Aujourd’hui, en ce 7 mars [#211]
Aujourd’hui, en ce 8 mars [#212]
Aujourd’hui, en ce 9 mars [#213]

Aujourd’hui, en ce 7 mars

animaniacs

C’est le 7 mars 1997 que sort au Japon (en 1994 en Amérique du Nord) Animaniacs pour la Super Nintendo. Ce jeu de plateformes a été développé et publié par Konami.

Nous le savons bien, lorsque vient le temps de réfléchir à un plan diabolique pour prendre le contrôle du monde, Pinky et The Brain ne diminuent jamais leurs efforts. Ils viennent justement de mettre au point leur prochain projet qui consiste à voler un script des studios de Warner Bros pour en faire eux-même la production et ainsi ramasser tous les bénéfices qui vont suivre. Avec cet argent, ils croient qu’ils auront suffisamment d’argent pour mener à bien leur but principal.

Nous contrôlons Dot, Wakko et Yakko (nous pouvons altérer le personnage comme bon nous semble) et nous recevons une demande d’aide urgente de la part du propriétaire des studios de Warner Bros pour partir à la recherche des vingt-quatre scènes que contient le script qui a été dérobé bien qu’il ne soit pas nécessaire de retrouver chacune de ses pages pour terminer le jeu. Alors que nous nous promenons dans sept studios, il nous faudra éviter le gardien de sécurité qui tentera de nous capturer même si c’est son patron qui nous a envoyé en mission. Si l’un de nos personnages se fait attraper, il sera possible de tenter de le libérer en faisant le niveau du château d’eau.

La version de la Sega Genesis diffère grandement, Yakko, Wakko et Dot ayant décidés d’ouvrir un magasin d’accessoires de films afin de voir de plus près leurs vedettes préférées. Ils entrent donc dans divers studios de Warner Bros pour s’emparer de souvenirs qu’ils vont ensuite revendre. De leur côté, Pinky et the Brain tentent de voler les objets que les trois amis ont dérobés. Il y a ici quatre niveaux (que trois sur l’adaptation pour la Game Boy) qui se terminent par un combat contre les deux souris.

Également sortis un 7 mars:
Elite Plus (1992, PC)
Zen: Intergalactic Ninja (1993, NES)
Super Sidekicks 3: The Next Glory (1995, Arcade)
Contract Bridge (1996, DOS)
Crypt Killer (1997, PlayStation, Saturn)
Army Men: Air Tactics (2000, PC)
Hydro Thunder (2000, PlayStation)
Top Angler (2002, PlayStation 2)
Naruto: Clash of Ninja (2006, GameCube)
I Am Alive (2012, XBox 360)
Kersploosh (2013, 3DS)

Aujourd’hui, en ce 8 mars

extermination

C’est le 8 mars 2001 que sort Extermination sur la PlayStation 2. Ce jeu de survie d’horreur a été développé par Deep Space et publié par Sony Computer Entertainment.

Un appel de demande d’aide reçu par le Sergent Dennis Riley en provenance du Fort Stewart, une institution de recherche top secrète, ne tourne pas pour le mieux pour l’équipe de secours qui y est envoyée afin de découvrir ce qu’il s’y passe réellement alors que leur avion s’écrase dans la toundra. Ça n’empêche pas le Sergent de rejoindre le lieu de l’appel de détresse où il découvrira rapidement que l’endroit regorge de mutants qui risquent fort bien de l’infecter à son tour.

Pour rendre la situation plus désastreuse qu’elle ne l’est déjà, notre nombre de munitions est limité. L’arme pourra toutefois être améliorée avec des viseurs ou un radar par exemple. Malgré tout, les recharges ne seront pas courantes, d’où l’importance d’économiser les balles et de courir lorsque c’est possible au lieu de tirer dans tous les sens tels un héros de film d’action des années 80. En plus de notre barre de santé, il nous faudra aussi surveiller de près notre barre d’infection qui grimpe de plus en plus à chaque fois qu’une de ces créatures s’en prend à nous et qui pourraient fort bien nous transformer à notre tour si nous ne faisons pas assez attention ou si nous n’avons pas d’injection du médicament qui empêchera la mutation de se produire.

Extermination est considéré comme étant le tout premier jeu de survie d’horreur ayant été mis en vente pour la PlayStation 2 et entre sa version Nord-Américaine et Européenne, il sera possible de noter, en plus des différences de design du personnage principal, que la piste audio a entièrement été refaite avec l’aide de nouveaux acteurs.

