Aujourd’hui, en ce 1er février [#175]
Aujourd’hui, en ce 2 février [#176]
Aujourd’hui, en ce 3 février [#177]

Aujourd’hui, en ce 1er février

friday-the-13th


C’est le 1er février 1989 que sort Friday the 13th pour la N.E.S.. Ce jeu de survie d’horreur a été développé par Atlus et publié par LJN.

Vouloir se rendre à Crystal Lake est déjà une mauvaise idée en soi, surtout quand on sait ce qui s’y est déroulé dans les étés précédents. Vouloir y passer la saison au grand complet en tant que moniteur… alors là, c’est carrément de la folie qui mériterait de porter une petite camisole avec un cadenas. Comme il est si bien indiqué au dos de la boite, le seul jeu qui sera joué là-bas, c’est celui de la terreur. Peu importe la raison qui nous as poussée à aller au camp, que ce soit la stupidité ou un excès de courage, nous y sommes avec cinq autres employés, tous prêts à veiller à la sécurité des enfants dont les parents ont étés suffisamment sadiques pour y envoyer leurs progénitures, car dans ce cas-ci, les enfants sont également en danger et il nous faut les protéger de Jason tout en se protégeant nous-même en même temps.

Il n’aura pas fallu très longtemps à Jason Vorhees pour se lancer dans une nouvelle vague meurtrière, massacrant tout sur son passage. Après tout, il ne veut que se venger des moniteurs qui l’ont laissés se noyer, même si présentement, il s’en prend à des surveillants qui ne devaient même pas être nés quand c’est arrivé. Mais, il y a quelque chose de différent cette fois. Il n’est pas venu seul pour faire son grand ménage (ou plutôt carnage) annuel. La forêt est maintenant infestée de loups-garous et zombies et les caves, elles, cachent également des chauves-souris. Nous nous promenons donc sur le terrain (nous pouvons nous référer à la carte disponible) et nous entendrons éventuellement une sonnette. Il faut ensuite trouver la cabane qui clignote, car c’est là que Jason se cache. Si notre personnage est trop loin, on peut le changer pour gagner du temps (ce qui veut donc dire que nous avons six chances de vaincre le tueur masqué). En entrant dans la cabane, il est possible d’allumer un feu dans le foyer si nous avons trouvé le briquet, puisque Jason aurait maintenant peur du feu et non pas de l’eau, puisque même au milieu du lac, il peut surgir à tout moment pour nous faire des misères (moi qui croyait que c’était l’eau sa phobie et que c’est Freddy Krueger qui craignait le feu). Nous cherchons donc à l’intérieur dans un environnement quasi-3D et nous tomberons éventuellement sur Jason et, heureusement pour nous, il a oublié sa machette et nous affronte mains nues.

Le jeu contient aussi une transition entre le jour et la nuit et notre but est de survivre trois jours et trois nuits. Basé sur les sept premiers films de la franchise, on y retrouve même la mère de Jason comme adversaire dans la cave. Pour ce qui est de l’écran titre, il a été inspiré de l’affiche du quatrième film, The Final Chapter alors que la pochette du jeu vient du septième film, The New Blood. Ce jeu faisait parti d’un projet de LJN de se concentrer sur des jeux vidéos basés sur des licences. En juin 2013, le National Entertainment Collectible Association a mis en vente une figurine avec les mêmes teintes mauves que dans le jeu (une autre a été faite, dans le même style, pour Freddy Krueger et le jeu A Nightmare on Elm Street, également sorti sur la N.E.S. mais avec des teintes de rouges).

Également sortis un 1er février:
Fire Bam (1988, Famicom Disk)
Town & Country Surf Designs: Wood & Water Rage (1988, NES)
WWF WrestleMania (1989, NES)
Godzilla 2: War of the Monsters (1992, NES)
Lagoon (1992, SNES)
Secret Agent (1992, DOS)
Tiny Toons Adventures: Babs’ Big Break (1992, Game Boy)
Cool World (1993, SNES)
Dragon’s Lair (1993, SNES)
Harley’s Humongous Adventure (1993, SNES)
Hit the Ice (1993, SNES)
Alfred Chicken (1994, SNES)
Flashback: The Quest for Identity (1994, SNES)
Kirby’s Avalanche (1995, SNES)
The Flintstones (1995, SNES)
WCW Nitro (1999, Nintendo 64)
Wild Metal (2000, Dreamcast)
Mega Man X5 (2001, PlayStation)
Curious George (2006, Game Boy Advance)
Grand Chase (2008, PC)
Samurai Vs Zombie (2010, XBox 360)

Aujourd’hui, en ce 2 février

 bart-vs-juggernauts

C’est le 2 février 1992 que sort en magasins The Simpsons: Bart Vs The Juggernauts sur la Game Boy. Ce jeu d’action a été développé par Imagineering et publié par Acclaim.

La ville de Springfield a également son jeu de compétitions à la American Gladiators et il se trouve que Bart Simpson en est justement l’un des participants, lui qui considère les Juggernauts comme étant ses héros du monde télévisuel. L’émission a comme commentateurs deux figures bien connues dans la ville, le présentateur de nouvelles Kent Brockman ainsi que le Dr. Marvin Monroe. Tout de suite, ils s’empressent de mettre l’emphase sur le fait que le prochain participant, Bart, fait à peine soixante livres et qu’il dépasse tout juste les quatre pieds alors que Snarla, le plus petit des gladiateurs mesure six pieds deux pouces et pèse 163 livres.

