C’est pas arrivé près de chez nous #2

Sweet home Scandinavia, where the skies are so blue… Ah la Scandinavie, Abba, les krisprolls, et tout un tas de clichés. Mais si je vous dis que j’aurais aimé y habiter pour une seule et unique raison vous allez dire : « les femmes ». Et là je répondrai : pas forcément. Ils ont eu un jeu qui pour une raison inconnue à ce jour n’est sorti que chez eux (et au Japon bien sur) : Mr. Gimmick. Bon, cette excuse est un brun capillotractée.


gim

Petit rappel pour expliquer qui est le développeur du jeu : Sunsoft. Créé en 1971, ils ont fait mine de rien les beaux jours de la NES avec des titres comme : Master Blaster, Batman (oui LE Batman de la NES), Fester’s Quest, Gremlins 2,… On ne va pas non plus refaire la liste.

Donc Gimmick (dont la version scandinavienne à pris la particule de « Mr. ») est un jeu Famicom avec des graphismes tout mignons tout plein. Avant tout, petit point scénario. Donc une petite fille reçois un « Mr. Gimmick » en cadeau et elle aime fort son nouveau jouet. Mais ses anciens jouets eux ont les boules et kidnappent la petite fille pour la transporter dans un monde imaginaire. Gimmick devra donc partir à la rescousse de la petite fille. Scénario un brun classique, mais passons.

screen-shot-2016-01-28-at-16-18-55

Il suffit de jouer rien que quelques minutes pour voir que ça sent la qualité. Mais comme c’est un jeu Sunsoft : « putain c’est dur ! on va roter du sang ». Et oui, car si on a pris l’habitude du mantra : « c’est mignon donc le jeu est facile » croyez moi vous allez en chier.

Car mis à part la physique du personnage qu’il va falloir apprendre à maitriser. Il y a autre chose.

Suivez l’étoile. Oui l’étoile. Si vous n’apprenez pas à vous en servir, n’espérez pas passer le premier niveau sans difficulté. Mais l’étoile ne permet pas que d’attaquer, on peut la chevaucher et gagner de la vitesse. Ou s’en servir comme d’un « tremplin » pour atteindre des endroits inaccessibles. Donc l’étoile est un outil dont il faudra s’en servir avec créativité, car elle rebondit sur tout et n’importe quoi.

stargimmick
Spoiler, ce boss rends fou.

Parlons des ennemis, ils sont tous des jouets issus du coffre à jouet de la petite fille. Bien que mignon, ce sont de sales petits trolls. Ils vous suivent partout, vont vous traquer. Parfois vous vous dites : « je suis en hauteur, chui safe fait pas chier ». Ils ont appris à sauter ces cons-là. Quasiment, tout le bestiaire du jeu est doté d’une intelligence. Attention, on est loin d’un cerveau d’un prix Nobel de chimie, mais croyez- moi il ne faut pas les prendre de haut.

Le level design est juste démentiel. Vous pouvez jouer au jeu quasiment de trois ou quatre manières différentes (on va y revenir). Entre les raccourcis et les secrets, c’est parfois jubilatoire de s’amuser à voir si on peut aller dans certains endroits avec l’étoile. Juste un détail (et un micro spoiler), le stage de la neige. Il y a un bonhomme de neige tout bizarre. Et bien, si vous lui foutez la paix jamais il va vous attaquer par contre si vous lui lancer une bestiole qui ressemble à un furet (sans doute un de ses potes) là il va s’en prendre à vous. Ce genre d’éléments le font passer d’un jeu à un jeu génial.

screen-shot-2016-01-10-at-13-36-25
Le premier « secret » du jeu.

 

 

Passons aux musiques et au sound design, c’est génial. Même si comme moi vous y jouez dans la version NES (la version Famicom à une puce spéciale pour une meilleure qualité audio), elles sont douces ; rythmées et elles rentrent de façon quasi subliminales dans votre cerveau. Elles sont le complément parfait pour ce jeu. Il se peut qu’elles fassent parti après coup de vos musiques préférées de la 8 Bit de Nintendo.

Le jeu est court par contre, comme beaucoup de jeux de plate-forme 6 niveaux et basta. Mais j’ai dit 6, en fait non. Si vous collectez tous les trésors, vous pourrez jouer un septième et dernier level. Il va falloir cravacher dur pour localiser et réussir à récolter les trésors, car certains d’entre eux demandent une précision quasi chirurgicale dans la gestion de vos sauts et dans les rebonds de l’étoile.

Avec tout le bien que j’ai pu dire ce Mr Gimmick, pourquoi est-il un « trésor caché » dans un des recoins de la ludothèque de la NES? Déjà sorti qu’au Japon et en Scandinavie mais aussi parce que le jeu est d’une rareté quasi obscène. Pour les raisons pour lesquelles le jeu n’est jamais sorti (prenons ça juste comme exemple) aux États Unis, Sunsoft USA n’aurait pas apprécié le design du personnage selon un témoignage de l’ancien vice président de Sunsoft of America. Aussi le jeu est sorti en fin de vie de la Famicom (1992), à cette époque où tout le monde lorgnait du côté des 16Bits c’est sans doute de ce côté qu’il faut chercher la raison de sa quasi « non exportation ».

 

Un prototype du jeu existe en version US, selon une rumeur persistante les retours des journalistes n’auraient pas été bon. Certains journalistes avaient noté le jeu 2/10. Car le jeu était « marqueté » envers les enfants. À croire avec un raisonnement aussi abscons que pour apprécier un cartoon de la Warner il faut avoir 8 ans. Mais d’autres journalistes eux avaient appréciés le jeu. Une autre chose qui rentre en compte dans le raisonnement c’est l’échec commercial d’un autre jeu Sunsoft : Ufouria (Hebereke).

L’an passé j’avais réussi à me procurer une copie Famicom du jeu. Mais j’ai du le renvoyer car le jeu n’était pas fonctionnel. Imaginez que vous voulez un jeu pendant plusieurs années et au moment où vous l’avez entre vos doigts boudinés, tout ce que vous pouvez faire c’est contempler les artworks de la notice et de la boite avant de le renvoyer par la poste. La version NES, faut oublier pour deux raisons : le prix (un Mr Gimmick en boite s’est vendu récemment pour plus de 1000 euros) et les repro. L’un des gros problèmes étant les vendeurs qui font passer une reproduction pour une cartouche originale. D’ailleurs c’est grâce à ce hobby que j’ai enfin pu jouer à Mr. Gimmick sur une vraie console et quasiment pu le terminer après quelques heures de jeu intense.

Que ce soit via une cartouche de reproduction ; via un émulateur ou (si vous êtes chanceux ou fortunés) sur une vraie cartouche jouez Mr. Gimmick c’est un service que vous devez vous rendre.

 

Publicités