Également sortis un 8 mars:
Arkanoid: Revenge of DOH (1988, NES)
Advanced Dungeons & Dragons: Heroes of the Lance (1991, NES)
Bahamut Senki (1991, Genesis)
Chase H.Q. (1991, Game Gear)
Heroes of the Lance (1991, NES)
Zero4 Champ (1991, TurboGrafx16)
The Terminator (1993, Sega CD)
Gex (1996, PlayStation)
Lode Runner: The Legend Returns (1996, Sega Saturn)
Merry Go Round (1996, PC)
Night Slave (1996, PC)
Super Mario RPG: Legend of the Seven Stars (1996, SNES)
The Horde (1996, Sega Saturn)
CyberTiger (2000, Nintendo 64)
Tony Hawk’s Pro Skater 2 (2001, PlayStation)
Action Man: Arctic Adventure (2002, PC)
Punching Bags (2002, Game Boy Advance)
Sitting Ducks (2004, PC)
Rave Master (2005, GameCube)
Bomberman Land (2007, Wii)
Yoshi’s Island DS (2007, DS)
Max & the Magic Marker (2010, Wii)
Euro Truck Simulator (2013, PC)

Aujourd’hui, en ce 9 mars

yoshis-story

C’est le 9 mars 1998 que sort Yoshi’s Story sur la Nintendo 64. Ce jeu de plateformes a été développé par Nintendo EAD et publié par Nintendo.

Baby Bowser sait comment se faire remarquer… et détester. Cette fois, il s’en est pris au Super Happy Tree qu’il a volé. Mais il s’est pas contenté de s’arrêter là. Il a aussi transformé le monde des Yoshis en un livre de dessins. Protégés par les coquilles d’œufs dans lesquelles ils se trouvaient encore et donc non-touchés par l’acte de Baby Bowser, six petits Yoshis n’ont pas d’autres choix que de se lancer à la recherche de l’arbre pour rétablir l’ordre dans leur monde car le Super Happy Tree est la seule chose qui pourra tout ramener à la normale.

Nous aurons donc à traverser des jungles, océans, forêts, caves et châteaux tout en tentant de remplir notre barre de fruits qui nous demandent d’en consommer trente. Un bonus nous sera accordé si nous en mangeons un en particulier plusieurs fois de suite et un autre plus gros si ce fruit est notre préféré ou si il est notre fruit chanceux. Nous pouvons aussi utiliser le Rumble Pack, celui-ci nous étant d’une grande aide pour dénicher des fruits cachés alors que l’accessoire se mettra à trembler quand Yoshi sentira quelque chose. En mangeant le même fruit six fois de suite, nous aurons l’occasion d’obtenir temporairement un pouvoir spécial comme une langue plus longue ou en devenant invincible.

Le titre original devait être Yoshi’s Island 64 et avait d’ailleurs été développé par la même équipe qui s’était occupé de Yoshi’s Island sur la Super Nintendo avec le jeu passant d’une cartouche de 96 méga-octets à une de 128 méga-octets. La sortie au niveau international a été retardée à la suite des premières critiques au Japon disant que le jeu était trop facile. Nintendo of America a donc remonté la difficulté en plus de faire quelques changements au niveau graphique comme l’ajout de clôtures blanches par exemple ou alors l’ajout d’objets comme des pièces cachées en plus de la possibilité de sauvegarder et en permettant de reprendre à partir de la dernière page recherchée. C’est également dans Yoshi’s Story que nous pouvons entendre la voix de Yoshi pour la toute première fois, celle-ci ayant été faite par Kazumi Totaka qui est également le compositeur. Une version démonstrative technologique avait été conçue pour la Game Boy Advance afin de démontrer ses capacités graphiques, mais ne sera jamais sortie en tant que jeu complet.

Également sortis un 9 mars:
Air Diver (1990, Genesis)
Cyber-core (1990, TurboGrafx16)
Don Doko Don (1990, NES)
Moai Kun (1990, NES)
Quarth (1990, MSX)
Tunnels & Trolls: Crusaders of Khazan (1990, PC-98)
Wizardry: Knight of Diamonds – The Second Scenario (1990, NES)
Re-Volt (1999, Nintendo 64)
South Park (1999, PC)
Driver (2000, PlayStation)
Dragon Warrior Monsters 2: Cobi’s Journey (2001, Game Boy Color)
My Street (2003, PlayStation 2)
Runaway: A Road Adventure (2003, PC)
Sonic Advance 2 (2003, Game Boy Advance)
The Suffering (2004, PlayStation 2)
Super Smash Bros Brawl (2008, Wii)
Gradius Rebirth (2009, Wii)
Mario Power Tennis (2009, Wii)
Calling (2010, Wii)
Yakuza 3 (2010, PlayStation 3)

Publicités