La compétition se déroule sur une base hebdomadaire avec des prix monétaires à la clé en cas de victoire pour le courageux participant qui croit pouvoir avoir le dessus face aux Juggernauts. Pour pouvoir continuer à jouer la semaine suivante, il faut parvenir à récolter un nombre minimum de dollars. La somme que nous recevons est décidée en fonction de notre performance et non pas uniquement pour avoir complété l’épreuve. Les défis peuvent se dérouler dans divers endroits de la ville comme une partie de basketball à deux contre un dans le bureau du Dr. Monroe en ayant à éviter les multiples tuiles électrifiées au sol, celles-ci pouvant changer de places à tout moment. Une autre épreuve consiste en de la précision alors qu’en sautant avec notre planche à roulette, il faut parvenir à percuter l’adversaire pour le faire tomber de sa plateforme.

D’autres jeux inclus un match de lutte à la taverne chez Moe où le but est de faire tomber notre opposant de sa plateforme. Une autre variante serait l’événement à la centrale nucléaire en frappant l’autre avec les gros bâtons rappelant des cures-oreilles géants mais qui est ici une tige de carbone inanimée, question de demeurer dans la thématique de la franchise et surtout pour y faire un second lien avec la centrale nucléaire (le premier étant la base sur laquelle se tiennent les participants). À Krustlyland, on nous demande de démontrer notre force en donnant de puissants coups de maillets sur une base pour faire sonner la cloche plusieurs mètres plus haut. Il ne faut pas oublier le parcours à obstacles au Kwik-E-Mart ou encore la parcours militaire au magasin d’Herman. Puisque les défis sont décidés au hasard, il est possible que les mêmes épreuves reviennent dans une même joute. Finalement, dans la ronde bonus, on attend de nous à ce que nous soyons précis à lancer des poids sur une barre d’haltères que porte une des gladiateurs alors que nous nous trouvons en hauteur.

Également sortis un 2 février:
Pinball (1984, NES)
Super C (1990, NES)
Daffy Duck: The Marvin Missions (1993, SNES)
Sonic the Hedgehog 3 (1994, Genesis)
Return to Zork (1996, Saturn)
Toy Story 2: Buzz Lightyear to the Rescue (2000, PC)
Merlin (2001, Game Boy Color)
Crazy Taxi (2002, Dreamcast)
Lonpos (2009, Wii)

Aujourd’hui, en ce 3 février

crazy-climber-2000


C’est le 3 février 2000 que sort sur PlayStation Crazy Climber 2000. Ce jeu d’action a été développé et publié par la même compagnie, Nihon Bussan Co, Ltd.

Nous pourrions décrire ce jeu comme une mise à jour graphique de la version originale sortie au début des années 80, de là l’ajout du 2000 dans le titre. Nous nous mettons dans le peau d’un homme qui prend plaisir à escalader des immeubles en ne se servant d’aucun autre outil que ses mains et ses pieds. Alors qu’il fait son ascension, les personnes à l’intérieur des buildings ne trouvent rien de mieux à faire que de lui lancer des choses (pots de fleurs, seau d’eau, etc…) dans l’espoir de le voir tomber… ne lui reste qu’à ne pas leur faire ce bonheur en évitant à tout prix ce qui pourrait être projeté dans sa direction.

Mais ce n’est pas le seul obstacle que nous rencontrerons, parce que des fenêtres risquent aussi de se refermer durement sur nos doigts et bien que ce serait pratique, la loi des dessins animés voulant qu’on ne risque pas de tomber tant et aussi longtemps qu’on ne regarde pas vers le bas ne s’applique pas dans notre cas. Il faudra aussi surveiller ces chers laveurs de vitrines. Si vous pensiez que seuls les humains seraient là pour nous créer des problèmes, désolé de vous informer que vous êtes dans l’erreur… Des gorilles tenteront de vous attraper, des oiseaux jèteront des œufs dans notre direction (apparemment notre tête leur rappel un nid). Outre ce qui est vivants, il nous faut également faire attention de ne pas s’électrocuter avec les fils électriques. Ne voilà que quelques unes des situations qui pourraient potentiellement nous faire échouer dans notre projet d’atteindre le sommet de l’immeuble. La seule chose qui n’est pas nuisible mais au contraire bénéfique, c’est l’hélicoptère qui nous donne un bonus si nous l’atteignons, mais elle ne nous attend que pour une trentaine de secondes.

Crazy Climber 2000 nous offre même un bonus, la version originale du jeu est présente et peut être jouée. Pour ce qui est des autres versions du jeu qui ont vus le jour au fil des années, il est possible de le retrouver sur l’Atari 2600, sur la Famicom ou encore même en version portative VFD faite par Bandai en 1981. On peut aussi mentionner des suites comme Crazy Climber 2 en 1988 ou Hyper Crazy Climber en 1996 (tous les deux uniquement au Japon).

Également sortis un 3 février:
Zap’em (1982, DOS)
ThunderBlade (1990, Sharp X68000)
Ecco: The Tides of Time (1995, Game Gear)
Jigsaw World (1995, PlayStation)
Super Fire Pro Wrestling Queen’s Special (1995, TurboGrafx CD)
X-Pert (1995, Genesis)
Fit Up (1998, DOS)
The 3rd Millennium (1998, PC)
Resident Evil Code: Veronica (2000, Dreamcast)
Sonic Advance (2002, Game Boy Advance)
Unreal II: The Awakening (2003, PC)
My World, My Way (2009, DS)
Apotheon (2015, PlayStation 4)
Criminal Girls: Invite Only (2015, PlayStation Vita)

Publicités