsque nous sommes à l’extérieur des égouts, nous avons une vue à vol d’oiseau alors qu’autrement, nous avons droit à l’angle de vue habituelle dans un jeu de plateformes. Nous pouvons choisir la tortue de notre choix et la changer à n’importe quel moment, même en plein milieu d’un niveau. Nous pouvons remonter notre énergie en mangeant des pointes de pizzas et lorsque l’un de nos héros en carapaces n’a plus d’énergie, il ne meurt pas réellement, dans le sens où il peut être secouru dans un endroit caché à partir du troisième niveau d’un total de six, ce qui inclus le Technodrome, le système de transport utilisé par le camp ennemi.

La raison pour laquelle les tortues portent tous un bandeau rouge sur la pochette (au lieu d’une couleur différente par tortue (rouge, bleu, mauve et orange)), c’est parce que dans la version originale en bande-dessinée, c’est comme ça que les quatre héros apparaissent. La version DOS est l’une des rares de l’époque à contenir une protection face à la copie. La façon dont ça fonctionnait, c’est qu’il fallait entrer des codes demandés à l’écran, ceux-ci étant inscrit sur une feuille de papier. Celle-ci était de couleur marron avec de l’encre noir, ce qui rendait pratiquement impossible la copie sur une photocopieuse. Alors qu’en Europe le titre est Teenage Mutant Hero Turtles, si on traduit le titre en Japonais, ça donne Ultra Turtle Ninja Legend. Ce jeu fait une apparition dans le film The Wizard (L’enfant génial en version française) en version arcade au casino et il est aussi mentionné lorsque les personnages de Nick et Sam sont dans une chambre d’hôtel. La version sur Famicom diffère un peu côté histoire. Au lieu qu’April O’Neil ne soit qu’une amie des tortues, elle est plutôt la fille de Splinter au Japon. Avec plus de quatre millions de copies vendues, c’est l’un des meilleurs vendeurs sur la N.E.S.. Le jeu existe, en plus de la N.E.S. et DOS, sur Atari ST, Commodore 64, ZX Spectrum et Amiga.

Également sortis un 12 mai:
Kung Fu Master (1987, Atari 2600)
Duel (1990, PC-98)
Sherlock (1991, DOS)
Disney Finding Nemo (2003, GameCube)
The Sims: Superstar (2003, PC)
Defend Your Castle (2008, Wii)
TV Show King (2008, Wii)
Rocket Knight (2010, XBox 360)

Publicités