Aujourd’hui, en ce 10 août [#372]
Aujourd’hui, en ce 11 août [#373]
Aujourd’hui, en ce 12 août [#374]

Aujourd’hui, en ce 10 août

Journey to Silius

C’est le 10 août 1990 que Journey to Silius se fait découvrir sur la N.E.S.. Ce jeu de run and gun a été développé par Tokai Engineering et publié par Sunsoft.

Depuis plusieurs années, la population n’a cessée de croitre et en 2373, il est absolument nécessaire de réduire ce nombre. La solution trouvée est de débuter des colonies dans l’espace. Parmi les personnes à partir se trouve Jay McCray qui se dirige vers celle se trouvant dans la système solaire Silius. L’arrivée sera brutale toutefois puisque des gens mal intentionnés ont déjà tout détruit ce que les chercheurs avaient bâtis là-bas et au cœur des victimes, il y a le père de Jay. C’est plus que suffisant pour ce dernier pour se lancer dans une mission de vengeance face à tout ceux responsables de la situation. Il se promet également de poursuivre les recherches de son défunt père, puisque c’était la demande que ce dernier avait laissé à son fils sur un disquette si jamais il lui arrivait quelque chose.

Pendant les cinq niveaux qui nous feront voir les ruines de la colonie spatiale, un passage sous-terrain, la cachette des ennemis, un vaisseau spatial et une usine, nous aurons l’opportunité de nous équiper de diverses armes (dont une mitrailleuse et un lanceur de grenades) qui seront utiles pour affronter les robots protégeant sans relâche la base des terroristes ainsi que les boss se trouvant à la fin de chacun des niveaux. Toutefois, les armes spéciales viennent avec leur propre barre d’énergie et une fois qu’elle est épuisée, nous la perdront pour retrouver notre arme de départ. Le moyen d’éviter que ça ne se produise, c’est en récupérant les capsule qu’échappent les ennemis. Comme si nous n’en avions pas déjà assez sur les bras comme ça, il faut aussi porter une grande attention à ne pas tomber dans les pièges.

Au Japon, le jeu porte le titre de Rafu Warudo ou si vous préférez Rough World. Lorsque le joueur termine le jeu, celui-ci reprend depuis le début. Le design du personnage principal n’est pas le même entre la version Nord-Américaine et celles disponibles au Japon et en Europe. Dans le cas de ces deux derniers, il porte un casque sur sa tête, mais une version de pré-sorti Japonaise nommée Rough montre le personnage sans qu’il ne porte son casque. On dit que la raison pour laquelle un des boss ressemble étrangement à un exosquelette T-800 du film The Terminator c’est que justement, au départ, il était prévu que ce jeu soit relié au long métrage de 1984, mais pour une raison inconnue, les droits de licences ont étés perdues au cours du développement. Même si l’histoire et les graphiques ont subis des modifications on conséquence, on retrouve quand même quelques restes du projet initial, dont l’exemple mentionné ci-dessus.

Également sortis un 10 août:
Bases Loaded II: Second Season (1988, NES)
The Money Game (1988, NES)
Bionic Battler (1990, Game Boy)
Dragon Fighter (1990, NES)
Parallel World (1990, NES)
Shadow Blasters (1990, Genesis)
Shadow of the Ninja (1990, NES)
Titan (1990, NES)
Can Can Bunny Spirits (1991, PC)
The Immortal (1993, Genesis)
Breath of Fire (1994, SNES)
Wario Blast: Featuring Bomberman (1994, Game Boy)
Blackthorne (1995, SNES)
Ninja Gaiden Trilogy (1995, SNES)
Street Fighter: The Movie (1995, PlayStation)
Mario Golf (1999, Game Boy Color)

Aujourd’hui, en ce 11 août

Tetrisphere

C’est le 11 août 1997 qu’arrive dans les magasins Tetrisphere sur la Nintendo 64. Ce jeu de puzzles a été développé par H20 Entertainment et publié par Nintendo.

Le Tetris que tout le monde connait si bien à subi une transformation majeure alors que notre aire de jeu est maintenant sur une sphère.

Comme à l’habitude, le but est de vider notre zone de jeu en éliminant les blocs, mais cette fois, il faut être en mouvement constant puisque nous devons exécuter des rotations à la sphère pour dénicher l’emplacement parfait pour les pièces qui arrivent. On retire des zones lorsque trois briques semblables se touchent. Nous serons pénalisé si on dépose une brique sans déclencher une réaction et après trois échecs du genre, la partie se termine. Au fur et à mesure que nous avançons, nous nous rapprocherons du noyau de la sphère. Il arrivera que nous trouverons des items qui aideront à accélérés notre arrivée au cœur de la sphère, on parle ici de dynamite ou d’items du genre qui détruiront des sections plus rapidement. Il existe six modes de jeux différents dont celui pour faire face à un second joueur ou à l’ordinateur ou encore le mode puzzle.

