***
Ce test, dont certains passages ont étés modifiés pour Le Guide du Collectionneur, avait été publié à l’origine dans le numéro 11 de Pixelmania en décembre 2010 et était l’une des critiques dans la catégorie que MrShu et moi appelions le « Moment de Torture ».

Le Moment de Torture était un concept où nous choisissions pour l’autre ce que nous considérions être un mauvais jeu afin de le faire jouer à l’autre et avait aussi pour but de ne pas nous faire uniquement parler des jeux que nous aimions dans nos articles.

Ce jeu était donc l’une des sélections de MrShu à mon égard
***

Jeu: Santa Claus Saves The Earth
Console: Game Boy Advance
Sortie: 15 décembre 2002
Genre: Action
Développeur: Ivolgamus
Publication: Telegames

Les enfants se montrent de plus en plus impatients alors qu’il ne reste plus que quelques heures à attendre avant d’être officiellement le jour de Noël et qu’au réveil, ils savent très bien qu’ils trouveront sous le sapin une trace du passage de Père Noël sous la forme d’un cadeau. Toutefois, ils risquent d’avoir un bien triste matin parce qu’une méchante fée du nom de Nilam avait d’autres plans pour ce gentil monsieur en costume rouge. Celle-ci n’apprécie pas du tout que les humains puissent démontrer autant de bonheur et elle en tiens responsable Kris Kringle. Elle a donc décidée de lui lancer un sort pour l’enfermer dans son monde magique. Il en revient à nous de faire en sorte que ce gentil Monsieur s’en échappe et que les enfants, partout dans le monde, se réveillent avec des présents sous le sapin et le temps presse puisque le moment du lever est pour très bientôt et nous ne voulons pas décevoir des millions d’enfants partout dans le monde.

Maintenant que le résumé de l’histoire a été fait, parlons du jeu en tant que tel. Premièrement, aussi bien nous offrir de la musique de Noël en y jouant, car celle fournie est stressante et pour bien s’assurer qu’elle va nous énerver, ils ont fait en sorte qu’elle soit répétitive à souhait et qu’elle ne change pas de niveaux en niveaux. Missions réussie, elle tape sur les nerfs.

Les contrôles, tant qu’à eux, sont étranges, du moins visuellement et nous donne l’impression d’un léger délais dans les mouvements. Normal si on prend en considération l’âge de notre héros me direz-vous, c’était donc peut-être voulu de la part des développeurs après tout, mais il saute terriblement haut et de façon inhabituellement légère pour quelqu’un qui a cette stature.

Dès le début, on se rend compte que les ennemis n’auront pas grand-chose à nous offrir, ils «ne ressemblent à rien» (ok, en fait il y a des hommes de cavernes décorant leur grottes avec des photos de clowns, j’admets que ce n’est pas banal mais pour ce qui est de d’autres ennemis, je n’ai aucune idée de ce qu’ils sont sensés être) et je les trouve peu imaginatifs. Pour nous défendre, on a un sac pour débuter qui est totalement inutile (ou vraiment très peu efficace pour les détruire) ou encore une tomate qui demandera plusieurs coups pour venir à bout de notre…. redoutable adversaire. Finalement, le plus utile me semble être la balle qui en un lancé, fait disparaître notre opposant.

Sur notre route, nous rencontrons un paquet d’objets inutiles et bien qu’au début je pensais qu’il nous fallait les ramasser pour les mettre dans notre sac, je me suis rendu compte qu’il faut les briser. Ce qu’elles contiennent? La même chose que l’on trouve partout, soit des ronds de couleurs bleus, rouges ou verts qui ne semblent servir à rien d’autres que nous donner des points.  Si tout ça sert vraiment à quelque chose, je n’en ai pas vu l’utilité en plus de 25 minutes de jeux. Par contre, les balles et les trousses de premiers soins sont les seules choses de vraiment utiles/essentiels que ce jeu contient apparemment.

Les niveaux sont tout simplement des labyrinthes avec, comme tout bon labyrinthes qui se respecte, des passages secrets à découvrir. Le but est à chaque fois le même, soit de trouver une porte verrouillée qui… ne s’ouvrira pas avec une clé car je n’en ai vu aucune. Ce qui me fais dire qu’il faut amasser un minimum de ronds de chaque couleur pour qu’elle s’ouvre (je ne vois pas autre chose).

Au final, c’est le jeu parfait à offrir en  cadeau à quelqu’un que nous détestons…

Publicités