[#399]

C’est le 2 novembre 1984 qu’est mis en vente Pac-Man pour la N.E.S.. Ce jeu d’action a été développé par Namco et publié par Tengen.

Nous sommes aux commandes de Pac-Man, un personnage jaune qui circule dans un tableau en mangeant des points tout en évitant quatre fantômes qui sont à ses trousses. Le seul moyen de renverser la situation, c’est si Pac-Man mange un des quatre gros points, puisqu’il deviendra alors temporairement le chasseur au lieu du chassé et pourra éliminer ses ennemis qui seront tous devenus de couleur bleu (et qui reviendront à la vie quelques secondes plus tard, prêts pour une nouvelle attaque). Du côté de ces derniers, ils n’ont qu’à toucher leur victime une fois pour lui faire perdre une vie. Si Pac-Man passe dans un des couloirs se trouvant aux extrémités du tableau, il va réapparaitre du côté opposé. Pour ce qui est des fruits, ils donneront des points bonus si Pac-Man en mange. Un niveau se termine uniquement lorsque tous les points ont étés mangés.

Les quatre fantômes ont tous une couleur différente: Speedy (surnom: Pinky) est rose et rapide; Bashful (surnom: Inky) est bleu et est le farceur du groupe; Pokey (surnom: Clyde) est orange et décrit comme étant le moins intelligent du groupe et finalement, Shadow (surnom: Blinky), le chef du groupe, est rouge et colérique. Si ils ont chacun leur propre personnalité, c’est pour s’assurer que le jeu ne devienne pas ennuyant ou trop difficile à jouer. Donc, le rouge chasse Pac-Man pendant que le rose et bleu tentent de se placer devant l’ennemi. Pour ce qui est du orange, ses mouvements ne sont pas aussi aléatoires que nous pourrions le penser. En fait, il pourchasse Pac-Man, mais se positionne également dans le coin gauche du bas.

Selon le bruit qui circule, le design de Pac-Man est venu à un employé de Namco (Toru Iwatani) qui avait retiré la pointe d’une pizza. C’est du moins la version qu’il a lui-même raconté pendant des années, mais en 1986, il a dit que c’était seulement à moitié vrai et que le design du personnage vient aussi du symbole Japonais pour le mot bouche, mais en le simplifiant et en l’arrondissant. Iwatani a aussi dit tenter d’intéresser un éventail plus large de joueurs au lieu de se concentrer seulement sur les jeunes garçons et adolescents. Il voulait que les filles se déplacent elles aussi dans les salles d’arcades, celles-ci jouant très peu aux jeux vidéos à l’époque. C’est de là que vient l’idée d’ajouter un labyrinthe et des fantômes à l’allure mignonne. Il a aussi admis que d’acquérir des pouvoirs en mangeant un item lui a été inspiré par Popeye.

Au départ, le nom était Puck Man puisque le personnage principal peut faire penser à une rondelle de hockey, mais lorsque le jeu est arrivé pour être manufacturé aux États-Unis par Midway, une division de Bally, le nom a été changé pour Pac-Man, ceux-ci craignant que des vandales changent le P pour un F.

Normalement, le jeu n’est pas supposé avoir de fin, mais la version arcade comprend un bogue une fois que le joueur termine le niveau 255. L’écran se sépare en deux, l’un des côtés n’étant qu’un amas de lettres et dessins. Le score parfait est obtenu si un joueur a ramassé tous les items et tués tous les ennemis sans perdre une vie jusqu’au niveau 256, lui donnant 3 333 360 points. La première personne à y être parvenue est Billy Mitchell d’Hollywood en Californie qui l’a fait en six heures. Depuis, au moins vingt autres personnes ont réussis le tout en moins de temps (en date de 2013, le record du monde a été réalisé par David Race en 3h28m49s). En décembre 1982, un enfant de huit ans, Jeffrey R. Yee, aurait obtenu 6 131 940 points, parvenant à jouer malgré le bogue à l’écran. Toutefois, jamais personne n’est parvenu à prouver pouvoir faire une telle chose. En 1999, Mitchell avait offert 100 000$ à quiconque pourrait jouer malgré le bogue avant le 1er janvier 2000. Jamais personne n’a été réclamer le montant.

Pac-Man a connu une très grande période de popularité, au point où nous pouvions le voir un peu partout, ce qui inclus un dessin animé de 1982 à 1983 (deux saisons totalisant quarante-quatre épisodes) sur ABC. De 2013 à 2015, une seconde série, Pac-Man and the Ghostly Friends, a durée trois saisons et a eue cinquante-deux épisodes. La diffusion se faisait sur Disney XD. Côté cinéma, en plus d’une référence dans Scott Pilgrim vs the World, on peut voir Clyde dans le film Ralph alors que dans Pixel, nous y voyons Pac-Man. Outre les dessins animés et apparitions dans des films, Pac-Man s’est aussi retrouvé sur des boites de céréales qui comprenait des guimauves basées sur les cinq personnages. Plus tard, Ms. Pac-Man et Super Pac-Man ont étés ajoutés aux autres. Nous pouvons aussi ajouter un jeu de société à la liste, celui-ci étant arrivé sur les tablettes en 1982. C’est sans oublier les T-Shirt et, aussi populaire à l’époque, les livres d’autocollants. En 1981, Weird Al Yankovic a enregistré une parodie de la chanson Taxman des Beatles pour la renommer Pac-Man. En 2015, Bud Light a utilisé Pac-Man pour sa publicité du Superbowl alors qu’aux Jeux Olympiques de 2016, lors de l’annonces jeux de Tokyo en 2020, nous avons pus voir Pac-Man faire la course avec les fantômes.

Au fil des années, un grand nombre de consoles ont eus leur version du jeu (arcade, Atari 2600, NES, Commodore 64, Intellivision, MSX, Game Boy, Game Gear, Super Nintendo, Genesis, PlayStation, GameCube, etc…), sans compter toutes les suites, nouvelles adaptations, spin-off et ainsi de suite (Ms. Pac-Man, Baby Pac-Man, Pac-Man Plus, Pac Land, Pac-Attack, Pac-Man 2: The New Adventures, Pac-in-Time, Pac-Man World et bien d’autres encore). En plus de tout ça, il est aussi possible d’ajouter à la liste un jeu sur une montre digitale par Nelsonic Industries et un pinball du nom de Mr. & Mrs. Pac-Man

Publicités