Aujourd’hui, en ce 7 février [#181]
Aujourd’hui, en ce 8 février [#182]
Aujourd’hui, en ce 9 février [#183]

Aujourd’hui, en ce 7 février

tiny-toon-hidden-treasure

C’est le 7 février 1993 qu’est sorti Tiny Toon Adventures: Buster’s Hidden Treasure sur la Sega Genesis. Ce jeu de plateformes a été développé et publié par Konami.

Je ne sais pas depuis quand les étudiants doivent aussi faire le ménage dans les écoles, mais du nettoyage, c’est justement ce que faisait Buster Bunny à Looniversité d’Acme lorsqu’il a découvert une carte précisant l’emplacement d’un trésor. Toutefois, Montana Max découvre le tout et veut s’approprier ce qui se cache sous le X de la carte.

Question d’augmenter ses chances de réussites, sachant très bien que Buster ne se laissera pas faire comme ça, Montana Max enlève Babs Bunny et, avec l’aide du Docteur Gene Splicer, il fait faire un lavage de cerveau aux autres amis du lapin (Hamton J. Pig, Plucky Duck, Dizzy Devil et Calamity Coyote) afin qu’il se retrouve tout seul. Ne pouvant donc pas compter sur l’aide de ses amis, Buster doit donc se lancer à la poursuite du fils de riche par lui-même pour sauver ses amis dans un premier temps et pour dénicher le trésor ensuite….

Buster devra traverser trente-trois niveaux éparpillés sur sept mondes qui inclus une forêt sur-enchantée, des plaines, une usine, des montagnes, des cavernes, dans la mer et à bord d’un bateau effrayant. Chacun de ses lieux renfermant des pièges ainsi que des aires bonus. Un niveau est complété lorsque Buster parvient à trouver Gogo the Dodo, ce dernier ouvrant un portail vers le prochain niveau. Lorsque Gogo ouvrira un portail aux couleurs l’arc-en-ciel, c’est direction niveau bonus pour notre héros qui aura à amasser le plus d’items possible sans toucher l’un des dodos présents sur les lieux.

Également sortis un 7 février:
Super Volley Ball (1990, TurboGrafx16)
F1 Circus (1992, NES)
Sorcerer’s Kingdom (1992, Genesis)
Vulcan Venture (1992, Sharp X68000)
WWF Super WrestleMania (1992, Genesis)
The Adventures of Mighty Max (1995, SNES)
Area 51 (1997, Saturn)
Dragon Knight 4 (1997, PlayStation)
Way of the Samurai (2002, PlayStation 2)
Disney’s Treasure Planet (2003, PlayStation; PlayStation 2)
Resident Evil: Deadly Silence (2006, DS)
Tales of Lengendia (2006, PlayStation 2)
Mario Sports Mix (2011, Wii)
The Simpsons: Arcade Game (2012, PlayStation 3)
Retro City Rampage DX (2013, 3DS)

Aujourd’hui, en ce 8 février

sonson

C’est le 8 février 1986 que nous arrive SonSon sur la N.E.S.. Ayant pour genre le shoot ’em up, le développement et la publication nous viennent tous les deux de Capcom.

Nous prenons ici les traits d’un petit homme-singe portant le nom de Son Son (on peut aussi jouer en tant que Ton Ton lorsqu’un second joueur se joint à nous). Ce dernier vient tout juste d’être témoin de l’enlèvement de ses trois amis, le crime ayant eu lieu devant ses yeux. Il part immédiatement à leur rescousse alors que nous avançons automatiquement en ayant six étages de sol à notre disposition. Ceux-ci sont remplis d’ennemis ou encore d’obstacles qui nous tuerons au moindre touché.

La seule raison pour l’écran de s’arrêter d’avancer, c’est lorsque nous en sommes au moment d’affronter un des ennemis principaux. Il y a heureusement un moyen de se défendre contre ses insectes, poissons, chauves-souris, chasseurs, poseurs de bombes et crânes. C’est en leur lançant un petit projectile. Nous pouvons aussi faire augmenter notre score en mangeant la nourriture que nous trouvons avec la possibilité d’obtenir un bonus si nous battons tous les ennemis présents dans le niveau.

Le jeu a été inspiré du roman Chinois Journey to the West. SonSon a connu une suite, sur la PC Engine, SonSon II. Il est aussi possible de retrouver la version arcade dans quatre compilations: Capcom Coin-Op Classics sur PC, Capcom Generation 3 pour PlayStation et Sega Saturn, Capcom Classics Collection pour PlayStation 2 et XBox et finalement Capcom Classics Collection Reloaded pour la PlayStation Portable. Un personnage du nom de SonSon apparaît dans Marvel Vs Capcom 2: New Age of Heroes, mais ce ne serait pas le personnage original du jeu, ce serait plutôt sa petite-fille. Pour conclure, la version arcade du jeu est réputée pour être les débuts de Capcom en Amérique du Nord en 1984, sous la licence de Romstar.

