Aujourd’hui, en ce 7 avril [#243]
Aujourd’hui, en ce 8 avril [#244]
Aujourd’hui, en ce 9 avril [#245]

Aujourd’hui, en ce 7 avril

garfield

C’est le 7 avril 1989 que s’ajoute à la librairie de la Family Computer Garfield: A Week of Garfield. Ce jeu de plateformes a été développé par Mars Corp. et publié par Towa Chiki.

Qui n’a jamais entendu parler de Garfield, ce gros chat orange et paresseux qui déteste les lundis et aime manger de la lasagne plus que n’importe quel autre aliment? Depuis 1978, des millions de gens suivent ses aventures, que ce soit sous forme de bandes-dessinées, dessins animés ou plus récemment, sous formes de longs métrages au cinéma. Ce personnage que l’on doit à Jim Davis a comme maître un homme qui s’appelle Jon et comme « ami malgré lui » un chien du nom d’Odie.

Sorti exclusivement au Japon, le jeu raconte l’histoire de Garfield qui prend l’initiative d’aller secourir Odie qui a disparu, ne voulant pas attendre une seconde de plus que Jon s’en charge lui-même. Le hic, c’est que le temps presse, il n’a qu’une seule semaine pour découvrir ce qui est arrivé au chien qui semble lui porter une si grande admiration. Garfield devra se montrer brave, car il croisera le chemin de plusieurs embuches qui pourraient lui faire regretter sa décision, comme des oiseaux, des araignées, des souris ou encore des grenouilles. Il devra aussi résister à la tentation d’avaler les arrêtes de poissons, celles-ci lui étant nuisibles.

Il pourra se défendre avec son coup de pied ou alors, si il est plus chanceux, avec des armes qu’il trouvera de temps à autre. Il pourra aussi dénicher de quoi faire remonter sa barre de vie ou le rendre invincible quelques instants, une bonne chose puisque son niveau de résistance n’est pas des plus enviables. Puisqu’il doit avoir sauvé Odie en sept jours, il y a sept niveaux à compléter, soit un pour chaque jour de la semaine. Pour avancer, il devra trouver la clé cachée qui lui permettra d’ouvrir la porte pour éventuellement affronter le boss de fin de niveau et recevoir sa récompense qui est d’obtenir des conseils ou des encouragements de la part de Jon. Tout ça, bien entendu, en ayant un temps limite à respecter.

Garfield aura à traverser sa maison, la ville, la banlieue ou encore la forêt au cours de son aventure. La raison pour laquelle le jeu n’a pas été mis en vente en Amérique du Nord ou en Europe, c’est qu’il y a eu des problèmes avec l’utilisation de la licence de Garfield dans ces parties du monde. En plus de ce jeu, il en existe quelques autres basés sur le personnage, dont Garfield: Big Fat Hairy Deal sorti en 1987 sur Amstrad, Amiga, Atari ST, Commodore 64 et ZX Spectrum; Garfield: Caught in the Act en 1995 sur la Sega Genesis; Garfield: A Tale of Two Kitties et Garfield’s Nightmare sur la Nintendo DS en 2006 et 2007 respectivement; Garfield Labyrinth sur la Game Boy en 1993 ou encore Garfield: Lasagna World Tour en 2008 sur la PlayStation 2 pour en nommer quelques uns. Même Konami a sorti, en 1991, un jeu portatif.

Également sortis un 7 avril:
Ring Master II: Forget you not, evermore (1989, PC)
Samurai Ghost (1992, TurboGrafx-16)
All-Star Baseball 2000 (1999, Nintendo 64)
Alias (2004, PlayStation 2; XBox)
Backyard Wrestling 2: There Goes the Neighborhood (2005,
PlayStation 2)
A Pirate’s Legend (2007, PC)
Adventure Island: The Beginning (2009, Wii)
Hannah Montana: The Movie (2009, DS; XBox 360)
The Godfather II (2009, PC, PlayStation 3; XBox 360)

Aujourd’hui, en ce 8 avril

double-dragon

C’est le 8 avril 1988 que Double Dragon fait son entré pour la N.E.S.. Ce jeu de beat ’em up a été développé par Technos Japan et publié par Tradewest.

La version de la console maison diffère de celle en arcade. Dans le cas de ce dernier, Billy et Jimmy Lee sont deux frères jumeaux gérant une école d’arts-martiaux afin d’enseigner l’auto-défense. Toutefois, la sélectivité de leurs clients ne fait pas le bonheur de Willy, le dirigeant d’un gang de rue du nom des Black Warriors. Celui-ci a enlevé Marian, la copine de Billy et n’accepte de la libérer que si les deux frères lui apprenne tous leurs secrets d’arts-martiaux. Une demande que les jumeaux n’ont pas l’intention d’accepter, ceux-ci se lançant à la rescousse de Marian.

