Aussi étrange que ça puisse paraitre, il suffit de fouiner un peu sur eBay et on tombe sur masse de prototypes de jeux rétro.

Et ce peu importe les époques, mais il faut séparer d’entrée les prototypes et les « rom sample ». En effet ces dernières sont souvent vendues pour des prototypes mais elles ne sont qu’on petite portion du jeu ou alors ont un timer qui vous permet de jouer que pendant un temps limité.

proto1
On peut se dire que c’est à peu près raisonnable pour un exemplaire unique mais si on regarde un peu les autres photos c’est un « sample rom ».

 

Il peut être tentant pour un collectionneur d’avoir un prototype d’un de ses jeux préféré (ou d’un jeu très obscur) dans sa collection. D’abord voyons ensemble ce que ça peut vous coûter ce genre de cartouches.

 

 

Voila ce que coûte actuellement un proto d'un jeu banal sur N64.
Voila ce que coûte actuellement un proto d’un jeu banal sur N64.

On peut se dire que finalement, ceux qui ont les moyens s’offriront ce genre d’objets de collection et joueront sans doute à une version non finalisée d’un jeu rétro.

Oui pour avoir les moyens mais pour ce qui est de jouer. Petite explication, tout d’abord vu le prix payé je ne pense pas que la cartouche soit insérée un jour dans une console et puis, vu l’état de certains prototypes le taux de cartouches irrécupérables et très élevé.

Notez le connecteur qui perds son cuivre dans le coin inférieur droit.
Notez le connecteur qui perds son cuivre dans le coin inférieur droit.

La aussi on peut se dire : au pire les Roms peuvent être dessoudées et soudées sur une autre carte. Le problème est le suivant, les circuits imprimés utilisés par les prototypes sont unique. Et il y a de fortes chances que les roms ne marchent pas sur un autre type de PCB.

Autre cas de figure, le jeu qui ne marchera jamais. Un cas légendaire est le prototype de Donkey Kong Country Competition Cart. Le propriétaire actuel du prototype l’à acheté comme « un outil de développement de homebrew ». Le jeu boot, mais passé le premier écran du jeu, de gros glitchs apparaissent et rendent le jeu injouable.

Le plus triste dans cette histoire c’est que bien des années après le prototype demeure injouable. Bien qu’un re-placage des EPROMS dans un ordre peu conventionnel à permis au jeu de booter. Je penche pour un élément manquant sur le circuit imprimé. Et on peut s’en douter, il serait logique de penser que certains gros éditeurs ne voulaient pas que leur prototypes tombent entre de mauvaises mains et du coup en retirant une pièce du puzzle, leur jeu serait soit partiellement jouable soit dans ce cas précis totalement glitché.

Pour les curieux je vous renvoi vers un super article du site SNES Central qui est très exhaustif sur le sujet.

Publicités