Aujourd’hui, en ce 10 février [#184]
Aujourd’hui, en ce 11 février [#185]
Aujourd’hui, en ce 12 février [#186]

Aujourd’hui, en ce 10 février

sid-meier-pirates

C’est le 10 février 1987 que sort sur PC le jeu d’action, aventures et stratégie Sid Meier’s Pirates. Le développement et la publication sont de MicroProse.

Nous avons choisi la vie de boucanier à l’époque où les Pirates sur les mers des Caraïbes étaient choses courantes dans le but d’échapper à notre vie d’endettement nous faisant sentir comme un esclave. Une fois que nous aurons décidé parmi les six époques disponibles (1560, 1600, 1620, 1640, 1660 et 1680), entre quatre nationalités (Espagnol, Français, Anglais et Hollandais), l’une des cinq habiletés (navigation, escrime, charme, médecine ou artillerie) et finalement entre quatre niveaux de difficulté (apprenti, journalier, aventurier ou un swashbuckler (désolé, je ne suis pas parvenu à trouver un équivalent francophone à ce terme qui désigne un archétype héroïque de la littérature Européenne)), nous pourrons débuter notre navigation.

Après un voyage infructueux, l’équipage décide qu’un changement de capitaine est nécessaire et c’est nous qui somme élu pour confronter en duel à l’épée l’homme en charge afin de pouvoir prendre les commandes. Au cours de nos voyages sur la mer, nous aurons non seulement d’autres combats à l’épée à faire, mais également à affronter d’autres navires à coups de boulets de canons. Notre but ultime est d’arriver à notre retraite marié avec le rang le plus haut possible (colonel, amiral, marquis ou duc) ainsi qu’avec une montagne d’or.

Nous n’avons pas qu’un jeu ici, mais également un outil éducationnel puisque les faits racontés dans le jeu et dans le manuel sont véridiques. La boite originale du jeu contenait quant à elle une carte des Caraïbes avec la date de fondation pour chacune des villes énumérées. La version N.E.S. ne comprend pas de tabac comme item échangeable pour la période allant de 1600 à 1640. En remplacement, ils ont mis ce qu’ils appellent des cultures. Microprose a pris la décision de mettre le nom de leur designer vedette, Sid Meier, devant le nom du jeu dans le but de faire augmenter les ventes même si Pirates n’avait rien des simulateur de combats pour lesquels il s’était fait connaître. Le jeu a été adapté pour plusieurs autres consoles après sa sortie sur la Commodore 64. Nous parlons ici de l’Apple II, PC, Apple IIGS, Macintosh, Amstrad CPC, Atari ST, DOS, Amiga, N.E.S., Sega Genesis, Amiga CD32 et c’est sans compter une version améliorée, Pirates! Gold en 1993 ou encore le remake, Sid Meier’s Pirates! en 2004 pour Windows, Wii, PlayStation Portable, XBox, XBox 360, Mac OS X en plus des I Pad, I Phone et I Pod Touch.

Également sortis un 10 février:
Adventures of Dino Riki (1987, NES)
Dragon Warrior III: The Seeds of Salvation (1988, NES)
Alex Kidd in the Enchanted Castle (1989, Genesis)
Gobliins 2: The Prince Buffoon (1993, DOS)
Star Breaker (1994, TurboGrafx CD)
Wolfenstein 3D (1994, SNES)
Mario Kart 64 (1997, Nintendo 64)
NBA in the Zone ’98 (1998, Nintendo 64)
WCW Nitro (1999, Nintendo 64)
Wario Land II (1999, Game Boy Color)
007: Tomorrow Never Dies (2000, PlayStation)
Mr. Driller (2001, PC)
Vanishing Point (2001, Dreamcast)
Pokemon Colosseum (2004, GameCube)
Professor Layton and the Curious Village (2008, DS)
The House of the Dead: Overkill (2009, Wii)
Brain Age (2013, 3DS)
Alien: Isolation – Lost Contact (2015, XBox One)

Aujourd’hui, en ce 11 février

lawnmower-man

C’est le 11 février 1994 qu’est arrivé sur la Super Nintendo le jeu d’action The Lawnmower Man. Développé par SCi, c’est THQ qui s’est occupé de la publication.

Le jeu débute là où le film du même nom s’est arrêté alors que Jobe Smith, un homme ayant une déficience intellectuelle, transfère son esprit dans un ordinateur du Virtual Space Industries ce qui lui donne la capacité de corrompre les systèmes informatiques partout dans le monde. Mais le Docteur Lawrence Angelo découvre que Jobe était en fait contrôlé par une personne se faisant appeler Doomplayer, le chef du groupe The Shop.

