Aujourd’hui, en ce 1er mars [#205]
Aujourd’hui, en ce 2 mars [#206]
Aujourd’hui, en ce 3 mars [#207]

Aujourd’hui, en ce 1er mars

marble-madness

C’est le 1er mars 1989 que sort Marble Madness sur la N.E.S.. Ce jeu de plateformes a été développé et publié par Atari Games.

Une bille. C’est la façon la plus rapide de décrire notre « personnage » (objet). Tout ce que nous avons à faire, c’est de rouler et d’éviter de prendre de trop fortes chutes puisque nous sommes très fragile. Mais d’un autre côté, de voir la boule se fracasser au sol nous fait découvrir quelque chose… qu’une petite créature, possiblement extra-terrestre, se trouve à l’intérieur. De quoi se sentir mal d’avoir brisé ce qui était peut-être son équivalence de boule pour hamster.

Le gros point positif par contre, c’est que peu importe le nombre de fois où nous casserons la bille, nous pouvons continuer de jouer pour tenter de se rendre à la ligne d’arrivée. La seule chose qui mettra un frein à notre tentative, c’est d’arriver au bout du temps limite qui est d’une minute. À l’opposé, terminer le niveau alors qu’il reste encore du temps fera en sorte que celui-ci sera ajouté au chronomètre du niveau suivant. Au total, le jeu ne contient toutefois que six niveaux. Notre tâche de se rendre du point A au point B se verra compliquée par la présence d’obstacles divers allant de la flaque verte radioactive (la bille fond en entrant en contact avec la substance) ou encore par quelque chose qui fait beaucoup penser à un Slinky (vous vous souvenez de ce jouet qui descendait les escaliers?).

Le designer Mark Cerny et l’ingénieur de logiciels Bob Flanagan avaient travaillés ensemble avant de faire équipe pour Marble Madness. Toutefois, le jeu sur lequel ils travaillaient, Michael Jackson’s Thriller, a été annulé. Ils ont donc décidés de développer l’idée de Cerny au sujet d’une bille qu’il faut faire rouler, ce qui leur aura pris dix mois. Au départ, il était prévu de frapper la bille, comme un jeu de golf miniature, mais Atari n’aimait pas l’idée. Dans sa version arcade, on contrôle notre bille à l’aide d’une grosse boule (trackball) au lieu des flèches directionnelles.

Également sortis un 1er mars:
Jumpster (1987, Apple II)
Slalom (1987, NES)
Last Armageddon (1989, Sharp X68000)
Psychosis (1990, TurboGrafx-16)
Dick Tracy (1991, Genesis)
Power Blade (1991, NES)
Robocop (1991, Game Boy)
Woody Pop (1991, Game Gear)
Fisher-Price: Firehouse Rescue (1992, NES) Ghoul School (1992, NES)
Lemmings (1992, SNES)
Pit-Fighter (1992, SNES)
Smart Ball (1992, SNES)
The Combatribes (1993, SNES)
The Flintstones: The Treasure of Sierra Madrock (1994, SNES)
Bust-A-Move (1995, SNES)
Itchy and Scratchy Game (1995, SNES)
Cutthroat Island (1996, SNES)
Doom (1996, SNES)
Neo Turf Masters (1996, NeoGeo)
Novastorm (1996, PlayStation)
Paradise Heights (1996, FM Towns)
SimTower: The Vertical Empire (1996, Sega Saturn)
WWF WresleMania (1996, SNES)
Powerslave (1997, Nintendo 64)
Dead in the Water (1998, PlayStation)
SimSafari (1998, PC)
Super Punch-Out (1998, SNES)
Yoshi’s Story (1998, Nintendo 64)
Looney Tunes: Sheep Raider (2001, PC; PlayStation) Mega Man 10 (2010, Wii)
Rango (2011, Wii)

Aujourd’hui, en ce 2 mars

heavy-barrel

C’est le 2 mars 1990 qu’Heavy Barrel apparaît dans la librairie de la N.E.S.. Ce Run and Gun a été développé et publié par Data East.

Une base souterraine comprenant un missile nucléaire vient d’être pris d’assaut par une organisation criminelle. Nous y sommes alors envoyé afin d’infiltrer les lieux et affronter tout le groupe avant qu’ils ne fassent des dommages irréparables. La meilleure façon pour nous d’y arriver, c’est avec l’aide d’une arme très puissante portant le nom de Heavy Barrel.

