Le vide-grenier, c’est tout un art. Véritable passage obligé pour tout collectionneur qui se respecte, il permet de trouver pas mal de choses, et à des prix vraiment pas dégeu. Dans l’ensemble.

Parce que oui, le vide-grenier, on y trouve de tout, du bon comme du moins bon, de l’avantageux et du moins avantageux. Alors comment dégoter les meilleurs affaires et éviter les mauvaises surprises ? On va essayer d’y répondre !

  • Bien choisir son vide-grenier

Bon, c’est déjà là que commence le travail. Parce qu’avant de commencer les emplettes, il faut déjà trouver où aller ! Vous pouvez procéder à l’ancienne et traquer les pancartes au bord de la nationale (ça marche encore pas mal, mine de rien), ou opter pour une méthode plus futuriste : Internet (ouais, je sais, ça impressionne dit comme ça)

Dans la foulée, je vous offre le Saint Graal du vide-grenieur : vide-grenier.org . C’est bien pratique !

A présent que vous avez une sacré liste de rendez-vous potentiels, il faudra faire un choix. Là aussi, quelques astuces pour maximiser vos chances :

  • Le type de rassemblement. Un peu austère dit comme ça, alors que la réalité est plus simple : s’il s’agit d’une brocante aux objets anciens, d’une bourse aux livres ou du vide dressing de l’amicale des mamans du club de danse (si si, ça existe) vous vous doutez bien que les jeux ne seront pas légion.
  • Le nombre d’exposants. Plus de stands, c’est plus de chances d’en avoir un qui a ce que vous recherchez. C’est mathématique ; mais c’est aussi plus d’acheteurs qui se baladent. La loi de la jungle ma p’tite dame !
  • La récurrence. Certains vide-greniers se répètent au même endroit tous les dimanches. A force les stocks s’essoufflent, et surtout on y constate la prolifération de la peste 2.0 (j’en reparlerai plus tard) : les revendeurs.

Pour ce qui est des heures auxquelles partir, question qui revient souvent dans la course aux bonnes affaires, tout dépend de ce que vous cherchez ! C’est encore une fois mathématique, mais plus vous partez tôt et moins vous avez de chances qu’un petit malin soit déjà passé pour tout rafler !

Ceci étant dit, parlons d’un deuxième point important :

  • Bien repérer les stands

Là encore, il y a de tout. Mais certains schémas sont plus rentables que d’autres. Par exemple, la mère de famille qui revend les jeux de ses enfants parce qu’ils n’y jouent plus aura plutôt tendance à les brader puisqu’elle n’en connaît pas forcément la valeur.

A l’inverse, et comme je le disais plus haut : fuyez comme la peste (peste 2.0 quoi) les revendeurs. On les repère à 10 km : une vieille bâche sur le gravier, des consoles rétros jaunies au possible étalées par dessus, quelques boîtes PS1 rayées et fissurées de tous les côtés, et des vieilles caisses remplies de jeux en loose balancés en vrac.

Oui, je m’énerve, mais ce genre de personne m’insupporte. En plus de n’avoir aucun respect pour les jeux, les revendeurs sont les spécialistes pour vous vendre de l’occasion au prix du neuf. Et pour vous raconter des salades accessoirement. Bref, à fuir !

Ceci étant dit, le meilleur moyen de trouver des jeux c’est d’aller voir partout. S’il est assez rare de trouver des jeux très anciens, tout le monde ou presque a chez lui une PlayStation, une Wii, une Xbox, ou même une Gameboy. Bref, il y a des jeux à vendre dans pratiquement la moitié des cas.

Pour ce qui est du repérage à l’intérieur des stands, pensez à toujours vérifier dans les caisses contenant des CD et DVDs. beaucoup de gens considèrent que c’est dans une boîte, donc ça va ensemble. Pour le reste, rien de bien sorcier : ouvrez les yeux !

  • Bien estimer les prix des jeux

Aïe, le sujet épineux. A force de voir les prix du neuf dans les magasins et de regarder tous les reportages qui parlent du rétro, énormément de gens pensent que les jeux vidéo peuvent être revendus une fortune. Bon, ok, parfois c’est le cas. Mais la plupart du temps, il ne servira à rien de s’attarder. On va essayer ici d’aborder sommairement la valeur des jeux, puis des consoles, bien qu’elle varie énormément d’un endroit à l’autre.

Première chose à dire : les jeux de sport, ça ne vaut rien ! Tenez-vous le pour dit. A moins que ce ne soit le dernier FIFA, et j’entends par là celui qui est sorti il y a 1 mois, il sera inutile de vous ruiner puisque que vous le trouverez forcément moins cher ailleurs. Il y a en effet une très forte concurrence sur ce genre d’articles, puisque le public qui l’achète à la base est constitué majoritairement de jeunes fans de foot qui achètent le dernier dès sa sortie et revendent l’ancien dans la foulée. D’ailleurs, les stands regorgent de ces jeux et n’arrivent pas à s’en débarrasser.

Les jeux PS2 ensuite. Eux non plus ne valent pas forcément très cher, sauf dans le cas de jeux bien spécifiques. Il faut bien se dire que c’est une console qui a eu beaucoup de succès, et que les jeux ont été tirés à de très, très, très nombreux exemplaires. Comptez en moyenne 3-4€ par jeu.

