C’est le 17 novembre 2000 qu’arrive WWF No Mercy sur la Nintendo 64. Ce jeu de sport/lutte a été développé par Asmik Ace Entertainment et AKI Corporation avec, du côté de la publication, THQ.

La guerre entre la WCW (World Championship Wrestling) et la WWE (WWF à l’époque pour World Wrestling Federation) ne se faisait pas uniquement sur nos écrans de télévision, mais aussi sur la console Nintendo 64. Au début, la WCW était avec THQ alors que c’est Acclaim qui s’occupait des jeux de la WWF et ce, depuis des années. Ceux de la WCW étaient vus comme supérieurs et remportaient plus de succès auprès des fans. C’est pour ça qu’à la première occasion possible, la WWF en est arrivée à une entente avec THQ pour qu’ils s’occupent de leurs prochains jeux vidéos, le premier ayant été WWF WrestleMania 2000 qui aura été suivi par le jeu qui nous concerne en ce moment, WWF No Mercy, les deux ayant conservés le style des jeux de la WCW.

Encore une fois, THQ s’est montré impressionnant en ajoutant des nouveautés jamais vues auparavant, comme de nouvelles prises par équipe, un combat de l’échelle, pouvoir faire une prise sur les table des commentateurs ou encore la possibilité d’aller continuer le combat en coulisses dans diverses pièces. C’est sans oublier que plus de soixante-cinq lutteurs peuvent être choisis pour combattre que ce soit dans des combats habituels (solo, équipe, cage, échelle, arbitre invité, etc…) ou dans l’immense mode histoire qui n’est pas linéaire, ce qui veut dire que nous pouvons rejouer à la même histoire plus d’une fois et que si nous perdons certains combats, ça amènera l’histoire dans une toute autre direction. Une fois la ceinture remportée, on peut reprendre l’histoire une fois de plus en étant champion au lieu de l’aspirant.

Alors que la majorité des lutteurs ont quatre uniformes différents, certains se partage un espace en ayant deux costumes différents comme c’est le cas entre-autres pour Taka Michinoku et Funaki. Il y a bien-entendu la possibilité de choisir parmi une sélection d’arénas, mais contrairement à WWF WrestleMania 2000, les entrées ont étés raccourcis, ne nous les montrant que sur la rampe et non pas jusque vers le ring. À l’opposé, il y a plus de possibilités pour créer un lutteur et il ne faut pas oublier le SmackDown Mall, un endroit où, avec l’argent gagné dans le mode histoire ou le mode survie, nous pouvons acheter des personnages, prises, arénas, armes, accessoires et autres.

Il y a par contre un problème négatif relié à la cartouche, le premier lot contenant un bug qui effaçait tout nos progrès, que ce soit le mode histoire ou tout ce que nous aurions pu débloquer. Le tout a été corrigé pour les lots suivants qui ont étés produits. Une version pour Game Boy Color était prévue et nous aurions pus utiliser le Transfer Pak de la N64 pour avoir accès à d’autres options, comme un espace supplémentaire pour créer un lutteur ou d’autres options dans le mode de championnat. Même avec l’annulation, il est possible de débloquer les bonus cachés avec un accessoire de triche comme le Action Replay. L’idée d’unir deux versions d’un jeu a été reprise dans WWE SmackDown Vs RAW 2006 pour débloquer Jake  »The Snake » Roberts sur PlayStation 2.

Également sortis un 17 novembre:
Faxanadu (1987, NES)
Neutopia (1989, TurboGrafx-16)
Dragon View (1994, SNES)
Rayman (1995, Sega Saturn)
Sonic Labyrinth (1995, Game Gear)
Star Trek: The Next Generation – Future’s Past (1995, SNES)
The City of Lost Children (1997, PlayStation)
Tom Clancy’s Rainbow Six (1999, Nintendo 64)
Blues Brothers 2000 (2000, Nintendo 64)
Resident Evil 3: Nemesis (2000, Dreamcast)
Luigi’s Mansion (2001, GameCube)
Metroid Fusion (2002, Game Boy Advance)
Metroid Prime (2002, Game Cube)
007: Everything or Nothing (2003, Game Boy Advance)
Mario & Luigi: Superstar Saga (2003, Game Boy Advance)
Mario Kart: Double Dash (2003, GameCube)

Publicités