Aujourd’hui, en ce 4 juillet [#334]
Aujourd’hui, en ce 5 juillet [#335]
Aujourd’hui, en ce 6 juillet [#336]

Aujourd’hui, en ce 4 juillet

Life Force

C’est le 4 juillet 1988 que nous arrive le jeu de shoot ’em up Life Force pour la N.E.S.. Konami a non seulement été en charge du développement, mais l’a également été pour la publication.

Nous venons à peine de sauver les gens de Gradius que déjà une autre menace plane à l’horizon… Zelos, un extra-terrestre mangeur de planètes. Heureusement, cette fois nous ne sommes pas laissé à nous-même pour sauver tout le monde puisque nous allons combattre aux côtés de notre ami habitant la planète Latis.

Le jeu s’étend sur six niveaux alternant entre le défilement vertical et horizontal. Des power-ups apparaissent de temps à autres après avoir détruit un ennemi ce qui nous permettra d’avoir accès à des armes plus puissante, à augmenter notre vitesse et ainsi de suite. Lorsque deux personnes jouent, le premier contrôle Vic Viper pendant que le second incarne Lord British. Alors qu’en simple nous n’avons pas le droit à un continu, il y en as a deux dans le mode pour deux joueurs.

Également connu sous le nom de Salamander (au Japon et en Europe), Life Force se veut un spin-off de Gradius d’abord sorti pour arcade en 1986 et pouvant être joué à deux personnes en coopération. Ce n’est que dix ans plus tard, en 1996, qu’arrive Salamander 2 sur arcade (plus tard sur Saturn (1997), PlayStation (1997) et PlayStation Portable (2007)). Alors que les versions Japonaise et Européenne sont très semblables, en Amérique du Nord, un texte d’introduction a été ajouté pour nous laisser savoir que le jeu se déroule à l’intérieur d’un extra-terrestre géant qui est infecté par une bactérie. Konami a sorti une version améliorée du jeu au Japon en 1987 sous le titre Nord-Américain alors que les fonds et ennemis ont étés redessinés pour leur donner une apparence plus organique. Il est également possible de retrouver Life Force sur ZX Spectrum, Commodore 64, Amstrad CPC, MSX, PC Engine, Saturn ou encore PlayStation pour nommer les principaux. Le jeu a été adapté en animé au Japon en 1988 le temps de trois épisodes.

Également sortis un 4 juillet:
Donkey Kong 3 (1984, NES)
Alpha (1986, PC)
Lamemime (1993, Atari ST)
Bedlam (1997, PlayStation)
Fighter Hystory Dynamite (1997, Saturn)
Ghost Vibration (2002, PlayStation 2)
Tom Clancy’s Rainbow Six: Lone Wolf (2002, PlayStation)
Skate Park City (2008, PSP)
Deer Hunting King (2013, 3DS)

Aujourd’hui, en ce 5 juillet

Nights into Dreams

C’est le 5 juillet 1996 que Nights into Dreams fait son arrivée sur la Sega Saturn. Ce jeu d’action a été développé par Sonic Team et publié par Sega.

Le monde des rêves est séparé en deux secteurs, celui de Nightopia et celui de Nightmare. Dans le cas de ce dernier, l’endroit est dirigé par Wizeman qui profite des gens faisant des cauchemars pour voler leur énergie afin d’avoir suffisamment de pouvoir pour s’emparer de Nightopia et éventuellement, du monde réel. Elliot et Claris sont deux adolescents vivant à Twin Seeds qui ont eus une mauvaise journée, Elliot pour avoir été humilié par des étudiants plus vieux qui l’ont vaincus sur le terrain de basketball et Claris qui a eue un trac de dernière minute une fois sur scène pour passer les auditions pour chanter lors du centenaire de la ville. Il n’est donc pas surprenant qu’une fois le soir venu, ces mauvais événements aient déclenchés des cauchemars. Malgré tout, les deux parviennent à s’échapper vers Nightopia et découvrent qu’ils possèdent un type de courage très rare, Red Ideya, le seul que Wizeman ne peut pas voler. À Nightopia, ils libèrent Nights qui leur apprend le plan de Wizeman et ensemble, ils se lancent dans une quête pour affronter Wizeman et supprimer Nightmare à jamais.