Le Dr. Angelo prend donc la décision d’aller les combattre pour mettre un terme à leurs activités. Il est aussi possible, dans les versions cartouches du jeu (Super Nintendo, Game Boy et Sega Genesis), de jouer en tant que Carla Parkette, la mère du meilleur ami de Jobe. En cours de jeu, on revisite certains lieux du film comme le Harley’s Gas ‘Er Up ainsi que les quartiers généraux du VSI. La version CD sur PC et Sega CD n’est pas un shooter toutefois, mais un film interactif.

Le film de 1992 mettant en vedette Pierce Brosnan sur lequel est basé le jeu est lui-même supposé être une adaptation de la nouvelle de Stephen King paru dans le recueil de nouvelles Danse Macabre sous le titre La Pastorale en français. Je dis supposé car outre une scène, les deux n’ont aucun lien ensemble. L’histoire de King parle d’un homme qui engage quelqu’un pour s’occuper de son gazon pour découvrir que cet employé mange la pelouse et les animaux que tue intentionnellement la tondeuse. L’auteur a donc poursuivi New Line Cinema pour l’usage de son nom dans le long métrage. D’abord, la compagnie de films a dit qu’elle avait le droit de le faire puisqu’elle avait payée les droits sur le livre, mais en cours, il a été déterminé que le nom de King avait été utilisé de façon trompeuse et New Line Cinema a dû payer 3 400 000$ à Stephen King.

En 1995 est sorti la suite du jeu pour Macintosh et MS-DOS, CyberWar et contient une partie de l’histoire du second film, Lawnmower 2: Beyond Cyberspace et l’autre moitié de l’histoire a été conçue uniquement pour le jeu. L’année suivante, les rumeurs circulaient un peu partout dans des magazines spécialisés sur les jeux vidéos ainsi que dans des salles de clavardage sur internet concernant l’arrivée d’un troisième jeu, cette fois pour Sega Saturn, PlayStation et Windows 95, mais le projet n’a jamais vu le jour et les magazines n’en ont plus jamais fait mention après la publication de la rumeur.

Également sortis un 11 février:
Exerion (1985, NES)
Dragon Warrior IV: Chapters of the Chosen (1990, NES)
The Rocketeer (1991, NES)
D/Generation (1994, PC)
Winter Olympics: Lillehammer ’94 (1994, Genesis)
X-Kaliber 2097 (1994, SNES)
Top Shop (1998, PlayStation; Saturn)
Xeneogears (1998, PlayStation)
Maximo: Ghosts to Glory
Star Wars: Racer Revenge (2002, PlayStation 2)
James Bond 007: Everything or Nothing (2004, GameCube; PlayStation 2)
Aliens: Colonial Marines (2013, PC)

Aujourd’hui, en ce 12 février

super-mario-bros-3

C’est le 12 février 1990 que débute Super Mario Bros 3 sur la N.E.S.. Ce jeu de plateformes a été développé par Nintendo R&D4 et publié par Nintendo.

L’époque où Mario devait affronter une horde de faux Bowser est révolue. L’immense reptile a décidé d’envoyer ses enfants contre le plombier afin de défendre l’honneur familial. Mais cette fois, Bowser n’a pas enlevé la princesse, il a plutôt volé les baguettes magiques des Rois de tous les environs avant de transformer ces souverains en créatures diverses. Mario devra donc les récupérer en gagnant contre Lemmy, Ludwig, Wendy, Larry, Roy, Iggy et Morton qui sont aussi connus en tant que Koopalings et une fois qu’il a de nouveau la baguette en mains, le Roi à qui elle appartient pourra reprendre sa forme initiale.

La Princesse Peach (ou Toadstool dans les manuels anglophones) fait parvenir à son sauveur des lettres qui contiennent des items pour aider ce dernier à avancer dans sa quête entre chaque monde, mais ça se retourne contre elle lorsque le septième et dernier Roi a été sauvé car c’est elle qui se fait maintenant kidnapper. Côté nouveaux items, il y a le costume de grenouille pour mieux nager, le Hammer Suit pour lancer des marteaux, la queue de raton-laveur qui permet de voler et la flute enchantée permettant de changer de monde qui s’ajoutent aux champignons et fleurs de feux qui étaient déjà bien connus des amateurs du premier jeu. Autre nouveauté par rapport aux jeux précédents, nous nous déplaçons via une carte qui nous permet parfois de choisir l’ordre des niveaux au lieu de devoir les faire dans un ordre pré-défini.