Génération suivante, les jeux PS3 / Xbox 360. Ils sont légèrement plus chers car plus récents. Encore un peu à la mode quoi. Comptez encore 5 et 10€ en moyenne. Pour les nouveaux supports type PS4 et Xbox One, j’avoue ne pas m’être trop renseignée. Disons simplement que si c’est plus cher que chez Micromania, ça vaut pas le coup 😛

Encore à part, les jeux de chez Nintendo à partir de la Wii. Là encore, tout comme la PS2, ils ont été pas mal tirés et sont donc assez répandus. Si on prend aussi en compte le fait que ces jeux ont une image “casu”, voir pour certains “bas de gamme”, il découle qu’ils ont une côte extrêmement basse. Il est assez rare que le prix demandé excède les 5€, et ce même pour des grosses licences comme Mario ou Zelda. Il faudra parfois payer un peu plus cher pour des jeux Wii U ou 3DS, mais globalement ça se vaut.

Enfin, et plus ardu : les jeux sur cartouche. C’est rétro, le CD ça existait même pas ! Je dois admettre que j’en ai vu extrêmement peu au cours de toutes ces années de vide-grenier. On me dit sur le prompteur que ça peut varier de 3 à 30 € en fonction des connaissances du vendeur en la matière. Il est beaucoup plus difficile d’évaluer un prix correct de ces jeux tant les cotes varient en fonction de ce dont il s’agit.

  • Bien estimer les prix des consoles

Il est ici beaucoup plus facile de faire la fine bouche. Les consoles, on en a moins besoin que des jeux. Une seule, ça suffit (à moins de vouloir avoir toutes les couleurs… rah mais pourquoi je veux faire ça au juste ?)

A ce niveau-là j’ai simplement envie de vous dire : dans un easycash, la console est testée et garantie, avec des manettes. 30€ pour une wii, moins de 100€ pour une Xbox 360 ou une PS3, 15€ une Gamecube… y a-t-il besoin d’en rajouter ?

En fait, l’opération devient avantageuse lorsque vous vous penchez sur les consoles rétros. Ce sont en effet elles qui souffrent le plus de la spéculation. La cote d’une NES à l’heure de la rédaction avoisine les 70€. La Super NES est à peine moins chère, 60€. Et pour tout ce qui est plus ancien, il y a l’aspect rareté de l’objet. Bref, si vous arrivez à trouver une console relativement ancienne pour un prix raisonnable, c’est peut-être la bonne affaire !

Mais enfin, j’ai envie de vous dire : si vous cherchez une console pour la collection, vous savez sans doute mieux que quiconque la valeur de la bête 😉

  • Les manettes et accessoires

Il faut l’avouer, il est quand même assez rare de trouver des manettes seules sur des stands. Néanmoins si l’occasion se présente, mieux vaut faire attention à leur état, en particulier au niveau des sticks, et en particulier² sur les manettes de Nintendo 64. Cette fois-ci, c’est mon oreillette qui me dit que les caoutchouc des manettes de Gamecube se changent pour trois fois rien.

Pour les accessoires, et tout comme pour les consoles rétro, à vous d’estimer si vous trouvez le prix avantageux par rapport à ce que c’est !

  • Les produits dérivés

Petit point rapide, parce que c’est vrai que ça peut intéresser les gens : pour ce qui est de l’achat de produits dérivés, pas la peine de trouver sa bourse. Ce sont en général des objets que l’on achète sur un coup de tête, plus par envie et par plaisir des yeux qu’autre chose. J’avais envie de vous rappeler de toujours vérifier si l’objet est bien officiel, mais bon, est-ce que c’est si important ?

  • Les bons réflexes à adopter

Comme je parle, et que je parle, et qu’il commence à se faire tard, on va avancer :

En tant que collectionneur, difficile de se souvenir de tous les jeux que l’on possède. Il peut donc être utile de se munir d’une liste de ses jeux, que ce soit sur un site comme Megaoldies ou VGCollect, ou grâce a des applications type VG Collection Tracker. On me dit dans l’oreillette qu’un article à ce sujet pourrait bien faire son apparition bientôt 😉

Pensez à toujours ouvrir les boîtes des jeux ! Outre le problème évident du CD qui pourrait être rayé jusqu’à la moelle, il arrive très souvent qu’il manque la notice, que le jeu ne soit pas le bon, voire même qu’il n’y ait rien dans la boîte. Il est assez courant que le vendeur ne vérifie pas lui-même ce qu’il vend.

En cas de doute concernant une console, discutez avec le vendeur. Un simple échange devrait suffire à vous faire une idée sur le soin dont il a pu faire preuve vis à vis de cet objet, et il sera aussi plus enclin à vous faire une ristourne si il voit que vous allez en prendre soin vous aussi.

Lorsque vous désirez connaître le prix d’un jeu, tournez plutôt votre phrase de cette manière : “combien vous vendez vos jeux [insérer nom de la console]”. Le vendeur aura tendance à déterminer un prix général, ce qui sera plus avantageux sur certains titres.

Tentez, évidemment, toujours de négocier les jeux. Demandez un geste si vous en prenez plusieurs. N’hésitez pas à mettre en avant une notice manquante, une rayure, ou encore le fait que le jeu est en version Platinum.

Jetez un œil dans les boîtes de câble. Même si le standier ne vend aucune console, il peut arriver qu’il ait des rescapés d’anciens appareils, ou tout simplement des alims en huit et autres HDMI, plutôt pratiques pour des consoles diverses.

Petite conclusion concernant ce dossier décidément trop long : ne rationalisez pas trop. Ce qui est génial en vide-grenier, c’est de flâner, voir sur quoi on tombe, de se laisser un peu surprendre. Si vous avez envie de quelque chose, ne vous privez pas sous prétexte que le prix inférieur à la côte de seulement 19%. Il faut que cela reste un plaisir, sinon autant rester chez soi et commander sur Ebay !

PS : merci à mes amis l’oreillette et le prompteur pour leurs précisions =)

Publicités