C’est le 21 décembre 1990 que Pilotwings apparaît sur les tablettes des magasins. Ce jeu destiné à la Super Nintendo est un simulateur de vol amateur. Nintendo EAD s’est chargé du développement et Nintendo s’est occupé de la publication.

Vous aimez les sensations fortes? Vous n’avez pas le vertige, aimez sauter dans le vide et voir votre adrénaline atteindre des sommets inégalés? Alors l’école de vol Pilotwings Flight Club est pour vous, mais chut… c’est une école secrète. Là-bas, on vous donnera l’opportunité d’obtenir votre licence de pilote en vous faisant entraîner dans divers domaines d’activités aériennes pour que vous puissiez démontrer votre sens de la précision.

Ce qu’on attend de nous dans cette école est relativement simple, du moins en théorie sur le papier car en pratique, votre sang froid sera requis pour prouver que vous méritez de graduer de cette école. Au cours de votre passage au Pilotwings Flight Club, les instructeurs voudront vous voir réussir les tâches demandées comme atterrir à un endroit précis ou passer au centre d’anneaux dans les airs et ce, à l’intérieur d’un temps limite. Ensuite, votre instructeur vous donnera ses commentaires sur votre réussite ou votre échec. Vous devrez être en mesure de bien pouvoir vous débrouiller à bord d’un avion léger, en faisant du parachutisme, du vol à voile ou en vous servant d’un jetpack. Une fois que nous avons obtenu notre certificat dans les quatre domaines, on apprend qu’un agent a infiltré une base ennemi et a libéré nos instructeurs qui étaient retenus en otages. Il est de notre devoir d’aller les secourir à bord d’un hélicoptère de combat. Réussir cette mission nous permettra d’avoir accès à refaire les épreuves dans des conditions météo diverses et aussi à une seconde mission par hélicoptère.

Lors d’une conférence de presse au Japon le 21 novembre 1988 pour annoncer la Super Nintendo, Nintendo a montré aux médias un simulateur de vol du nom de Dragonfly pour démontrer les capacités graphiques du Mode 7 qui permet de créer des effets 3D sur des images plates. Ce jeu sera par la suite devenu Pilotwings avec des modifications apportées entre la démonstration et sa sortie deux ans plus tard. Alors que ce jeu est sorti peu de temps après la sortie de la Super Famicom au Japon (le mois d’après), pour ce qui est de l’Amérique du Nord, Pilotwings figurait dans la liste des jeux lors du lancement de la Super Nintendo. On fait mention de deux millions de copies vendues à travers le monde en date d’août 1996. La première suite, Pilotwings 64, a vue le jour en 1996 sur la Nintendo 64 et après, il aura fallu patienter jusqu’en 2011 pour un troisième jeu, Pilotwings Resort, cette fois sur la Nintendo 3DS. Apparemment, une seconde suite pour la Nintendo 64 était prévue avant d’être annulée. Quant à une version GameCube, des gens ont travaillés dessus avant que le projet ne soit déménagé vers la Wii. Le jeu aurait été terminé, mais Nintendo a finalement choisi de ne pas le publier.

Également sortis un 21 décembre:
Exed Exes (1985, NES)
Lot Lot (1985, NES)
Space Harrier (1986, Master System)
The Astyanax (1989, NES)
Bubble Ghost (1990, Game Boy)
Gremlins 2: The New Batch (1990, Game Boy)
Kabuki: Quantum Fighter (1990, NES)
Hard Drivin’ (1990, Genesis)
Sword Master (1990, NES)
Demon City (1993, PC)
Waterworld (1995, Virtual Boy)
Yoshi’s Story (1997, Nintendo 64)

Publicités