Également sortis un 8 février:
Championship Bowling (1989, NES)
Powerball (1991, Genesis)
Mario Party (1999, Nintendo 64)
SimCoaster (2001, PC)
Death by Degrees (2005, PlayStation 2)
Cooking Mama: Cook Off (2007, Wii)
Max & the Magic Marker (2010, Macintosh)
Explodemon (2011, PlayStation 3)
You Don’t Know Jack (2011, PlayStation 3; Wii; XBox 360)
Gotham City Imposters (2012, XBox 360)

Aujourd’hui, en ce 9 février

contra

C’est le 9 février 1988 que nous pouvons découvrir Contra pour la N.E.S.. Ce Run and Gun a été développé par publié par Konami.

Nous devons contrôler des commandos militaires qui ont été envoyés en mission pour neutraliser une organisation terroriste du nom de Red Falcon. Leur plan? Rien de moins que de prendre le contrôle total de la planète. Le lieu de notre périlleuse opération varie selon la version du jeu. Au Japon, nous sommes dans l’univers fictif de Galuga en 2633, alors que dans la version Américaine, nous sommes au présent dans un endroit non-précisé d’une île de l’Amérique du Sud. Sans oublier que le nom Red Falcon n’appartient plus à une organisation terroriste dans la version Nord-Américaine, mais est plutôt attribuée à un groupe d’extra-terrestres venus nous envahir. Comme vous voyez, nous ne savons pas précisément à qui nous avons affaire. Nous affrontons nos ennemis à l’aide d’armes à feux qui peuvent être améliorées en tirant et récoltant ensuite divers power ups qui flottent dans les airs.

La raison pour laquelle la période où se déroule le jeu diffère entre le Japon et l’Amérique du Nord, c’est que puisque la séquence d’ouverture a été retirée, ils se sont données des libertés pour le manuel d’instruction en Amérique du Nord. Ce n’est pas tout ce que nous avons perdu. Il y a aussi des arbres qui tombent au premier niveau, de la neige au cinquième et le niveau huit comprend des pulsation du début à la fin. C’est sans oublier un niveau caché et une fin plus longue dans la version Japonaise. Tout le reste demeure identique et les suppressions auraient étés faites afin d’économiser de l’argent dans les couts de manufactures puisque le jeu pouvait maintenant être placé dans une cartouche ayant moins d’espace ROM. Puisque le jeu sur Super Nintendo, Contrat III: The Alien Wars se passe en 2636, on nous dit simplement que nous ne jouons pas en tant que Bill et Lance, mais plutôt en tant que Jimbo et Sully, des descendants des héros du jeu original.

Contra est aussi connu sous deux autres noms. Le premier étant Probotector mais aussi en tant que Gryzor (en Europe et en Océanie). Dans Probotector, les personnages ennemis sont remplacés par des robots dans le but de contourner les lois de la censure en Allemagne qui interdisaient la vente de jeux violents aux mineurs. Ce n’est que quelques années plus tard, dans Legacy of War, que le jeu a fini par garder le nom Contra dans les titres de ses jeux du côté de l’Europe. Les deux commandos, ou héros, dans ce jeu sont en réalité inspirés par six acteurs différents. Dans un premier temps, leurs apparences viennent évidemment d’Arnold Schwarzenegger et de Sylvester Stallone. Pour ce qui est des noms qu’on leur a attribués, soit Bill Rizer et Lance Bean, nous le devons aux acteurs Bill Paxton, Paul Reiser, Lance Henriksen et Michael Biehn, soit quatre personnes ayant joués dans le film Aliens. Si ça peut vous faciliter la vie, ils ont pour surnom Mad Dog et Scorpion (pour Bill et Lance respectivement).

Ocean Software a sorti le jeu en Europe en 1988, sous le titre Gryzor pour l’Amstrad CPC, la ZX Spectrum ainsi que pour la Commodore 64. Cette dernière est également arrivée en Amérique du Nord tout comme une version pour les ordinateurs IBM. Nous avons également eu droit à Super Contra pour les arcades, Contra III: The Alien Wars sur Super Nintendo, Contra: Hard Corps sur Genesis et Contra 4 sur la Nintendo DS (celui-ci contient les jeux N.E.S. Contra et Super C en bonus cachés). Sur DS, on le retrouve aussi sur Konami Classic Series: Arcade Hits.

Également sortis un 9 février:
Military Madness (1989, TurboGrafx-16)
Wagan Land (1989, NES)
Dungeon Master (1990, PC)
Othello (1990, Game Boy)
The Queen of Duellist (1993, PC-98)
Destruction Derby (1996, PlayStation)
Valentine Kiss (1996, PC)
The Adventures of Tintin: Prisoners of the Sun (1997, SNES)
James Bond 007 (1998, Game Boy)
Turok 2: Seeds of Evil (1999, PC)
ECW Hardcore Revolution (2000, Dreamcast)
Metroid: Zero Mission (2004, Game Boy Advance)
Deadly Creatures (2009, Wii)
Dante’s Inferno (2010, PlayStations 3; XBox 360)

Publicités