Jeu: Daze Before Christmas
Console: Super Nintendo
Sortie: 28 novembre 1994
Gen
re: Plateformes
Développeur: Funcom
Publication:
Sunsoft

Des jeux sur la fête de Noël, il n’y en as pas des tonnes. Je repense entre autre à Santa Clause saves the Earth, Santa Claus Junior, les Home Alone, Elf Bowling, The Santa Clause 3: The Escape Clause et Daze Before Christmas. Dans ce lot, est-ce qu’il y en as, ne serais-ce qu’un seul qui vaut la peine qu’on y joue? Peut-être… peut-être pas…

Comme c’est le thème de tout bon jeu qui se respecte, il y a eu un enlèvement. Je vous rassure, Mère Noël se porte très bien et prépare des biscuits pour la longue route autour de la planète que son mari fera le 24 décembre pendant la nuit. En fait, ce sont les rennes et les lutins de ce gentil gros bonhomme à barbe blanche qui manquent à l’appel. Celui qui les as enlevés (si on se fis au dernier personnage que nous affrontons) est un gros nuage enragé.

Vous trouvez que c’est de mauvaise augure que d’avoir un nuage comme vilain principal? Dites-vous que premièrement, c’est un jeu vidéo, donc tout peut arriver et deuxièmement, c’est un jeu vidéo sur Noël et comme on parle de «La magie de Noël», on peut également se dire qu’il y a doublement de chances que tout puisse arriver.

Vous devrez croire en cette fameuse magie du temps des fêtes, car sur votre route, la majorité de vos ennemis ne seront rien de moins que vos cadeaux qui ont étés si affectueusement construits par vos charmants lutins il n’y as pas si longtemps encore. En leur envoyant un coup de votre magie, vous leur montrerez qui est le patron en les transformant en paquet cadeau de couleur bleu. Amassez ces jolies petites boites emballées, car elles vous seront utiles à quelques reprises au cours de votre périple.

Parlant de cadeaux, il y en as également qui sont de couleur or ou encore de couleur rouge. Ouvrez-les en leur envoyant un coup de votre main magique. Celles en or contiennent principalement des choses qui vous viendront en aide, tels que des vies supplémentaires, des tuques (le nombre de tuques apparaissant à l’écran équivaut en fait au nombre de fois que vous pouvez vous faire toucher avant de perdre une vie) ou encore des clochettes (celles-ci sont des points de repères, si vous perdez une vie, vous recommencerez de cet endroit). Pour ce qui est des rouges, nous ne savons jamais ce que le paquet contient réellement tant que nous ne l’avons pas ouvert. Tantôt ce sera une bombe ou alors un ennemi qui s’y cachait. Mais, ce sera peut-être quelque chose de bien pour vous. Quoi qu’il en soit, faites preuve de prudence en approchant les emballages de cette couleur.

Finalement, pour en revenir à ces paquets cadeaux de couleur bleu, ce sont les paquets que vous allez devoir distribuer dans les cheminées desquelles la fumée sort alors que vous traverserez certaines parties du monde.

Tant qu’à parler des items, il y en a un qui transformera votre «Dr. Jekkyl» en «Mr. Hyde» ou si vous préférez, Père Noël se transformera en son méchant frère jumeau, Anti-Noël. Comment me demandez-vous? Si il boit une tasse de café. Ce qui constitue peut-être un message subliminal pour dire aux enfants que la caféine, c’est mauvais pour la santé. Qui peut vraiment le dire?

Peu importe ce qui en est, lorsque cette transformation en Anti-Noël est complétée, il devient invincible et peut sauter légèrement plus haut. Par contre, le côté négatif, c’est qu’il ne peut pas utiliser de magie et transformer ses ennemis en cadeaux (il peut toutefois leur taper dessus avec son sac de cadeaux ce qui les fera disparaître… un genre de magie oui, mais pas celui qui nous est utile dans ce jeu).