Totalisant sept niveaux (trois pour Claris, trois pour Elliot et le dernier est pour les deux personnages), seulement deux sont disponibles au départ et les autres seront débloqués au fur et à mesure que nous avancerons. Les niveaux se déroulent en volant et en passant au travers d’anneaux. Il nous faut également respecter le temps limite et nous pouvons augmenter notre score en amassant des objets. Chaque niveau est séparé en quatre sections où il faut récupérer nos sphères d’Ideya qui représentent l’intelligence, l’espoir, la pureté et la croissance que les larbins de Wizeman ont volés. Pour y arriver, il faut amasser vingt jetons bleus et les amener à l’endroit où est emprisonné l’Ideya. Il est possible de marcher, mais si ça dure trop longtemps, nous risquons de devoir recommencer le niveau. Dès que nous commençons à voler, Claris ou Elliot se transforme en Nights. Le temps limite diminuera de cinq secondes pour chaque contact avec un ennemi. Nous aurons aussi à affronter un boss à la fin de chacun des niveaux (qui pourront être rejoués pour améliorer notre note).

L’idée du concept est venue en 1992 pendant le développement de Sonic the Hedgehog 2, mais le jeu n’est entré en phase de développement qu’après la sortie de Sonic & Knuckles en 1994. Contrairement aux autres jeux sur lesquels Sonic Team a travaillé, la conception s’est faite aux États-Unis au lieu du Japon et aura duré six mois. Le développement a pris plus de temps que prévu parce que l’équipe n’avait pas l’habitude de travailler pour la Saturn et ils étaient incertains d’utiliser tous les 560 méga-octets disponibles sur le disque. Au départ, ils pensaient qu’ils utiliseraient 100 méga-octets de données et à un autre moment, ils avaient pensés à la possibilité de sortir le jeu sur deux disques. Certaines copies du jeu incluaient une manette spéciale, la Saturn 3D controller, conçue spécifiquement pour Nights intro Dreams. Celle-ci a comme but de faciliter les mouvements de notre personnage. Lorsque le réalisateur Steven Spielberg a visité les studios de Sonic Team, il est devenu le premier à y jouer en dehors de l’équipe de développement.

En décembre 1996 est sorti Christmas Nights, un jeu de deux niveaux ayant comme thème Noël et il était possible de le trouver dans un emballage de Noël de la Sega Saturn, à l’achat de certains jeux tel que Daytona USA Championship Circuit Edition ou dans un numéro précis de Sega Saturn Magazine ou de Next Generation Magazine. Au Royaume-Uni, ils ont dû attendre décembre 1997 pour avoir le jeu dans Sega Saturn Magazine. Elliot et Claris aiment la saison de Noël, mais trouvent que quelque chose manque… l’étoile au sommet du sapin de Twin Seeds. Ils partent à sa recherche dans Nightopia. Le disque comprend aussi le niveau Spring Valley de Nights into Dream et avec l’horloge de la console, si nous y jouons en décembre, le niveau sera altéré avec les boites d’items devenant des cadeaux, la présence de la neige, les Nightopians deviennent des lutins et ainsi de suite. Certains changements surviennent également pour le Nouvel An et pour le Poisson d’Avril.

En février 1998, Night into Dreams a été adapté en bande-dessinée par Archie Comics dans une mini-série de trois numéro afin de tester l’intérêt du public. Ils ont ensuite sortis trois numéros supplémentaires, continuant l’histoire là où elle s’était arrêtée, mais les ventes n’étaient pas au rendez-vous et ce fut la fin du projet. Claris et Elliot font des apparitions dans d’autres jeux, comme le niveau de pinball dans Sonic Adventure (1998), dans Burning Rangers (1998), la musique est entendue dans Sonic Pinball Party (2003), Nights fait partie de minis-jeux dans EyeToy: Play (2003) et Sega Superstars (2004). Nights est également un personnage à débloquer dans Sonic Riders (2006) et Sonic Riders: Zero Gravity (2008). À la suite d’une forte demande des fans, Nights apparaît dans Sonic & Sega All-Stars Racing (2010) comme garde de la circulation. Dans Sega Superstars Tennis (2008) et Sonic & All-Stars Racing Transformed (2012) nous avons accès à Nights et Reala comme personnages jouables.