Maintenant, en ce qui concerne la version qui nous concerne, Billy se retrouve seul pour affronter les Black Warriors puisqu’ils ont retirés le mode coopératif. Du coup, l’antagoniste principal n’est plus Willy, mais, comme il est inscrit au dos de la boite…, il s’agit de son frère Jimmy qui a enlevé Marian. Billy se défend grâce aux techniques d’arts-martiaux qu’il a appris et de temps en temps avec l’aide des armes qu’il sera parvenu à subtiliser des mains de ses agresseurs. Après avoir traversé divers lieux tels que la ville, le quartier industriel et la forêt, ce sera enfin le temps pour lui de confronter son frère. La version NES comprend un mode de combat un-contre-un alors que nous pouvons choisir entre Billy ou l’un des cinq ennemis (Abobo, Chin, Linda, Rowper et Will) pour s’affronter jusqu’à avoir fait disparaître complètement la barre d’énergie de notre adversaire.

Double Dragon est le second jeu que Technos a développé pour la console et l’absence d’un mode deux joueurs serait dû au manque d’expérience des programmeurs avec la NES. Ce serait aussi la raison de divers bugs comme pouvoir escalader un mur au premier niveau alors que ce ne devrait pas se produire. On retrouve divers produits dérivés comme un jeu de société de Tiger sorti en 1989, une bande-dessinée séparée en six numéros basée sur le jeu de 1991, un dessin animé qui a duré deux saisons entre 1993 et 1995 ou encore un film en 1994 qui met en vedette Robert Patrick et Alyssa Milano.

On retrouve des références à Double Dragon dans quelques jeux dont Super Spike V’Ball sur NES alors que Billy et Jimmy sont des personnages jouables, Billy qui est un spectateur dans WWF SuperStars sur arcade ou encore le thème de Double Dragon qui peut être entendu dans River City Ransom sur NES lors de la bataille entre Andy et Randy. En plus d’être disponible sur plusieurs consoles dont la Game Boy, la Master System, l’Atari 2600, l’Amiga, la Commodore 64 ou encore PC pour ne nommer que quelques exemples, Double Dragon a aussi eu droit à plusieurs suites au cours des années.

Également sortis un 8 avril:
Donkey Kong (1988, NES)
Dr. Jekyll and Mr. Hyde (1988, NES)
WindJammers (1994, NeoGeo)
Judge Dredd (1998, PlayStation)
Dr. Mario 64 (2001, Nintendo 64)
I Spy (2001, PC)
Factory Mogul (2002, PC)
Crazy Taxi: Catch a Ride (2003, Game Boy Advance)
Midnight Club II (2003, PlayStation 2)
LEGO The Hobbit (2014, 3DS; PC; PlayStation 3; XBox 360)

Aujourd’hui, en ce 9 avril

james-pond-3

C’est le 9 avril 1993 qu’est mis en vente James Pond 3: Operation Starfish pour la Sega Genesis. Ce jeu de plateformes a été développé par Vectordean Ltd. et Millenium Interactive alors que la publication nous vient d’Electronic Arts.

L’agent spécial James Pond n’en a pas encore terminé avec le Dr. Maybe qui revient à la charge une fois de plus. Cette fois, il a en tête de s’emparer de tout le fromage qu’il pourra trouver sur la lune dans le but d’avoir le monopole. Pond et son nouveau partenaire, Finnius Frog, se rendent donc sur place pour mettre un frein aux activités du Dr. Maybe.

Ce sont plus de cent niveaux et quarante ennemis qui nous attendent alors que l’agent Pond pourra utiliser divers gadgets comme des rayons X, des déguisements, des bottes à ressorts ou à succions, une télévision d’où sort un fantôme lorsqu’elle se brise, un jetpack et ainsi de suite. Les niveaux contiennent des thèmes tels que crème glacée ou encore fromage. Le but est de trouver les balises de communication dans chacun des niveaux afin de les détruire. Il existe un code de triche qui permet de jouet en tant que Finnius dans tous les niveaux.

Le jeu est aussi sorti sur Super Nintendo, Sega Game Gear, Amiga et Amiga CD32. Au départ, le titre devait parodier le nom de Flash Gordon alors qu’ils avaient prévus l’appeler James Pond 3: Splash Gordon. Précédé de James Pond et de James Pond 2: Codename Robocod, nous avons également eu droit à The Aquatic Games et, sur iOS, le jeu James Pond in the Deathly Shallows.

Également sortis un 9 avril:
Soccer (1985, NES)
Monster Bash (1993, DOS)
Ultraman (1993, Genesis)
3-D Frog Man (1998, PC)
Dragon Castle (1999, PC)
Bust-A-Move 3 (1999, PlayStation)
Dragon Castle (1999, PC)
Kirby Tilt N’ Tumble (2001, Game Boy Color)
Run Like Hell (2003, XBox)
Super Paper Mario (2007, Wii)

Publicités