À l’origine nommé Phear, c’est sur la Jaguar d’Atari que devait se retrouver ce jeu au début de 1995. Mais Après avoir vu une démo dans le kiosque d’Atari lors du Consumer Electronics Show de 1995, Nintendo a acheté les droits et la compagnie Canadienne H20 Entertainment a retravaillé le jeu jusqu’en 1997 pour en faire la version que nous connaissons maintenant. Nintendo aurait voulu que le jeu sorte en octobre 1996 et avait même annoncée cette date publiquement sans consulter H20 auparavant. C’était beaucoup trop tôt pour le développeur qui a fini par subir une baisse de leur cote en bourse pour ne pas avoir été prêt dans les temps. Lorsque la date initiale a été dépassée, Nintendo a envoyée six de leurs employés pour travailler avec ceux de H20.

Également sortis un 11 août:
Knightmare II: The Maze of Galious (1987, NES)
Teenage Mutant Ninja Turtles: Hyperstone Heist (1991, Genesis)
F1 Pole Position (1992, Game Boy)
Samurai Shodown (1993, NeoGeo)
Diver’s (1994, PC)
Slam Dunk (1994, Game Boy)
Chrono Trigger (1995, SNES)
Dark Legend (1995, Saturn)
Street Fighter II (1995, Game Boy)
Winning Post (1995, Saturn)
WWF War Zone (1998, Nintendo 64)
Paper Mario (2000, Nintendo 64)
Mario & Luigi: Dream Team (2013, 3DS)
Toy Soldiers: War Chest (2015, PlayStation 4)

Aujourd’hui, en ce 12 août

Adventures Bayou Billy

C’est le 12 août 1988 que The Adventures of Bayou Billy arrive sur la N.E.S.. Ce jeu de beat ’em up a été développé ainsi que publié par Konami.

Billy West est un ancien soldat qui se fait aussi appeler Bayou Billy. Parce qu’il a ruiné les plans de Godfather Gordon, le chef d’une organisation criminelle, ce dernier se venge en enlevant Annabelle qui se trouve être l’amoureuse de Billy. L’enlèvement n’est en fait qu’une façon d’attirer Billy dans un piège visant à éliminer West une bonne fois pour toute.

D’une durée de neuf niveaux, nous aurons à faire face aux nombreux hommes de mains de Gordon en traversant les marécages jusqu’à la ville et éventuellement dans les locaux de Gordon. Le jeu est séparé en trois styles différents, le combat, le tir et la conduite. Nous combattons avec nos poings et nos pieds, mais il est aussi possible de récupérer les armes que peuvent échapper les ennemis. Nous n’aurons pas que des humains à combattre, parfois, ce seront des aigles, crocodiles ou des chiens de gardes. Pour ce qui est de la partie où nous aurons à tirer, il en revient au joueur de décider si il veut continuer de se servir de la manette ou si plutôt il veut utiliser le Zapper. Les munitions sont toutefois limitées et notre vie dépend de la bonne gestion des balles que nous dépenserons. Heureusement, des ennemis laisseront parfois tomber des munitions ou de quoi faire remonter notre barre de vie. C’est sans compter que dans les power-ups, on retrouve aussi une veste anti-balles, la possibilité d’avoir des munitions infinies pour une période limitée ou une étoile qui va tuer tous les ennemis présents à l’écran. Dans la partie conduite, à bord d’une jeep, nous pourrons nous défendre avec les grenades et la mitrailleuse face aux véhicules ennemis.

Archie Comics a publié une bande-dessinée sur The Adventures of Bayou Billy à raison de deux numéros par mois de septembre 1989 à juin 1990 en changeant l’histoire de base et faisant de Bayou Billy un chasseur de prime travaillant aux côtés d’anciens militaires nommés Sureshot, Tracker et Broadside alors qu’ils protègent les gens de Giles Gordon et de ses fils Rocco et Rocky (qui étaient ses gardes du corps dans le jeu vidéo). Pour ce qui est d’Annabelle Lane, elle a été renommée Annabel Lee et au lieu d’être l’amoureuse de Billy, elle devient l’assistante du procureur. Bayou Billy est aussi apparu dans l’épisode How’s Bayou du dessin animé Captain N: The Game Master. Plusieurs voient en Bayou Billy des traits de ressemblances avec Michael  »Crocodile » Dundee des films Crocodile Dundee.

Le jeu est aussi connu sous le nom Mad City sur la Family Computer (Famicom). En Amérique du Nord, les graphiques diffèrent (les couleurs des ennemis et décors ou encore Annabelle qui porte des vêtements plus révélateurs) et la difficulté est plus élevée qu’au Japon (adversaires seront plus résistants et plus agressifs). Aussi, nous débutons avec moins de munitions dans la section de tirs et les routes sont plus étroites dans la conduite. Dans cette même section du jeu, au Japon, il y a une barre pour nous laisser savoir l’état de la Jeep. La version Famicom possède également quatre fins disponibles alors que celle en Amérique du Nord n’en a qu’une seule. Nous avons accès à un mode de pratique nous nous laisse choisir de traverser les niveaux de combats, tirs et de conduites individuellement.

Également sortis un 12 août:
Famicom Wars (1988, NES)
Crystal Dream (1989, PC-98)
Dragon Slayer (1990, Game Boy)
World Heroes (1993, SNES)
Lemmings 2: The Tribes (1994, SNES)
Panorama Cotton (1994, Genesis)
Popful Mail (1994, TurboGrafx16)
Wild Guns (1994, SNES)
Vertical Force (1995, Virtual Boy)
Duke Nukem Advance (2002, Game Boy Advance) Creativerse (2014, PC)

Publicités