Jeu: Santa Claus Jr.
Console: Game Boy Color
Sortie: 30 novembre 2001
Genre: Plateformes
Développeur: NEON Software
Publication: JoWooD Productions Software

Ah décembre. Cette période où avoir été sage tout le reste de l’année est finalement récompensé. Le sapin est monté, près à accueillir les paquets cadeaux. Les enfants sont endormis après avoir laissés biscuits et un verre de lait sur la table près du sapin décoré afin de remercier le Père Noël des cadeaux qu’il a amené. La soirée ne pourrait pas être plus réussie. Tout est simplement parfait et rien ne pourra gâcher ce moment féérique.

Enfin, ce l’était, car une horrible sorcière s’en est prise à ce gentil donateur au grand cœur et l’a fait rétrécir et ensuite placé dans un bocal. C’est donc à Nick, un enfant, que revient la tâche très sérieuse de parcourir les rues pour récupérer les paquets cadeaux éparpillés un peu partout. Voilà la base de ce jeu sorti sur Game Boy Color en 2001 par Neon Software. Pourquoi envoyer un enfant faire le boulot au lieu d’un adulte? Probablement pour que l’enfant qui joue au jeu se sente encore plus dans la peau du personnage à mon avis.

Tout ce que nous avons à faire, c’est de se promener, seul, au milieu de la nuit, afin que d’autres enfants aient droit à leur cadeau à leur réveil. Si ça ce n’est pas d’avoir une immense bonté, je ne sais pas ce qu’il faut faire de plus. J’espère que le petit Nick aura des présents en bonus pour tout ses efforts. Ouais, je sais, il ne devrait pas le faire pour cette raison, mais bon, il est quand même le seul à s’être retrousser les manches, il le mérite bien. Surtout qu’il a dû affronter toutes sortes de créatures et obstacles lors de son parcours comme des chats, écureuils, fils électriques mal recouverts, boules de feu vivantes, nuages projetant des bulles d’airs et j’en passe.

Qu’avons-nous sous la main pour se défendre face à tout ça? Rien du tout en fait. Pas que je m’attendais à ce qu’il traine un bâton de baseball, une barre à clou ou qu’il puisse projeter des arcs-en-ciels de son ventre tel un Calinours/Bisounours, mais quand même, il aurait pu pouvoir lancer des balles de neige par exemple. Faut croire que j’en demande trop. Toutefois, dans certains cas, il peut sauter sur la caboche des mal intentionnés qui tentent de lui nuire. C’est mieux que rien, tant que nous sommes en mesure de différencier ceux sur qui on peut faire ça versus ceux pour lesquels ça nous retirera de l’énergie de tenter une telle manœuvre.

Outre les boites contenant des jouets qu’on nous demande de récupérer, nous verrons, si on ouvre bien nos yeux, des cannes en sucre et des cœurs que nous pouvons prendre avec nous, question d’amasser des points et de l’énergie en surplus. On ne sais jamais, ça peut toujours être utile. Toucher à un sapin va l’illuminer, mais j’avoue que je ne suis pas trop certain si ça a une utilité autre que d’afficher des décorations.

santa-gbc-01

Pour nous aider à avancer dans le niveau et terminer le tout (ce qui se fait lorsqu’on touche la porte soit dit en passant), on peut compter sur des ballons rouges qui nous donnerons un élan supplémentaire. Il y a aussi des nuages, des feuilles ou encore des plateformes mobiles qui se déplaceront de haut en bas, de gauche à droite ou en rotation dépendant des fois. Sans compter des plantes qui peuvent pendre des plafonds et qui seront utilisées comme une corde. Ce qui est très bien avec les contrôles, c’est qu’on peut rediriger notre trajectoire alors qu’on est dans les airs, ça peut s’avérer très pratique pour éviter à la dernière seconde un ennemi. Ce n’est pas tous les jeux qui nous font ce cadeau, alors aussi bien l’apprécier pendant que ça passe.

Après plusieurs niveaux sans boss, on arrive finalement face à la terrible sorcière. Si vous êtes assez chanceux pour arriver à la vaincre, vous libérerez le Père Noël du bocal dans lequel il était enfermé et si vous n’avez pas envie de le voir nu comme un ver (heureusement que sa barbe est longue), détourner votre regard quelques secondes. Vous ne pourrez pas dire que je ne vous ai pas avertis.

Voilà, la journée de Noël est sauvée, le Père Noël peut enfin partir à toute vitesse pour effectuer ses livraisons, un peu en retard, mais comme le dit le dicton « mieux vaut tard que jamais ». Les verres de lait seront juste un peu plus tiède, c’est tout…

Outre le fait qu’il aurait pu y avoir quelques boss de temps en temps, le jeu n’est pas si mal que ça malgré tout. Il est toutefois répétitif, mais ça demeure l’un des meilleur jeu sur le thème de Noël que je connaisse. Mon favori cependant demeure Daze Before Christmas sur Super Nintendo (dont vous pourrez lire ma critique le 22 décembre prochain).

Pour faire une note rapide sur sa version GameBoy Advance disponible depuis 2002, c’est plus ou moins le même concept, excepté que nous rencontrons plusieurs enfants sur notre parcours et qu’on doit leur remettre les paquets cadeaux. Ceux-ci nous feront une démonstration de leur joie en criant Yippie à chaque fois, ce qui devient rapidement agaçant. Les graphiques de leurs côtés sont très beaux. Toutefois, des deux versions, j’ai personnellement préféré celle sur GameBoy Color.

Publicités