C’est le 14 décembre 1989 que sort au Japon le jeu Sweet Home pour la N.E.S.. Mélangeant les genres de survir d’horreur et de jeux de rôles, ce jeu a été développé et publié par Capcom.

Basé sur le film du même nom sorti en janvier 1989 mettant en vedette Shingo Yamashiro et Nobuko Miyamoto, l’histoire raconte une enquête menée par cinq personnes (Akiko, Asuka, Emi, Kazuo et Taro) faisant un documentaire au sujet d’une célèbre peinte, Mamiya Ichirou, qui a vécue plusieurs années dans un manoir isolé. Ce qui les intéressent surtout, c’est la rumeur voulant qu’à l’intérieur de ces murs se trouveraient des fresques d’une grande valeur. Ils ne s’attendaient pas à y apercevoir le fantôme de Mamiya dès leur entrée et à recevoir des menaces de la part du spectre de l’artiste. Malheureusement pour eux, il est trop tard pour faire marche arrière puisqu’ils se retrouvent maintenant prisonniers à l’intérieur du manoir.

Malgré la position dans laquelle ils sont maintenant confrontés, ils n’ont pas oubliés la raison pour laquelle ils s’y sont rendus puisqu’ils comptent encore trouver les peintures qu’ils sont venus chercher au départ avant de trouver comment sortir de là. Tant qu’à y être, ils vont tenter de découvrir ce qui a bien pu arriver au précédent groupe d’enquêteurs qui sont passés là avant eux et qui n’ont jamais étés revus depuis. Ensemble, les cinq investigateurs devront unir leur force (Akiko utilise un aspirateur pour enlever la poussière, Asuka a une trousse médicale, Emi parvient à déverrouiller pratiquement toutes les portes, Kazuo a un briquet et Taro peut prendre des photos) pour résoudre les énigmes et combattre les divers monstres qui s’en prend au quintette. Ils peuvent avancer dans le jeu tout seul ou alors en tant qu’équipe de deux ou trois personnes avec le joueur pouvant changer de personnage ou groupe lorsqu’il le veut.

Le réalisateur du film, Kiyoshi Kurosawa, a supervisé le développement du jeu qui n’a connue qu’une sortie exclusive au Japon. La franchise des Resident Evil a deux liens avec Sweet Home, le premier lien étant que Sweet Home a servi d’inspiration à Resident Evil et le second lien est que le créateur des deux jeux est le même, soit Tokuro Fujiwara (à qui l’ont doit aussi Ghosts ‘N Goblins). On pourrait peut-être trouver un troisième lien dans le sens où dans le jeu, nous pouvons trouver une note disant  »You must escape this house of residing evil ». Kurosawa avait dit à Fujiwara de ne pas s’en faire si le jeu ne suivait pas exactement l’histoire du film. Le conseil a été suivi avec l’ajout d’un journal intime racontant des passages de l’histoire. Bien que nous commencions avec cinq personnages, ça ne veut pas dire qu’ils vont tous s’en sortir sains et saufs et c’est pour ça qu’il y a cinq fins différentes possibles.

Également sortis un 14 décembre:
Astro Warrior (1986, Master System)
Metal Mech (1990, NES)
Ninja Crusaders (1990, NES)
The Krion Conquest (1990, NES)
Toy Shop Boys (1990, TurboGrafx16)
Zombie Nation (1990, NES)
Yoshi (1991, NES)
Imperium (1992, SNES)
Tintin in Tibet (1995, SNES)
Mario Kart 64 (1996, Nintendo 64)
Planetscape: Torment (1999, PC)
Sniper Elite (2010, Wii)

Publicités