Au début, je vous disais que rennes et lutins avait étés enlevés. Vous en trouverez dans les niveaux (quelques rennes à sauver en lançant du feu (si vous trouvez l’icône avec un éclair dessus) sur les barreaux en glace pour les délivrer), mais ce sera principalement des lutins qui, eux, se sont fait enfermer dans des boites cadeaux. Les sauver ou les laisser là ne semble pas avoir d’incidence sur le reste du jeu par contre. Mais bon, restons bon joueur et essayons de tous les secourir pour être un vrai bon Père Noël.

La «carte des niveaux», si je peux l’appeler ainsi, est faite comme un calendrier en chocolat, comme on peut en retrouver dans les magasins un peu avant le début du mois de décembre et où il faut se montrer patient en ouvrant une seule petite porte par jour. On peut donc voir qu’il y a vingt-quatre niveaux au total dans ce jeu. Chaque petite porte contient un dessin différent. Rien d’utile pour le jeu en tant que tel, mais ça ajoute une petite touche pour rester dans le thème du jeu et c’est bien apprécié.

Les niveaux, en majorité, sont simples et courts à compléter. Les quelques exceptions, plus complexes, nous font chercher notre chemin dans un amas de plateformes étendues un peu partout. On ne termine pas nécessairement un niveau en affrontant un ennemi principal. Eh non! Outre quelques rares exceptions, on le termine en touchant à une grosse étoile dorée.

Le niveau deux par contre, il se termine en sautant dans un trou. Je ne sais pas pourquoi c’est comme ça. J’avoue que lorsque je suis tombé par accident, je pensais avoir perdu une vie, jusqu’à ce que je vois l’écran de fin de niveau. Sans mon erreur, je ne sais pas combien de temps j’aurais mis avant de comprendre que c’est par là qu’il faut passer puisque nous sommes tellement habitués de se faire dire qu’une chute dans un trou équivaut à perdre une vie, que notre instinct nous pousser à éviter ce genre de situation.

Il y a, heureusement, quelques patrons à affronter. Le premier d’un total de quatre (bonhomme de neige, horloge, souris et nuage) se trouvant au cinquième niveau. Ce n’est pas beaucoup, je suis d’accord avec ça, mais d’un autre côté, je préfère en avoir moins que d’en avoir un grand nombre qui seraient non-inspirés et répétitifs.

Les niveaux sont bien faits et variés dans l’ensemble avec des lieux comme une maison, un grenier, un sous-sol inondé (avec l’eau qui monte au fur et à mesure que l’on avance dans le niveau), une grotte, à l’extérieur dans la neige, dans des usines de bois et d’acier, dans l’atelier de confection de cadeaux, etc…

Bien que plusieurs critiques semblent dire que la musique est énervante et douloureuse à entendre, de mon côté, je la trouve de LOIN meilleure que ce que j’ai entendu dire à son sujet. Bien-sûr, elle est en partie sur le thème de Noël… mais souvenez-vous d’un détail primordial… c’est normal puisque vous jouez à un jeu dont le personnage est le Père Noël. Fallait pas s’attendre à une musique de cirque tout de même et en ce qui me concerne, je n’ai même pas songé à diminuer le volume des haut-parleurs de tout le jeu.

En conclusion, ce jeu aurait pris une année entière à se faire et je pense que c’est réussit. Non, ce n’est pas un jeu de la qualité d’un Super Mario Bros, il ne faut pas exagérer, mais il n’est pas si terrible que ça non plus. Je dirais qu’il se laisse jouer et si vous avez réellement envie de passer du temps sur un jeu vidéo dont le thème est Noël, Daze Before Christmas est sans doute le meilleur dans sa catégorie, du moins en me basant sur mon expérience personnelle. Alors c’est celui-là que vous devriez essayer à mon avis. En tout cas, il était suffisamment acceptable pour que je le termine, c’est donc qu’il ne doit pas être si mal que ça.