Une version en mini-jeu de Nights into Dreams est accessible en se servant du Link Cable reliant la GameCube à la Game Boy Advance avec les jeux Phantasy Star Online Episode I & II ainsi que Billy Hatcher and the Giant Egg. En août 1999, il a été annoncé qu’une suite était en préparation, Air Nights, mais nous avons appris, en décembre 2000, que le jeu était officiellement annulé. Tiger Electronics aura toutefois mis en vente un jeu portatif en 1997, mais il aura fallu attendre en 2007 pour une suite officielle sur console de maison… dans ce cas-ci, la Wii de Nintendo, avec Nights: Journey of Dreams. Côté remake, exclusivement au Japon, Nights into Dreams est paru sur la PlayStation 2 en 2008 et comprenait l’aspect 16:9 en plus de la possibilité d’activer les graphiques de la version originale sur Saturn.

Également sortis un 5 juillet:
Leisure Suit Larry in Land of the Lounge Lizards (1987, PC)
Zero: The 4th Unit Act.4 (1990, PC-88)
Eight Lakes G.C. (1991, Sharp X68000)
Mortal Kombat 3 (1995, PlayStation)
NBA Give ‘n Go (1995, SNES)
Sonic Wings Special (1996, Saturn)
Time Gal & Ninja Hayate (1996, PlayStation)
Around the World in 80 Days (2004, Game Boy Advance)
Zombiepox (2004, PC)
Echo: Secrets of the Lost Cavern (2005, PC)
Fishdom (2011, DS)

Aujourd’hui, en ce 6 juillet

Monkey Island 2

C’est le 6 juillet 2010 que fait son arrivée sur la PlayStation 3 Monkey Island 2: LeChuck’s Revenge. Ce jeu d’aventure graphique a été développé et publié par LucasArts.

Des pirates apprennent à Guybrush Threepwood que l’ancien premier matelot de LeChuck, Largo LaGrande, vient de placer un embargo sur tous les bateaux entrants ou sortants de l’île. Une femme offre de l’aider à chasser Largo hors des lieux grâce au vaudou à la condition que Guybrush parvienne à trouver les ingrédients nécessaires. Elle lui parle également d’un trésor du nom de Big Whoop qui est la clef vers une autre dimension et lui remet un livre précisant que la carte originale existe encore, mais qu’elle a été séparée en quatre sections.

Nous aurons donc à faire le nécessaire pour nuire au projet de LaGrande tout comme nous aurons à trouver les morceaux de la carte afin de découvrir où se trouve le trésor. Il faudra s’attendre à résoudre plusieurs puzzles en plus d’avoir à choisir parmi quelques choix de phrases pour continuer les conversations.

Le développement a commencé un mois après que le premier jeu soit entré en phase de manufacture, donc sans même savoir si le jeu allait avoir du succès. Le chef du projet et du design, Rob Gilbert, a dit que le jeu était en partie inspiré par le manège Pirates of the Caribbean (on y retrouve entre autre un tunnel sous-terrain au style de Disney ou encore un chien comme gardien de prison). L’inspiration vient aussi du livre de Tim Powers, On Stranger Tides, mis en vente en 1988. Les graphiques sont peints à la main et il s’agit du premier jeu à se servir du système iMUSE de LucasArts qui synchronise l’action visuel à la musique. Ceux choisissant le mode de difficulté facile ne verrons même pas une bonne partie des puzzles et au dos de la boite, il est écrit à la blague que ce mode a été prévu pour les critiques de jeux vidéos. Le jeu est d’abord sorti en 1991 sur DOS, Amiga et FM Towns entre autres. Il avait été prévu de l’avoir sur la Sega CD également, mais comme le premier jeu ne s’est pas bien vendu sur cette console, les plans ont étés abandonnés. Lorsque le jeu est sorti sur PC, iPad, iPhone, iPod Touch, XBox 360 et PlayStation 3 près de vingt ans plus tard, les graphiques ont étés améliorés tout comme le son et ils ont refaits les voix. C’est sans oublier l’ajout d’indices.

Également sortis un 6 juillet:
Palamedes (1990, NES)
Flying Warriors (1990, NES)
Hatris (1990, NES)
Ninja Spirit (1990, TurboGrafx16)
Super Star Soldier (1990, TurboGrafx-16)
Raiden (1991, Genesis)
Tricky Kick (1991, TurboGrafx16)
Bloody Roar (1997, Arcade)
NHL Blades of Steel (1999, Game Boy Color)
X-Men Mutant Academy (2000, PlayStation)
Target: Pheromone (2001, PC)
Astro Invaders (2010, DS)
Nursery Mania (2010, DS)

Publicités