Dix personnes ont travaillés pendant deux ans pour compléter le jeu et avant de s’arrêter sur une queue de raton-laveur, une idée suggérée était de transformer Mario en centaure. Pour ce qui est de certains des nouveaux ennemis, comme les Chain Chomp (les boulets rattachés à une chaine), l’inspiration est venue de mauvaises expériences personnelles. Dans ce cas-ci, pour le réalisateur du jeu, Shingeru Miyamoto, c’est quelque chose qui lui est arrivé avec un chien. Les Koopalings, eux, sont basés sur sept des développeurs qui ont travaillés avec Miyamoto afin de les récompenser pour leur bon travail. Du côté de l’Amérique du Nord, les sept enfants de Bowser ont étés nommés d’après de célèbres musiciens. Le 10 septembre 2015, Shingeru Miyamoto, a confirmé la théorie lancée par un fan voulant que ce jeu ne soit en fait qu’une pièce de théâtre puisque celui-ci débute avec l’ouverture d’un rideau.

En 1988, il y a eu une pénurie de puces ROM en Amérique du Nord, ce qui a retardé les sorties prévues de jeux comme Zelda II: The Adventure of Link et bien-sûr, Super Mario Bros 3. Mais, Nintendo of America a décidée de plutôt utiliser à bon escient cette mauvaise situation puisqu’ils ont étés approchés par Tom Pollack de Universal Studios qui désirait faire un film parlant de jeux vidéo. Celui-ci porte le titre de The Wizard (ou L’enfant génial dans sa version francophone) et est sorti en 1989 dans les salles de cinémas. Nintendo a accepté la proposition, mais demandait de pouvoir approuver le scénario et les jeux montrés dans le long métrage. Super Mario Bros 3 est devenu le jeu vedette du film, celui dont les trois finalistes de la compétition découvrent pour la toute première fois lors de la grande finale. Pour ce qui est des auditeurs, ça leur donnait un aperçu du jeu quelques mois avant sa sortie.

En partie grâce à cette publicité supplémentaire, le jeu a connu un immense succès, devenant le troisième jeu s’étant le plus vendu pour la console avec plus de dix-sept millions d’unités au travers de la planète. C’est aussi ce jeu qui a amené l’arrivée d’un dessin animé créé par DIC Entertainment, The Adventures of Super Mario Bros 3, qui a duré de septembre à décembre 1990 pour un total de vingt-six épisodes et qui avait été diffusé sur les ondes du réseau de télévision NBC. Deux épisodes étaient diffusés chaque semaine, mais comprenaient quelques différences avec le jeu duquel la série était inspirée. Par exemple, les sept enfants de Bowser ont vus leur nom être changé pour refléter leur personnalité et leur ordre de naissance n’était plus le même. En plus du dessin animé, la musique de Super Mario Bros 3 peut être entendue dans la compilation de thèmes de jeux de Nintendo qui s’appelle Nintendo Sound Selection Koopa.

Pour en revenir à Super Mario Bros 3, il a pu être redécouvert dans la compilation Super Mario All-Stars de la Super Nintendo en 1993 avec les trois autres Super Mario Bros parus sur la N.E.S. incluant la version originale de Super Mario Bros 2 qui n’était jamais sortie à l’extérieur du Japon car elle était considérée comme étant trop difficile pour l’Amérique du Nord et l’Europe. Super Mario All-Stars existe également pour la Wii depuis 2010. C’est sans oublier Super Mario Advance 4: Super Mario Bros 3 pour la Game Boy Advance en 2003.

Pour ce qui est des suites, ce n’est pas ça qui manque. Nous pouvons entre autres nommer Super Mario World et Super Mario World 2: Yoshi’s Island pour la Super Nintendo, Super Mario 64 pour la Nintendo 64 ou encore Super Mario Sunshine sur GameCube. Dans les consoles plus récentes, il y a eu Super Mario Galaxy (1 et 2) ainsi que New Super Mario Bros Wii pour la Nintendo Wii et encore plus récemment, sur la Wii U, New Super Mario Bros U, New Super Luigi U, Super Mario 3D World et Super Mario Maker. Il a également été très présent du côté des consoles portatives dont Super Mario Land et Super Mario Land 2: 6 Golden Coins sur la Game Boy, New Super Mario Bros sur la DS et finalement du côté de la 3DS, Super Mario 3D Land et New Super Mario Bros 2.

Également sortis un 12 février:
WWF Super WrestleMania (1992, SNES)
X-Men (1992, Arcade)
F-22 Interceptor (1993, Genesis)
Disney’s Hades Challenge (1998, Macintosh)
Digging Jim (1999, PC)
M.I.A.: Missing in Action (1999, PC)
Sid Meier’s Alpha Centauri (1999, PC)
WWF RAW (2002, XBox)
The Warriors (2007, PSP)
Conflict: Denied Ops (2008, PlayStation 3)
Jumper: Griffin’s Story (2008, Wii)
Omerta: City of Gangsters (2013, XBox 360)

Publicités