Le hic, c’est que cette arme a été désassemblée et dispersée en six endroits différents… tous verrouillés bien-sûr. Il faut donc commencer par repérer la cachette de ces six clés avant d’espérer avoir accès à l’outil. La seule chose que nous savons avec certitude, c’est que les six pièces de l’arme sont toutes entre les murs de l’installation dans laquelle nous nous trouvons.

En attendant d’avoir accès au Heavy Barrel, nous avons sur nous un pistolet aux munitions infinie ainsi que quelques grenades pour nous défendre face aux ennemis et leurs tanks. Avec de la chance, nous pourrions même dénicher quelques armes améliorées en travers de notre chemins. Le jeu est d’abord sorti sur l’Apple II et sur DOS l’année précédente.

Également sortis un 2 mars:
City Hunter (1990, TurboGrafx-16)
Dragon Eyes (1991, MSX)
Another Bible (1995, Game Boy)
Zhadnost: The People’s Party (1995, 3DO)
D (1996, PlayStation)
Freddi Fish 3: The Case of the Stolen Conch Shell (1998, PC)
Wario Land II (1998, Game Boy)
Virtua Cop 2 (2000, Dreamcast)
Mary-Kate and Ashley: Winner’s Circle (2001, Game Boy Color)
Sail Simulator (2001, PC)
Ninja Gaiden (2004, XBox)
Lifeline (2004, PlayStation 2)
Scooby-Doo: Mystery Mayhem (2004, PlayStation 2)
Alice in Wonderland (2010, DS; Wii)
Lunar: Silver Star Harmony (2010, PSP)

Aujourd’hui, en ce 3 mars

new-zealand-story

C’est le 3 mars 1990 que sort sur Sega Genesis le jeu The New Zealand Story. Ayant comme genre celui de plateformes, le développement et la publication sont de Taito.

Alors que des petits kiwis s’amusaient ensemble, un phoque mal intentionné est venu les enlever. Un seul d’entre eux, Tiki, a pu discrètement s’échapper. Tiki est également le chef du groupe de ces petits oiseaux et il fera honneur à ce titre en se lançant à la rescousse de ses amis avant qu’un malheur ne leur arrive. Ceux-ci ont déjà étés dispersés un peu partout en Nouvelle-Zélande et sont retenus contre leur gré dans des cages.

Nous aurons à éviter les nombreux ennemis sortant d’une porte qui apparaît mystérieusement dans le vide. Heureusement, Tiki n’est pas sans ressource et il arrivera à se défendre grâce à son arc et ses flèches pour commencer, mais avec le temps, ce sont des boules de feux, bombes ou faisceaux laser qu’il saura lancer. Lorsqu’il est sous l’eau, nous devrons surveiller la quantité d’oxygène pour pouvoir remonter à la surface avant qu’il ne soit trop tard. Si nous parvenons à traverser toutes ses embuches, ne nous restera plus qu’à ouvrir la cage afin de libérer l’un de nos amis.

Ce jeu de quatre mondes avec quatre niveaux chacun s’est d’abord fait connaître dans les salles d’arcades en 1988 avant d’être adapté sur les consoles maisons entre 1989 et 1992 comme l’Atari ST, Amiga, N.E.S., Commodore 64, FM Towns, Master System, Sharp X68000, ZX Spectrum ou encore sur Amstrad CPC. La version Genesis a basée ses niveaux en s’inspirant de la version prototype du jeu d’arcade. On retrouve dans Taito Legends (PC, PlayStation 2, PlayStation Portable et X Box), une version émulée de l’arcade alors qu’au Japon, sur la console virtuelle de la Wii a été mise disponible la version PC-Engine. Il est possible d’apercevoir Tiki dans d’autres jeux de Taito tels que Pop’n Pop, Liquid Kids et Bubble Symphony. Finalement, un remake existe et est sorti en 2007 sur la Nintendo DS avant pour titre New Zealand Story Revolution. L’une des différences principale est que maintenant Tiki ne meurt pas au premier coup reçu.

Également sortis un 3 mars:
Marchen Veil (1987, NES)
Druid (1988, NES)
Winning Shot (1989, TurboGrafx16)
Beat the House (1995, PC)
Double Dragon (1995, Neo Geo Arcade)
Space Hulk (1995, PC-98)
Undercover Cops (1995, SNES)
X-Men: Children of the Atom (1998, PlayStation)
Freelancer (2003, PC)
Metal Gear Solid 2: Substance (2003, PlayStation 2)
Mega Man: Battle Chip Challenge (2004, Game Boy Advance)
Empire: Total War (2009, PC)
We Ski & Snowboard (2009, Wii)
Helldivers (2015, PlayStation 4)
Zombie Army Trilogy (2015, PlayStation 4)

Publicités