C’est le 27 décembre 1996 qu’arrive The Mask sur la Super Nintendo. Ce jeu de plateformes a été développé et publié par Black Pearl Software.

Basé sur le film de 1994 mettant en vedette Jim Carrey ainsi que Cameron Diaz dans son premier rôle au cinéma, le jeu raconte l’histoire d’un commis de banque du nom de Stanley Ipkiss qui trouve un étrange masque le transformant complètement lorsqu’il le met sur sa tête puisqu’il contient des pouvoirs magiques. Ça tombe bien car Dorian Tyrell et ses acolytes ont décidés de prendre le contrôle d’Edge City et Ipkiss pourrait bien être le seul en mesure de mettre un terme à leur plan.

L’aventure de Stanley l’amènera dans des lieux bien connus des fanatiques de la version cinématographique tels que son appartement (la propriétaire, Mrs. Peenman et son air grognon y fait d’ailleurs une apparition en tant que boss de fin de niveau), la banque (à l’intérieur et l’extérieur), le parc, la prison, les beaux quartiers et le club de nuit de Dorian, le Coco Bongo, qui sera d’ailleurs notre adversaire final avant que notre héros puisse secourir Tina. Même les garagistes véreux, Irv et Burt Ripley sont présents. Pour se défendre, il pourra se servir entres autres le très bruyant klaxon, faire la tornade ou encore le grand nombre d’armes à feu pour en nommer quelques uns. Si Stanley perd toute son énergie, il redeviendra lui-même, portant son pyjama.

Alors que, tel que précisé au début de l’article, le jeu est basé sur le long métrage, celui-ci avait été inspiré par la bande-dessinée du même nom de Dark Horse Comics. D’ailleurs, le style visuel est principalement basé sur les livres plutôt que sur le film. Au départ, c’est le genre de Beat ’em Up qui avait été décidé, mais pour une raison quelconque, ils ont changés d’idée. Il y avait même eu des fonds d’écrans de préparés, mais qui n’auront pas étés utilisés dans la version finale tout comme certaines attaques jugées trop violentes ont étés retirés du jeu. Également abandonné du jeu tel que nous le connaissons, un niveau dans un parc d’amusements qui avait pour nom Wild Ride. Finalement, le jeu était également prévu pour la Sega Genesis, mais a été annulé en cours de développement, nous ne savons pas pourquoi ils ont fait marche arrière dans ce projet.

Également sortis un 27 décembre:
Parlour Games (1987, Master System)
Boomer’s Adventure in Asmik World (1989, Game Boy)
Hudson Hawk (1991, NES)
The Blue Marlin (1991, NES)
Wings of Fury (1999, Game Boy Color)
Disney’s The Lion King: Simba’s Mighty Adventure (2000, Game Boy Color)
Rescue Copter (2001, PlayStation)
Sea Monsters: A Prehistoric Adventure (2007, Wii)

Publicités